Des astuces pour mémoriser : une carte à avoir sous la main à la maison

Nous venons de travailler à 2 ,avec Tatie Acacia, pour créer un outil d’astuces pour aider à mémoriser , avec toujours comme base le travail d’Eric Gaspard (vous pouvez retrouver tous nos articles dans la page « Cerveau et neurosciences » et « Des outils pour le collège« . Cet article est à mettre en lien avec « Quelles tâches attendent le collégien après les cours, un essai de planification pour une mémorisation efficace » et notamment avec la carte « Mon travail à la maison »( publiée dans ce même article).

Cet outil, nous pensons l’avoir « sous la main » pour « choisir » l’astuce de mémorisation la mieux adaptée au travail demandé. Ainsi 3 branches principales semblent actuellement « suffisantes » à exploiter . Elles permettront de voir ce qui convient le mieux à l’enfant et , avec sa variété, l’entraîner aussi sur le plan de la flexibilité [essai de différentes astuces, ce qui marche ou non , pourquoi ….].

Nous avons choisi de faire cet outil en carte mentale , qui pour nous est le plus parlant

à tester donc …..

des astuces  pour mémoriser F

Remarque : méthode mots d’orthographe ici et méthode mémoriser mot en anglais

 

 

Publicités

Neurosup d’Eric Gaspar : des « billes » pour les enseignants …. en ligne …..

Eric Gaspar , dont nous vous avions présenté le 1er ouvrage « Explose ton score au collège » ici avec des essais de mises en place en CM2 , vient de mettre en ligne le programme Neurosup dont il est l’auteur . Sur le site Neurosup , vous pourrez lire d’une part les raisons qui ont poussé Eric Gaspar à procéder ainsi (juillet 2016 Le virage de Neurosup) et consulter tout son travail ainsi que les projets à venir ….. dont une partie à l’étranger …. [ Remarque personnelle : Un travail colossal MAIS NON RECONNU à sa juste valeur chez nous …. Quel dommage ! ]

Après avoir eu l’autorisation de télécharger les 6h de formation enseignants, voici 3 cartes « personnelles » qui m’ont permis de résumer « à ma façon » ces heures de visionnement [mais il est indispensable de s’approprier cette formation, ne serait-ce déjà par les exemples concrets (et souvent drôles) donnés par Eric Gaspar ,se faire ainsi sa propre opinion et surtout essayer de comprendre le fonctionnement du cerveau…. ]

NEUROSUP (1) F

Neurosup (2) F

Neurosup (3) F

Alors, si vous profitiez de l’été pour vous y mettre ? Nous, c’est fait …. ou du moins commencé , on prépare 2 cartes : une pour l’enseignant , une autre pour l’apprenant car finalement, même si le prof n’utilise pas en classe ce type d’outil en lien avec l’avancée des neurosciences, l’élève, lui, s’il est un peu guidé à la maison, peut mettre en pratique un grand nombre de ces astuces pour une mémorisation efficace et / ou  améliorer son attention …. Un peu de méthode, de discipline et …. son cerveau le lui rendra …… nous en sommes persuadés !

article à suivre dans les prochains jours …. à partir de la formation « élèves » du programme Neurosup indispensable …..

Les neurosciences : des astuces pour utiliser son cerveau …. à découvrir avec Eric Gaspar

Je suis tombée par hasard lors de la « semaine du cerveau » sur la vidéo d’une conférence d’Eric Gaspar, prof de maths , inventeur du programme neuroscientifique Neurosup . Pour mieux comprendre , rendez vous sur le site d’Eric Gaspar dédié à ce programme ….. qui m’a tout de suite vivement intéressée .

Après avoir visionné quelques unes de ses conférences, écouté les compte-rendus d’équipes de profs qui se sont investies dans ce programme , j’ai tout naturellement acheté son ouvrage Explose ton score au collège! Le cerveau et ses astuces… Réussir, c est facile!
[car je me suis dit qu’on pouvait toujours y trouver des astuces utiles pour les DYS qui malgré leur fonctionnement différent, ont tout à gagner à comprendre le fonctionnement de leur cerveau ….. comme tous les élèves d’ailleurs ….] .

J’ai été très contente de retrouver certaines des astuces que nous utilisons déjà MAIS avec , en plus, l’ explication neuroscientifique qui les accompagne . Chaque explication donnée est précédée  par un test « concret » et suivie par des exercices d’entraînement …. du cerveau tout à fait adaptés aux situations que le collégien ( ou l’écolier de CM) va rencontrer .

