Mais où est donc Archimède ? ou quand une maman écrit pour ses enfants ….

Nous venons de recevoir un super livre « Mais où est donc Archimède? » de Magali Collineau -Janke .

CouvertureARCHIMEDE-225x300

Mais quelles sont les particularités de ce livre ?

  1. Il a été pensé et écrit par la maman de 3 enfants dyslexiques pour ses enfants et pour tous les enfants DYS ou non-DYS
  2. au niveau de la forme :
    •  une police de caractère conçue pour les dyslexiques
    • une présentation du texte adaptée
    • plus d’espacements entre les lignes ….
    • Des empans de lecture courts
    • en image : IMG_1687
  3.  au niveau du fond :
    • Des phrases aux structures simples
    • Un vocabulaire courant
    • Des dialogues vivants ……

Alors si vous aussi vous souhaitez découvrir ce livre « confortable à lire » mais aussi drôle , qui nous apprend beaucoup de choses sur les lois physiques MAIS surtout un ouvrage qui peut être lu par TOUS , alors n’hésitez pas ! Faites un tour sur le site de l’auteur ici et vous ne manquerez pas d’être séduits par sa démarche ….

Vous pourrez aussi consulter la présentation de ce livre sur le site Handicap.fr ( ici ).

Nous avons hâte que Léo le lise …..malgré ses 412 pages ( car Léo regarde toujours le nombre de pages d’un livre ….) Attendons les premiers jours de vacances car la fin du trimestre a été difficile ….. Par contre son arrière Mamie attend son tour pour le lire tant le confort de lecture l’attire ….

Nous souhaitons à Magali de continuer cette superbe aventure …. avec d’autres aussi belles histoires ….. et encore BRAVO !!!!!

une petite vidéo de présentation ici

 

Publicités

Des livres pour aborder la précocité et la dyslexie avec des petits

Nous avons reçu il y a quelques semaines deux ouvrages jeunesse qui abordent le thème de la précocité et de la dyslexie dès le plus jeune âge.

Zacchary, l’ourson précoce

IMG_2449Zacchary n’est pas un ourson comme les autres. Le premier jour de classe va révéler sa différence. Alors que les autres élèves ne rêvent que de courir, grimper aux arbres ou dénicher des ruches, Zacchary veut apprendre à lire, à écrire et à compter au grand désespoir de sa maîtresse. Ses camarades se moquent de lui et petit ourson ne veut plus retourner à l’école où il n’a aucun ami. Toutefois, la situation va bientôt s’inverser grâce à l’intervention de monsieur Psycholo…

Les enfants précoces vont pouvoir s’identifier à ce petit personnage en voyant qu’il est confronté aux mêmes problèmes qu’eux et comprendre ainsi leurs particularités, pourquoi ils sont différents des autres enfants de leur classe. Les situations abordées dans l’histoire sont très réelles comme les moqueries subies par les autres oursons, l’incompréhension de la maîtresse Madame Poildur, la visite chez un psychologue, Monsieur Psycholo qui va lui faire passer des tests, le saut de classe…

Nous avons lu ce livre avec mon mini de 4 ans 1/2 que je soupçonne d’être un zèbre ou un petit ourson précoce si vous préférez. Il a beaucoup aimé cette histoire et m’a évidemment posé pleins de questions.

IMG_2454On est même parti sur des explications sur la lune quand Zacchary et sa nouvelle amie parlent des étoiles dans le ciel (vu que son cerveau marche par association).

IMG_2453Il a adoré les petites questions à la fin de l’histoire et surtout compter le nombre d’abeilles dans tout le livre !

IMG_2451

Une chouette petite histoire joliment illustrée qui permet d’aborder avec des mots simples le thème de la précocité intellectuelle. Cet album permet de discuter avec les enfants de leur différence, de montrer qu’ils ne sont pas anormaux mais surtout que d’autres enfants sont dans le même cas.

 Tibo et le mage Dyslexis

IMG_2951

Découvre l’aventure de Tibo au Royaume magique de Dyslexie.
Laisse-le t’entraîner dans un monde où les punitions et les moqueries n’existent pas, mais où t’attendent des créatures fantastiques.