L’ouvrage se compose de 3 parties précédées d’une introduction sur le fonctionnement du cerveau , ce cerveau qui sera l’allié de l’élève […si on prend le temps de le lui montrer , de lui expliquer ….] :

  1. comment mieux stocker l’information
  2. comment restituer l’information stockée
  3. comment consolider l’information stockée

Pour mieux mettre en place un « plan de travail » pour Léo à partir de cet ouvrage, j’ai réalisé 3 cartes mentales correspondant aux 3 parties du livre, qui devraient nous servir de guide. Les voici ( avec l’accord de l’auteur Eric Gaspar) :

explose ton score 1 F

explose ton score 2 Fexplose ton score au college ch 3 F

Remarques :

  • l’image du « petit athlète » symbolise les exercices d’entraînement (notés juste à côté) à découvrir dans le livre
  • ce livre est à destination des élèves ( de CM2 au lycée) et des parents …. , des profs aussi …. . La lecture en « binôme » (enfant/parent) est souhaitable (voire indispensable)
  • vous y trouverez tous les tests et exercices d’entraînements (détaillés et …. corrigés quand nécessaire) pour mettre en place ces astuces

Une conférence d’ Eric Gaspar à visionner aussi : Le cerveau pour allié en classe ? (ci-dessous) qui permet de mieux comprendre (ou de réactualiser ses connaissances sur) le fonctionnement du cerveau , les stratégies pour les profs et pour les élèves. Même si la vidéo est un peu longue, elle me semble presque « indispensable » à regarder . C’est ce que j’ai fait en amont ! [La question que je me pose : à quel horizon (? 2025 ?) l’Ecole fera-t-elle le pas vers les neurosciences?]

Les données neuroscientifiques sont tout de suite illustrées par des exemples concrets, des conseils de stratégies sont donnés pour les profs (exemple facile à mettre en place : résumé du cours précédent en début de séance et les 5 dernières minutes pour faire le résumé de l’heure écoulée, 30s de mémorisation à l’oral via un vrai-faux par exemple pour commencer à faire mémoriser …) MAIS AUSSI pour les élèves …. (astuces reprises dans l’ouvrage) . Bref NEUROSUP est un programme qui investit à la fois le prof et l’élève ….. et qui , à mon avis, devrait faire partie de la formation des enseignants …. puis des élèves bien sûr …..

Mon objectif : essayer de mettre en place à la maison ( pour mémoriser les leçons, pour retravailler certains exercices, pour rendre plus efficace la relecture , pour …… ) une partie de ces stratégies /astuces et ce, dès ce dernier trimestre …. ET surtout , parallèlement, faire percevoir la relation avec le cerveau pour que celui-ci devienne un réel allié (peut-être est-ce un travail au-dessus de mes « capacités » mais on va essayer quand même en sollicitant l’ergo et l’orthophoniste ….. )

Autre remarque perso : Il me semble que l’on rejoint les travaux de Jérôme Bianchi (neuropsy à Nice qui a créé le programme Cerebro et dont nous avions parlé ici en septembre 2013) … Dommage que dans notre région nous n’ayons rien d’équivalent …. du moins à ma connaissance …

 

Ce passé simple qui nous résiste …. une autre astuce

Léo a actuellement du mal dans les conjugaisons : mélange entre le passé composé et le plus que parfait , et aussi ce passé simple qui « résiste » (il metta, faisa, vut )  et les anciennes confusions qui ressurgissent entre les verbes VOIR, AVOIR, SAVOIR … la difficulté de conjuguer ce verbe ETRE sans rien derrière …..

DONC , il faut réagir !

La maîtresse ayant donné comme astuce pour le passé simple de se dire « Quand il arriva , il …… », nous allons la reprendre avec des COD (ou attribut…. ) pour retenir le verbe AVEC quelque chose qui donne du sens à la conjugaison (et une image bien sûr) ce qui facilitera le « retour » de mémorisation .

  1. On va s’intéresser à 2 catégories particulières les [i] et les [u]
  2. On travaillera dans les 2 sens : donner le passé simple du verbe choisi ET trouver l’infinitif du verbe quand on présente sa forme au passé simple.
  3. On n’oubliera pas bien sûr VENIR (devenir, revenir …) et TENIR ( retenir, détenir…) en s’entraînant en ligne
  4. On sera principalement sur la forme du il mais pour Léo le reste des formes semble acquis et découle facilement, cela n’empêchant pas de les demander, de les écrire ou simplement de les voir lors des entraînements en ligne.
  5. Ce qu’il lui manque finalement c’est cet accès aux formes particulières de nombreux verbes du 3ème groupe et les « mélanges » auxquels il est vite confronté s’il ne peut pas s’appuyer sur un autre indice ou s’il ne « contrôle pas » la voie où l’emmène (à tort) son cerveau ….. Il s’y prend donc souvent à 2 fois sur certains verbes , oralise , se corrige …. ce qu’il ne fera pas souvent en classe ….
  • les [u]

être est connu jusqu’à présent avec ETRE malade, avoir avec AVOIR un BMX : nous les conserverons , pour les autres je vais demander à Léo de trouver lui-même ses « astuces » pour mémoriser . Ce qui a donné :

P1080427

DEVOIR travailler – LIRE un livre – VIVRE (reste difficile) tandis que POUVOIR   – SAVOIR – VOULOIR – CROIRE – COURIR finalement étaient connus donc n’ont nécessité aucun indice complémentaire

  • les [i]

On va se concentrer sur ceux qui posent problème : donc aucun verbe du 2ème groupe mais sur les verbes METTRE la table (penser aussi à remettre), PRENDRE ( reprendre, entreprendre)  REPONDRE ( fondre, confondre, pondre, tondre), FAIRE un repas (défaire, refaire), VOIR un film (il vit un film : seul exemple avec un son qui pourrait aider … MAIS ce n’est pas le choix de Léo – ce n’est qu’une proposition –  car il ne semble pas s’appuyer sur ce canal auditif et il est comme « happé » par la vue … il vut, il a vu … on y reviendra), MORDRE ( qui ne marche pas avec le passé composé puisqu’il fait il mordit , comme tordre )

P1080428

Certains verbes encore plus particuliers CONSTRUIRE (détruire), ECRIRE une poésie…. on verra ce qu’on en fait ……

Cela n’empêche pas bien sûr de poursuivre les entraînements en ligne sur logicieléducatif (le préféré de Léo avec classement à la clé!), ortholud ou autres sites d’école comme ici l’école de Coatreven (plein de ressources intéressantes d’ailleurs !) …. et déjà des progrès importants …..

Remarque : Un des gros avantages de l’entraînement en ligne (logicieleducatif, cartable fantastique …) est qu’un seul verbe s’affiche à la fois et s’efface lors du passage au suivant ce qui ne laisse pas « de trace » qui peuvent parfois conduire Léo sur une erreur …..

à suivre donc …..

Un retour sur le passé simple : et si le passé composé pouvait nous venir en aide ?

Après l’article sur le passé simple, un passé pas si simple que ça et la carte mentale sur ce temps ici , nous dûmes y revenir ces derniers temps …..

Plusieurs aides possibles :

  • les 4 façons de construire le passé simple déjà utilisées l’an dernier (idées trouvées sur des blogs d’enseignants , voir dans l’article)P1080387
  • les entraînements à l’ordinateur logicieleducatif ici  , ortholud ….. Sur logicieleducatif , il y a une petite « compétition » puisqu’il y a un « classement » et Léo se prête bien à ce jeu
  • nous avons ajouté cette année des petites cartes : comment le passé composé peut-il nous aider pour trouver la forme du passé simple ? En observant sur plusieurs verbes (dits courants) j’avais remarqué que le passé composé peut , dans de nombreux cas, nous orienter dans le « choix » de la forme au passé simple : exemple COURIR , j’ai couru nous amène à nous courûmes , LIRE , j’ai lu et nous lûmes ….. Parfois, bien sûr, ça ne marche pas VENIR je suis venu MAIS je vins…. On va essayer car Léo , à part les verbes en -er et ceux connus, a du mal à choisir si c’est en [-i, -u ou -in ].
  • Voici un exemple de cartes confectionnées et à déplier avec les verbes suivants : lire, venir, écrire, mettre, croire, courir, voir, vivre, pouvoir, être, faire, savoir, prendre, dire, tenir, avoir. Une carte possèdera une étoile rouge lorsque la règle n’est pas suivie (comme pour le verbe VENIR ou TENIR )

P1080386

P1080384P1080385

Il ne reste plus qu’à pratiquer un petit entraînement rapide, mais si possible quotidien en revoyant passé simple et passé composé ensemble . On peut d’ailleurs choisir ces 2 temps (ou plus) simultanément sur logiciel éducatif ici (un exemple avec le verbe DIRE) . Ou bien piocher des cartes et essayer de trouver les 2 formes du verbe puis on déplie pour vérifier .

On pourra essayer aussi de grouper/ trier les verbes ( 2eme et 3ème groupes) et les ajouter au verso des 4 cartes de construction ( seulement sur les cartes n° 2, 3 et 4) pour une mémorisation par « catégorie » (ou des petits volets en bas de la carte mentale) ….. Il y a encore de quoi travailler …..