 

 

 

On aime cette histoire fantastique dont la mise en page et la police sont spécialement adaptées aux enfants dyslexiques. Un album où règnent les mots CONFIANCE et ESPOIR, où les enfants dyslexiques comprendront qu’ils sont capables et qu’ils peuvent s’appuyer sur certaines personnes pour avancer et réussir.

IMG_2952Dans son lit, Tibo pleure. Les journées d’école sont de vrais cauchemars. Pourtant, Tibo écoute et s’applique. Mais rien n’y fait. Entre l’école et Tibo, ça ne colle pas !

Voilà commence l’histoire…beaucoup d’enfants dys se reconnaîtront.

IMG_2953Mais le mage Dyslexis est là pour aider Tibo à avoir confiance en LUI !

IMG_2954Tibo va devoir alors affronter une petite série d’épreuves au Royaume de Dyslexie accompagné du lutin Ortofonist ou encore du lama L’Instit. Bien entouré, Tibo va se rendre compte qu’il est capable de réussir, de surmonter ses peurs mais aussi qu’il a le droit de se tromper et de demander de l’aide.

IMG_2955 Tibo devient alors un petit garçon heureux, qui a repris confiance en lui et en ses capacités, et qui peut s’endormir tranquillement, la tête encore pleine de rêves magiques !

Avec un peu de magie, beaucoup de fantaisie et des illustrations féériques, on obtient un joli petit album qui fait rêver et qui donne de l’espoir. Au Royaume magique de Dyslexie, il y a de la bienveillance et de l’entraide qui mènent à la réussite et à la confiance en soi.

Ces deux albums sont l’œuvre de Lenia Major et vous pouvez les commander directement sur son site (les frais de port sont offerts sans minimum d’achat) au prix de 14,90€ l’un.

 

 

Un livre pour semer le bonheur, Fantadys soutient #leprojetfou

logopourpenser2013orange250x87__019126100_1207_11072014Les Editions Pourpenser, je vous en ai déjà parlé sur le blog. C’est le coup de cœur de la famille Fantadys : des livres pour penser, des livres jeunesse qui abordent les thèmes de l’amour, du vivre ensemble, de l’épanouissement, de la confiance, du bonheur, de la différence, des émotions, des peurs, de la famille…autant de sujets qui amènent à la réflexion, la discussion, qui créent du débat. Ces histoires ne sont que des graines et il était temps pour cette maison d’édition différente de semer plus largement ces belles idées et ces graines de questionnement. Alors…un projet est né, en peu de temps, un projet un peu fou mais tellement évident et logique : un livre pour partager le bonheur. Et pour réussir ce pari fou, ils ont besoin de nous, de vous, parce qu’ ensemble on peut semer des milliers de graines d’idées ! Parce qu’ensemble on peut propager le bonheur autour de soi ! chgidprojetfou__041359200_1234_09042015 Ce projet c’est tout simplement un petit livre, à tout petit prix issu de la réflexion de 20 co-auteurs (Laurent Gounelle, Catherine Dumonteil-Kremer, Christine Lewicki et bien d’autres), des belles plumes avec de belles idées qui vont donner le sourire à chaque personne qui recevra ce livre positif et joyeux ! A distribuer autour de vous, aux écoles, aux associations… Pour contribuer à ce projet pas-si-fou, c’est par ici. Déjà plus de 70% financés avec plus de 3500 contributeurs de bonheur !

A vous de semer maintenant pour faire naître des sourires !

Idée cadeau #2 coup de coeur Fantadys : la bibliothèque qui fait lire les enfants

Les livres ont une place très importante dans notre famille mais surtout prennent beaucoup de place !!! Mes deux fantastiques dorment dans la même chambre et chaque soir nous lisons une histoire ensemble. Seulement les livres sont dispersés, certains dans une bibliothèque où les livres ne se voient pas bien et sont enfouis, d’autres dans une autre chambre…je me rends compte que finalement nous lisons toujours les mêmes livres, ceux qui sont le plus visibles et à portée de main.