 

Les fractions et les droites graduées (2) : autres adaptations et un nouvel obstacle « si je ne vois pas le 0 (l’origine) ? »

Ces droites graduées et leur adaptation ….. toute une histoire !!!! Même si on est en droit de se poser la question : « sont-elles indispensables ? » ….

un autre essai d’adaptation pour les droites graduées

Objectif : limiter les « gênes visuelles » des petits traits ….

  1. Et pourquoi ne pas utiliser une astuce de l’orthophoniste de Léo   » Je regarde chaque droite graduée avec une paire de lunettes différente » Si je passe de la droite des « dixièmes » à celle des cinquièmes, je change de lunettes …..
  2. une autre adaptation possible avec des droites préparées sous Word, à l’aide du  ruban Word du cartable fantastique, onglet « Histoire » , règle graduée . On pourra « piocher » dans ce document en fonction de l’exercice . L’origine sera notée plus tard : ainsi les droites peuvent être utilisées quelle que soit la graduation demandée (avec l’origine ou démarrant à un autre nombre entier). En image :
  3. sylvia128 ou à télécharger Droites graduées sans traits intermédiaires NEW
  4. un exercice adapté à nouveau avec ces droites et ce que nous avons mis en place : sylvia127
Remarque : Nous avons essayé aussi de reporter « la part » avec le compas , ça fonctionne bien MAIS pas sur un travail trop long (fatigue supplémentaire)

Et quand on ne voit pas le 0 ?

encore une difficulté supplémentaire ….. à contourner ….

Un essai là aussi avec cette fiche méthode pour guider / soutenir la réflexion au milieu de ces droites …… avec un exemple au dos : je me suis fortement inspirée de la version animée de sesamaths CM2 ici : lire une abscisse fractionnaire pour rédiger cette fiche méthode que l’on va essayer ( après avoir manipulé et réfléchi à la place de ce 0 disparu …. ) . Le problème est que la représentation des entiers sous forme de pizzas est beaucoup plus « parlante » . Donc nous allons encore y revenir, manipuler, écrire en écriture mathématique pour donner le maximum de sens et d »images » à ce travail , pour (et AVANT d’) accéder à la mémorisation de la procédure

sylvia126 sylvia125

à télécharger sous Word Droite graduée sans le 0 fiche methode

Remarque : la fiche est prête pour travailler avec des dixièmes …. on peut en faire « des variantes » … à voir à l’usage ….

Se relire (1): c’est quoi et comment faire ? vers une grille de relectures ….

 

Avec l’ergo de Léo, nous essayons de trouver une « procédure/méthode/astuce » bref une idée pour apprendre à se relire … et ce n’est pas si simple que l’on croit ….On parle de plusieurs balayages, donc plusieurs relectures MAIS

  • dans quel ordre ? L’ordre a une importance mais on devra encore tâtonner pour trouver le « bon » ordre ( d’abord, la ponctuation ? le sens ? ou du moins l’ordre qui conviendra à Léo, on verra ça avec lui et je vais essayer de voir , sans méthode, comment il s’y prend …..)
  • combien de relectures sont nécessaires ? sans que cela devienne impossible à gérer….
  • comment « scinder » les tâches de relecture en préservant le sens et le visuel?
  • comment présenter cette « grille » (en évitant la forme tableau pour ne pas y ajouter une difficulté supplémentaire)? L’ergo pensait peut-être aussi à un « petit porte-clés » où on change de page ( de clé, de lunettes ….) au fur et à mesure que la tâche est terminée

1- réflexions en août 2015   se relire c’est quoi ?

J’ai lu des textes très intéressants dans l’ouvrage « Cool! l’Ortho » de la collection OhOh! à ce sujet et cela m’a encore poussée à réfléchir sur la (ou les) stratégie(s) de relecture(s) (notamment d’une dictée, d’une expression écrite …). Les auteurs préconisent l’utilisation de 4 paires de lunettes (ici une carte mentale récapitulative, réalisée à partir de la lecture de l’ouvrage).

J’ai vu différentes grilles de relecture/correction ( 2 opérations liées : je relis et je me corrige OU je relis pour me corriger ) qui présentent des démarches très intéressantes Donc il faudra essayer, tâtonner comme d’habitude et sans doute créer !!!