J’ai découvert il y a quelques temps une bibliothèque pour enfant originale et pratique. Pour Noël, j’ai donc décidé de leur offrir (avec un peu d’avance) et d’agencer un bel espace dans leur chambre propice à la lecture.

tidy_books_logo

La bibliothèque Tidy books a été conçue en 2004 par une maman qui ne trouvait aucune bibliothèque adaptée à sa fille car toutes présentaient la tranche des livres. Or les enfants jugent et choisissent un livre avant tout par sa couverture. C’est donc dans son atelier de violon qu’elle créa la première bibliothèque Tidy books.

Un concept unique

DSC01473 credit photo : Fantadys

Il s’agit d’un modèle qui révolutionne la façon de ranger les livres : les livres sont présentés de face donc les couvertures sont visibles. On peut ranger des livres de forme et taille différentes. Fini les livres qui tombent quand votre enfant essaie d’en sortir un de sa bibliothèque, plus besoin de votre aide pour trouver un livre. Les enfants peuvent voir, choisir et se servir eux-mêmes. Cela encourage leur autonomie dès le plus jeune âge et leur permet de choisir un livre par plaisir.

Une grande capacité de rangement et peu encombrante

 

CREDIT PHOTO : FANTADYS

Mes deux enfants dormant dans un grand lit 2 places, il ne reste plus beaucoup d’espace dans la chambre. Les deux bibliothèques que nous avions avant prenaient une place énorme au sol, sans compter tous les livres que nous n’arrivions plus à ranger par manque de place. Nous avons gagné beaucoup d’espace avec cette bibliothèque qui ne mesure que 7 cm d’épaisseur. Pourtant j’ai vraiment été impressionnée par la quantité de livres que l’on a pu ranger quelles que soient leurs formes et leurs tailles. En effet, on peut ranger jusqu’à 85 livres qui sont bien maintenus en place grâce aux panneaux frontaux.

Elégante et ludique

IMG_6342 CREDIT PHOTO : FANTADYS

J’ai choisi le modèle avec les lettres de l’alphabet majuscules en relief sur la bibliothèque car mini fantadys est en plein apprentissage et se passionne pour les lettres. Une façon ludique d’approfondir son désir et de se familiariser encore plus avec l’alphabet. Je trouve également que son look est plus « fun » avec les lettres !

Une bibliothèque éco-responsable

ourstoryfivefrance

Cette bibliothèque est fabriquée à partir de bois FSC, c’est-à-dire issu de forêts gérées durablement et est vernie d’une laque à l’eau novatrice et écologique. Pas d’odeur et complètement sûre pour nos enfants !

Mes enfants et leur nouvelle bibliothèque

DSC01502 DSC01497

CREDIT PHOTO : FANTADYS

Depuis que nous l’avons installée, mini fantadys est très attiré par cette nouveauté dans sa chambre. Chaque soir, il va choisir son histoire tout en prenant le temps de contempler les couvertures, il prend un livre puis le repose et en prend un autre… Une fois la lecture terminée, il remet bien le livre à sa place, chose qu’il ne faisait pas auparavant ! Je pense qu’il était découragé d’avance à l’idée de devoir replacer son livre dans l’ancienne bibliothèque sans tout déranger ou sans corner son livre. Je trouve que cette bibliothèque est bien adaptée à sa taille et est vraiment facile d’accès avec leurs petites mains.

DSC01500 DSC01504

CREDIT PHOTO : FANTADYS

Dernièrement il a même retrouvé un livre que l’on n’avait pas lu depuis longtemps…« On a volé mes tétées ». Il m’a dit : « Ah mais je le connais ce livre » et je lui ai répondu  » Oui mon ange, c’est le livre que je te lisais quand tu étais plus petit et que tu tétais encore maman ». Ce fut un véritable plaisir pour nous deux de se replonger dans la lecture de ce petit livre, tant de souvenirs…

CREDIT PHOTO : FANTADYS

De son côté, un soir, de manière spontanée, mon grand fantastique a choisi un livre de la bibliothèque, a pris son frère entre ses jambes et lui a lu entièrement. Ce livre s’appelle « J’aime ma mamie », c’est un de nos préférés je vous en ai déjà parlé sur le blog.

DSC01525Câlins assurés après la lecture !