  • Ainsi la main des corrections ( une image bien parlante!) ici chez Ecline accompagnée d’une grille d’aide
  • le code CHAMPION ici , chez Farfa, la classe des Farfadets (avec différentes versions utilisées dans les classes, certaines versions plus adaptées à la révision de l’expression écrite) . Ce code est accompagné d’un livret qui regroupe les outils de correction (H : les homophones, A : les accords ….) Remarque : un super travail chez Farfa sur la pédagogie explicite ( comme chez Mallory ici) et en lien avec la gestion mentale ( un article très chouette ici sur les 5 questions ) : bref ….. mon rêve !
  • Fiche interactive chez Mallory « Comment corriger son texte, le code champion » ici : une présentation attirante avec des outils d’aide à la correction dans les pochettes

1er essai : Sur le blog de la classe d’Irys, on peut voir une grille ici que j’ai essayée d’adapter mais qui ne me satisfaisait que partiellement : trop chargée, pictogrammes et mots : double emploi ? ….ci-dessous, ce premier essai en 4 étapes , le haut de la fiche servant de rappel grammatical (avec l’autorisation d’Irys) :

img583

Puis un deuxième essai de mise en place d’une procédure de relectures successives pour Léo , à affiner et surtout à adapter à ce qui sera fait en classe ( termes employés, méthode, couleurs ….) : en image (fiche recto verso) , j’ai utilisé les termes de « décideurs » et « ponts » empruntés à la collection OhOh! pour l’instant. Léo devrait cocher au fur et à mesure que la relecture demandée est faite puis passer à la suivante : 5 relectures actives, papier crayon (donc une fois son travail imprimé car il le réalise à l’ordinateur).

img581

au verso pourraient apparaître une « liste » de décideurs, un exemple de ponts …. (à voir/compléter/adapter ….)

img582

version provisoire à télécharger en pdf Je me relis

Enfin, comment faire apparaître les « outils à disposition », où chercher l’aide pour se corriger ? L’enseignant utilisera-t-il un code de correction ? une correction à 2 ? Bien des questions encore en suspens …..

Remarque : Il faudra sans doute que je pense aussi à une autre grille de relectures à réaliser directement sur l’ordi quand Léo ne pourra pas imprimer un travail …..

Septembre 2015  et si j’observais d’abord comment Léo s’y prend pour se relire ?

Relire sa dictée :

  • On travaille sur une dictée courte de 3 phrases, directement à l’ordinateur et sans aucun outil
  • On dicte une seule phrase à la fois et on s’occupe de la relecture de cette phrase avant de passer à la suivante
  • ATTENTION : se relire , pour Léo est un exercice ORAL, il devra encore apprendre à se passer de cette « verbalisation », « des explications » qu’il se fait à lui-même
  • Le seul guide que j’ai donné c’était pour la première phrase : »je te la redis , tu vérifies si tu n’as pas oublié de mot » (Léo a ensuite toujours commencé par cette vérification d’ailleurs) : il lui arrive d’oublier d’écrire un déterminant et de relire sa phrase avec le déterminant …. mais il s’en rend compte généralement si son projet est de faire cette vérification .
  • Ensuite, un mot l’a gêné « peinte » , ce son ein ne lui revenait pas : là il s’est arrêté en cherchant comment retrouver l’orthographe de ce mot : en classe , il est capable de continuer à chercher et de ne plus suivre le texte dicté ( voire d’inventer la phrase suivante avec ce qu’il a quand même entendu alors qu’il était sur une autre tâche …..) OU de ne pas écrire le mot car il ne l’a pas « retrouvé » dans sa tête….  J’ai donc écrit le verbe peindre et là c’était bon. Il faudra mettre en place une « stratégie » (directement sur l’ordinateur : surligner ce mot par exemple) pour qu’il puisse y revenir lors de la relecture et ne pas s’arrêter en cours de route ! Mais à quel moment ? Cela reste à décider …..
  • Puis , il vérifie « à la fois » l’orthographe et le nombre (le genre à vérifier) des GN : le chien (c’est bon ), des caravanes (c’est bon) des couleurs ….
  • Enfin , il cherche le verbe et le sujet : le chien monte (c’est bon)
  • Je termine en lui demandant de vérifier la ponctuation (majuscule, point) , c’est vite fait .
  • Nous avons procédé ainsi sur les 2 phrases suivantes de cette dictée.

En résumé , pour relire une dictée en 4 (ou 5 ) étapes (à appliquer à chaque phrase, une phrase après l’autre) :

  1. Je vérifie que je n’ai pas oublié de mot (la phrase a un sens) (oral : j’utilise mes yeux et mes oreilles)
  2. je vérifie les mots liés, qui fonctionnent ensemble : D + N + A ( j’utilise mes yeux ) : attention : regarder le GN complet avec ses adjectifs
  3. je cherche le Verbe et son Sujet : je vérifie s’ils sont d’accord
  4. je vérifie la ponctuation (majuscule, point)

Il reste encore à voir comment résoudre le problème des mots dont l’orthographe ne le « satisfait » pas du premier coup ( les surligner et régler le problème après l’étape 1? …..) : trouver une (ou des)  stratégie(s) pour l’orthographe des mots sur lesquels  il hésite (Léo a toujours eu le souci du mot « juste ») et nous passerons à 5 étapes.