CREDIT PHOTO : FANTADYS

Notre nouveau coin bibliothèque chaleureux et accueillant pour une lecture 100% plaisir

Chez Tidy books, il existe également une gamme de stickers très sympa. Nous avons donc commandé les stickers Alphabet afin de réaliser un joli coin lecture dans la chambre et voici le résultat :

DSC01529 DSC01531

DSC01532   CREDIT PHOTO : FANTADYS

Tidy book c’est donc une belle découverte, mon véritable coup de coeur pour ce Noël, un cadeau idéal qui se différencie des cadeaux habituels.

Une bibliothèque de qualité qui est une excellente solution de rangement pour tous les précieux livres de nos chers bambins et qui les encourage à lire.

Un bon moyen de leur donner le goût de la lecture dès leur plus jeune âge. 

Si vous aussi vous pensez que cette bibliothèque serait un cadeau original pour vos enfants, profitez-en car en ce moment il y a 20% de remise sur le site jusqu’au 25 décembre et la livraison est gratuite. Attention pour être livré à temps pour Noël, c’est aujourd’hui le dernier jour de commande !

Cliquez sur l’image ci-dessous pour bénéficier de cette offre :

 

Merci Tidy books d’avoir pensé à nos enfants et de permettre de faire des livres une partie naturelle de leur environnement pour les aider « à construire un amour de la lecture pour toute leur vie ». 

Chez Tom Pousse , des cahiers pour construire les apprentissages en français

Toujours chez Tom Pousse, nous avons testé les 3 cahiers d’Agnès Kettela à destination des dyslexiques mais finalement pas que …..

« Je construis ma grammaire » (cahiers n° 2 et n°3) et « Je construis mes rédactions » sont les cahiers que nous avons regardés de près et qui nous ont beaucoup intéressées.

gram1     gram2

1. Je construis ma grammaire existe sous forme de 3 cahiers (n° 1 à 3) , le 1er pour les CE1, le 2ème s’adressant aux CE2 et le 3ème aux CM1 et CM2.Beaucoup de similitudes dans leur conception , basées sur une pédagogie de la réussite :

  • En introduction, nous avons relevé la nécessité d’une représentation concrète de la grammaire grâce aux couleurs, aux formes, pour pouvoir manipuler sur la langue et accéder à l’abstraction
  • effectuer des classements des éléments de la grammaire
  • présenter des vues d’ensemble (équivalent des cartes mentales) pour synthétiser et mémoriser
  • manipuler le matériel grammatical sous forme d’étiquettes , la main aidant l’intelligence à se structurer

Nous avons particulièrement aimé :

  • la forme du support : très agréable, très claire (dans les couleurs, la police d’écriture, la formulation des consignes, les rituels de présentation….)
  • le « ce qu’il faut faire » ( page de gauche) qui explique ( explicite)  vraiment le but de l’exercice, la consigne et l’ordre dans lequel le travail se fait.Un exemple illustre la consigne , les « d’abord, ensuite » aident à la planification et parfois un encadré avec « attention » donne aussi un conseil pour ne pas tomber dans un piège. Lors de l’exercice (page de droite) la consigne est alors très simple , très claire , écrite en gras pour la distinguer de l’exercice proprement dit.
  • le rappel de la leçon (page de gauche) avec le lien vers la vue d’ensemble qui se trouve en fin de cahier. Des explications sont données qui peuvent constituer des réponses à certaines questions que les enfants se posent (mais n’osent peut être pas poser…..)

Bref, des cahiers que nous allons utiliser cette année avec Léo pour reprendre certaines notions afin qu’il « construise » vraiment sa grammaire . Les vues d’ensemble , extrêmement importantes pour le fonctionnement de Léo, permettront aussi de les confronter à nos cartes mentales afin parfois de modifier, d’ajouter, de supprimer certains éléments.

2. Je construis mes rédactions

redac1

Un autre cahier pour venir compléter les précédents pour « construire » son expression écrite. Là aussi ,nous sommes devant une tâche très complexe …. pour beaucoup d’enfants d’ailleurs.

– Cet ouvrage aborde des points fondamentaux comme:

ceux liés à la grammaire et à la conjugaison :

  • la ponctuation
  • la construction de phrases
  • l’emploi des modes du verbe

ceux liés au vocabulaire

  • enrichir son vocabulaire ( préfixes et suffixes…)

ceux plus directement à la rédaction : apprendre

  • à décrire
  • à raconter
  • à résumer
  • à écrire une lettre,une fable,une recette,un dialogue
  • à argumenter

– Toujours un cahier avec une présentation claire, gaie, colorée qui donne envie de faire!