à suivre donc …..

Remarque : il s’agit d’une démarche « générale », d’un comportement de vigilance orthographique, de réflexion sur la langue à installer de manière la plus naturelle possible et selon la logique de Léo  , nous n’entrons pas dans les détails d’homophonie , d’accords de participes passés plus ou moins pointus …. ce sera dans un 2ème temps ….

 

 

Unités de temps , conversion et opérations : on fait le point

Finalement , voilà ce qui a fonctionné avec Léo :

pour convertir des durées ( et ce dans les 2 sens)

  • un outil (sous forme de tableau , qui se trouve avec la fiche méthode ci-dessous)
  • la fiche méthode
  • la calculatrice (pour éviter toute surcharge)
  • Ceci a demandé une adaptation du support de l’exercice qui permette d’écrire la démarche ( tout simplement quelques lignes supplémentaires à utiliser si nécessaire) : l’explication en images :

conversion d’heure en minute  un exemple du manuel (image 1 avec les 2 types de conversion mélangés) , un exemple d’ exercice adapté et sa résolution (image 2)

img501

img498

conversion de minute en heure

img500

les opérations sur les durées (addition seulement)

Finalement , malgré les essais faits dans les problèmes résolus sur les heures (ici) , je me suis rendu compte que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus « fiable » pour Léo . Je lui ai donc proposé de passer par l’opération posée (même si cela n’avait pas été étudié en classe … il fallait bien essayer de trouver une solution …. ). Voici la démarche utilisée :

img499

1er cas : 35 minutes « ça se dit »  donc c’est bon

2ème cas : 85 min ce n’est pas possible, c’est plus que 60 minutes ( on peut le barrer) on enlève 60 min ; c’est donc 1 heure qu’on va ajouter du côté des heures

  1. Nous y reviendrons pour installer « un cadre » plus précis ( couleur, unités écrites , les signes + 1h et 60 minutes …. peut être un gabarit ….. ) car Léo était encore hésitant pour écrire sa réponse dans la 2ème partie.
  2. J’apporterai une modification  dans le classeur de problèmes résolus : problème n° 1 ( problème d’heures, de durées , transformation d’un état: recherche de l’état final) très prochainement .

Remarque : nous avons essayé cette « technique » une seule fois à la maison (sur l’exemple ci-dessus) et l’évaluation a eu lieu tout de suite : Léo n’était pas encore prêt , il a tout simplement fait 2 oublis « de taille » : recopier l’heure , il n’a indiqué que la partie minutes de son résultat ! L’essentiel pour moi c’est que finalement on doit se donner l’autorisation de chercher une autre façon de faire ( un autre outil de résolution) même si celle-ci (ou celui-ci) ne sera « enseigné(e) » que l’année suivante ….. à partir du moment où l’enfant a compris ce qu’il faisait .

Les Loups Bleus, la ligne de vêtements fun pour les enfants extraordinaires

J’ai découvert par hasard le projet d’une « special mother », une maman qui a créé il y a quelques années sa petite entreprise

loups bleus Les Loups Bleus, la première marque de vêtements funs pour les adolescents et les enfants handys. 

Les Loups Bleus c’est la ligne de vêtements spécialisée, ergonomique, colorée et ludique pour des Enfants Extraordinaires.

Quelle belle idée ! 

Effectivement il n’existait pas sur le marché des vêtements à l’image de ces enfants. Avec cette marque, on retrouve un univers coloré et ludique, des modèles astucieux et fonctionnels, le tout fabriqué dans des tissus naturels qui respectent la peau des enfants mais aussi leur sensibilité à certaine matière.

La créatrice de ce concept a lancé il y a quelques semaines un projet sur Kiss Kiss Bank afin de participer au salon Autonomic Grand Ouest à Rennes, les 1 et 2 Octobre 2015. Pour vous permettre d’en savoir plus et de mieux connaître la créatrice et ce que propose sa marque de vêtements Les Loups Bleus, voici une petite interview :

Qui êtes-vous ?

Je me nomme Cécile Pouleur, je suis née en 1971 dans la banlieue parisienne. Maman de 4 enfants et créatrice de la marque Les Loups Bleus. Je suis également entrepreneuse. J’ai créé mon entreprise en septembre 2013.

Mon travail consiste à trouver des astuces pour créer un vêtement « normal » qui va faciliter l’autonomie et l’habillage des enfants qui vivent au quotidien, une motricité réduite ou très contrainte.