– On y retrouve des leçons (ou explications, définitions, règles, conseils) précédant l’exercice, des « ce qu’il faut faire » , du travail sur le sens( par exemple pour les préfixes…), des classements, des résumés , schémas ou progressions pour apprendre à décrire, raconter ….

– En fin d’ouvrage, des vues d’ensemble de type « grammatical ».

En ce qui nous concerne, nous allons utiliser ce cahier en lien avec ce qui sera fait en classe et essayer de transformer les résumés, schémas ou progressions soit en cartes mentales ou autres supports ( grille …) en fonction des choix de Léo pour essayer de mettre en place des stratégies d’écriture de texte…. un long chemin encore à parcourir mais une grande aide nous est déjà apportée par ce cahier. Nous reparlerons de ces stratégies d’aide à l’écriture de textes car c’est , me semble-t-il, un objectif fondamental ….

Chez Tom Pousse : 100 idées pour aider les élèves dyspraxiques

Voici un ouvrage paru chez Tom Pousse, que nous venons de lire et, comme le dit son titre, il nous a encore donné des pistes pour aider les enfants dyspraxiques….

Les éditions  logotom Tom Pousse sont spécialisées « dans la publication d’ouvrages destinés à venir en aide aux élèves souffrant de troubles des apprentissages, Tom Pousse a pour vocation de fournir aux enseignants, aux parents et à tous ceux qui participent à l’éducation des enfants des ouvrages proposant des pratiques pédagogiques innovantes fondées sur des années d’expérience auprès des élèves en difficulté à l’École primaire. »

100 idées pour aider les élèves dyspraxiques

Ce livre est écrit par le docteur Amanda Kirbi ( professeur à l’Université de Newport) et Lynne Peters (pédagogue) .Il est découpé en 3 chapitres :

  • école maternelle
  • école primaire
  • école secondaire

L’association DMF a ajouté un dossier d’informations pratiques sur la dyspraxie en France à la fin de l’ouvrage.

Nous nous sommes concentrées sur la partie école primaire (une cinquantaine de pistes)  mais déjà une vingtaine d’idées sont inscrites à l’école maternelle …. à regarder donc en priorité surtout dans les domaines où l’enfant est en difficulté..

Voici quelques idées qui ont particulièrement retenu notre attention :

  1. l’emploi du temps, s’adapter au changement , s’organiser:
    nécessité de fournir un emploi du temps car l’enfant dyspraxique n’aime pas les imprévus, veut savoir à l’avance ce qui va se passer, le déroulement de sa journée.A la fin de chaque journée, on peut préparer la journée suivante.C’est un enfant qui a besoin en permanence d’être rassuré et un « petit » changement de notre point de vue a souvent une toute autre dimension pour lui. Nous avons mis en place un emploi du temps (de la classe) depuis 2 ans , le déroulement de la journée également, et Léo fait ses devoirs chaque jour avec son propre « programme » (en 1 je fais du foot, en 2 : orthographe les mots …… ) : cette petite liste de choses à faire lui permet de mieux gérer son temps .Actuellement, il nous semble nécessaire de remettre le time-timer en service pour fixer le début et la fin d’une activité …Encore une histoire de temps ….
  2. la boîte à outils d’écriture et de dessin : en lui présentant toute une gamme de feutres, crayons ergonomiques ou non , craies, gommes, règles … l’enfant pourra sélectionner les « outils » avec lesquels il arrive à écrire le mieux possible et avec le moins de fatigue possible .Pour nous, le stylo 4 couleurs, le stylo bille que l’on peut gommer, la règle avec picots anti-dérapants par exemple sont des outils qui ont été choisis par Léo au fur et à mesure.Bien sûr, le fameux stylo à encre fait toujours partie de ses envies (de grand, de comme les autres …) mais actuellement encore peu efficace même s’il en possède plusieurs !
  3. l’estime de soi : c’est vrai que là c’est un point très important qui est abordé et l’accent est mis sur la nécessité de valoriser les efforts, d’encourager de permettre « de gagner en estime de soi et en reconnaissance de la part des autres » : un gros travail à réaliser par l’enseignant mais n’oublions pas que c’est aussi une tâche , un défi que les parents doivent relever !Nous avons vécu aussi ce grand manque de confiance, ce sentiment du « je suis nul » et, même si cela semble aller mieux, il est nécessaire de rester vigilantsla fragilité est bien toujours là ….
  4. les cartes mentales : « apprendre une technique efficace pour apprendre à organiser leur pensée et à la mettre par écrit » c’est un des rôles de la carte mentale. C’est dans cette idée que j’ai pioché l’utilisation des post-it qui s’est avérée très intéressante dans la construction d’une carte mentale avec Léo : très pratique, simple, déplaçable, remplaçable bref très agréable à manipuler !