Vous avez imaginé, il y a quelques années, une ligne de vêtements funs et adaptés, Les Loups Bleus Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans cette aventure ?

Mon expérience de maman confrontée au désarroi de ma fille qui voyait son énergie stoppée par des vêtements qui n’étaient pas adaptés à sa volonté d’être autonome. Je voulais l’aider.

Je n’ai rien trouvé ni sur le web ni dans les catalogues. Des pantalons existent déjà mais ça ne l’aidera pas à se déshabiller, les capes sont couvrantes et permettent d’aller se balader, mais pas assez chaudes, pas colorées (à l’époque, depuis certains fabricants travaillent plus dans le couleur) mais car il y a toujours un mais, les manches sont trop larges, trainent sur les roues du fauteuil etc…

Je l’accompagnais dans chacune de ses séances de rééducation, chez tous les praticiens, ergothérapeute, kinésithérapeute, orthoptiste, psychomotricien et de retour à la maison l’un des premiers gestes du quotidien, « se vêtir » devenait le premier obstacle de la journée à franchir.

Un jour j’ai décidé d’apprendre et de changer cette étape !

J’ai voulu lui permettre de participer le plus possible à tous les gestes qui lui seraient possible de réaliser.

Dans les hôpitaux et les structures d’accueils, les CAMPS, à l’école, je rencontre d’autres parents qui sont confrontés aux mêmes problématiques que nous et à beaucoup d’autres. Je discute avec les enfants, parfois c’est compliqué, le langage verbal est difficile pour certains d’entre eux. Et je découvre des dizaines d’enfants, comme ma fille ! Des enfants joyeux, espiègles qui se cachent, se poursuivent en fauteuil, se disputent, se confient à leur copains, rêveurs, des enfants avec des personnalités uniques!!

Pour être unique et affirmer sa personnalité rien de mieux que des vêtements qui vont valoriser l’image de soi.

Voilà, ils sont nombreux à vouloir que le regard ne s’attarde pas sur leur passage, mais sur leur cape rose à petits pois ; sur leur pantalon baggy et leur sweat « tête de mort »

Quels types de vêtements trouve-t-on dans votre boutique ?

Dans la boutique on va trouver des modèles qui vont développer l’autonomie dans l’habillage

  • Tee shirt évolutifs
  • Tee shirts devant derrière qui permettent aux enfants dys de se repérer un peu plus aisément
  • Chemisettes et chemisiers aux ouvertures aimantées
  • Pantalons et robes zippés
  • Pantalons aux ouvertures de braguette entièrement aimantée
  • Capes couvrantes qui permettent aux enfants de se déplacer en fauteuil sans se salir les manches.

Limiter les manipulations contraignantes d’habillage et déshabillage qui se répètent plusieurs fois par jour, chez les praticiens, avec l’utilisation du matériel, des coques, des attelles, des chaussures orthopédiques.

  • Des tuniques aux encolures larges, manches raglan qui limitent l’amplitude des mouvements
  • Capes qui prennent en compte le matériel de rééducation, d’orthopédie.
  • Des pantalons aux ouvertures rapides, totale pour faciliter les changes sans manipuler, soulever le bassin

Faciliter l’habillage en limitant le nombre de manipulation pour l’enfant et le soignant.

  • Teeshirts
  • Chemises
  • Tuniques
  • Chemisiers
  • Pantalons ouvertures totales et tailles réglables
  • A l’ouverture au dos fermé par des velcros discrets

Les tailles sont alors complètements modifiées. Les gabarits prennent en compte les corpulences plus timides que les enfants du même âge tout en gardant les longueurs des bras et des jambes dans les tailles ordinaires

Et j’en oublie sûrement !

Existe-t-il des aides financières pour les enfants à la MDPH ?

Oui, bien sûr, ces vêtements sont aussi des aides techniques qui sont conçues pour s’adapter au matériel orthopédique. Leur conception, dès le patronage en fait un vêtement avec un but précis développer l’autonomie et valoriser l’image de soi tout en conservant l’image normale d’un produit ordinaire.

Les MDPH participent donc à l’achat de ces modèles. Cela varie selon le taux de prise en charge de l’enfant.

Pourquoi avez-vous lancé un appel aux dons via Kiss Kiss Bank ?

La marque est jeune et a donc besoin d’être connue. Les professionnels de soin, les revendeurs, les familles sont présentes sur les salons.

Participer à ce salon va permettre de créer des partenariats, et de développer la médiatisation nécessaire à l’information pour remonter jusqu’aux intervenants, à l’entourage des enfants et des adolescents.

Et pourquoi pas bien sûr, retrouver les Loups Bleus directement en boutique, chez un diffuseur de matériel médical, par exemple, permettrait aux parents et aux enfants d’apprécier de retrouver les modèles du site dans une proximité immédiate.

Kisskissbanbank est une plateforme qui assure aux contributeurs un versement en toute sécurité de leur donation en contrepartie d’objets, de produits conçus par le lanceur de projet. Grâce à la participation de dizaines de personnes des projets innovants, sociaux, créatifs vont se développer dans l’intérêt commun.

Pour voir tous les modèles proposés, vous pouvez aller faire un tour sur la boutique Les Loups Bleus et pour participer à ce chouette projet c’est par ici !

 

 

Un outil pour retrouver son calme #IDEO #picto

Je vous ai déjà parlé de la gamme Idéo, pensée et conçue par un papa d’un enfant autiste, avec La Roue de Secours, un super outil pour venir en aide aux enfants et à leurs émotions difficiles. Aujourd’hui je vous présente un nouvel outil de la gamme avec L’IDEOmodule « Je suis calme ».

IMG_7045bis IMG_7046bis

Il s’agit d’une pochette plastique avec à l’intérieur tout le nécessaire pour aider son enfant à retrouver son calme et lui donner des solutions pour y parvenir.

A l’intérieur de la pochette, 70 pictogrammes magnétiques qui vont guider les enfants lorsqu’ils auront des émotions difficiles à maîtriser ou lorsqu’ils auront besoin d’assistance pour trouver une solution afin de revenir à une émotion sereine.

IMG_7205bis IMG_7206bis

et un accroche-porte magnétique vertical recto-verso pour encourager vos enfants à suivre les étapes illustrées pour réussir.

IMG_7207bis

L’idée est de réaliser une séquence à l’aide des pictogrammes. Le pictogramme est une illustration qui aide une personne à visualiser un objet ou une action et la séquence est une série de pictogrammes qui permet à la personne d’associer une image à chacune des étapes d’une tâche, d’une activité ou d’un scénario social (prendre un bain, brosser les dents ou se laver les mains par ex). Le scénario social a pour but d’illustrer une situation sociale de façon précise afin d’améliorer la compréhension de la personne et/ou son habileté à interagir socialement.

Création d’une séquence 

En ce moment et notamment le soir alors que Papa Fantadys n’est pas encore rentré, mes enfants se chamaillent beaucoup et deviennent violents l’un envers l’autre. Mon grand fantastique de 11 ans a besoin de tranquillité une fois les devoirs terminés et mon mini de 4 ans veut être avec son frère dans sa chambre et l’embête, bien sûr !

Un soir, mini a frappé mon grand au visage près de ses yeux, il a hurlé et j’ai eu très peur. La peur a engendré de la colère chez moi. Je n’accepte pas les coups violents entre eux d’autant plus qu’ils ont un grand écart d’âge et que cela pourrait vite devenir dangereux.

J’ai donc présenté cet outil à mini pour qu’il apprenne à gérer son trop plein d’émotions. Il s’est tout de suite prêté au jeu et a voulu choisir les pictogrammes.

Voilà la séquence que l’on a créée ensemble en discutant de cette situation précise :

IMG_7233bis

« Quand je suis en colère contre mon frère, je n’ai pas le droit de le frapper. STOP Feu rouge, je trouve une solution »

De l’autre côté de l’accroche-porte, des solutions sélectionnés par mini :

IMG_7231bis

« Je vais me calmer dans le couloir, je prends un doudou, j’écoute de la musique, je vais voir mes parents, je prends un livre »

Il a tout de suite souhaité en parler à son frère, j’ai pu filmé la scène au vol :

Ensuite il est allé l’accrocher de lui-même à la porte de sa chambre.

Puis il a souhaité défaire tous les pictogrammes et les a positionnés sur son tableau magnétique dans sa chambre. Les solutions, les émotions, les objets à utiliser sont donc tous visibles et il peut faire des changements à tout moment sur son accroche-porte.

IMG_7238bis IMG_7243bis

 Un outil pour maîtriser ses émotions de façon autonome

Encore un bel outil, de qualité, très ludique et qui plaît vraiment aux enfants. J’ai vraiment senti un soulagement pour mon mini de pouvoir trouver des solutions par lui-même à ses émotions trop fortes qu’il n’arrive pas à maîtriser.

Je me sens également moins seule à tenter de trouver des solutions aux conflits de mes enfants, c’est un bon support de discussion qui me donne aussi des pistes et qui amène plus de sérénité à la maison.

Disponible chez Hop’Toys au prix de 35,90€.