Bien entendu, d’autres thèmes sont abordés , sachant que tous ne correspondent pas forcément à un enfant donné, certains domaines étant parfois épargnés mais un grand nombre de sujets sont traités. Puis viennent les idées pour le collège, des années souvent difficiles … à lire donc qu’on soit enseignant ou parent pour trouver des pistes d’aide efficaces tout au long de la scolarité.

« Coup de coeur livre » Fantadys : Parents d’artistes, comment accueillir l’art dans notre quotidien

« L’art est une nécessité dans l’équilibre d’un enfant. Le sens du beau est de l’ordre du respect d’autrui et donc du respect de soi-même. L’art est un média pour donner aux enfants l’envie de grandir, de rêver, de s’exprimer librement » Gérard Garouste

IMG_5188

On connaît tous l’importance de la créativité chez l’enfant. Stimuler cette créativité va permettre aux enfants d’intégrer les acquis fondamentaux tout en s’amusant. Les activités, les bricolages, l’art en tout genre sont bénéfiques pour développer l’imagination, l’inventivité, la créativité.

Encore faut-il transmettre la joie de créer à ses enfants…et c’est là que c’est moins évident. J’avoue que faire de l’art avec des enfants ayant des troubles dys, qui sont agités sans que ça ne se transforme en activités épuisantes, c’est tout de même un challenge ! Et pourtant, nos petits fantastiques possèdent souvent un sens créatif très développé et il est primordial de les guider dans le développement de cette créativité. Alors comment faire pour que l’art ne soit plus rare dans notre quotidien, qu’il soit intégré de manière naturelle et qu’il fasse vraiment partie de la vie ?

J’ai trouvé des réponses dans le livre « Parents d’artistes » de Jean Van’t Hul sorti aux Editions La Plage en Juin 2014.

grand_PARTweb Parents d’artistes

Avant de lire ce livre et avant de savoir que mon fils Léo avait des troubles dys, faire des activités artistiques consistait souvent à faire des coloriages sans dépasser ou faire de la peinture ou encore de la pâte à modeler. Mais souvent le temps de sortir tout le matériel, soit Léo en avait déjà marre soit l’activité ne durait pas plus de 5 minutes. Très frustrant…Parfois je cherchais sur internet des modèles à réaliser en suivant des étapes avec pour objectif un joli résultat le plus proche possible du modèle. Vous imaginez bien qu’avec un enfant dyspraxique ayant des troubles de l’attention, la réalisation était une vraie galère, que mon fils saturait au bout de quelques minutes et que je finissais toujours par finir le travail moi-même, énervée et/ou déçue une fois encore…puis évidemment je devais tout ranger puisque lui, était déjà passé à autre chose depuis bien longtemps ! Au fil du temps nous avons donc fait de moins en moins d’activités liées à l’art.

A la lecture de ce livre, je me suis vraiment rendu compte que l’art était très peu présent dans notre quotidien, certes déjà bien chargé par d’autres activités… J’ai compris également que ma vision de l’art n’était peut-être pas » la bonne » ou du moins celle qui me convenait pour continuer à éprouver du plaisir à réaliser des activités artistiques avec mes enfants.

Eliott, alias mini fantadys (3 ans 1/2) crée avec peu de choses, s’invente beaucoup d’histoires. Il a beaucoup d’imagination et il est capable de m’emmener loin dans l’imaginaire. C’est très nouveau pour moi car c’est tout l’inverse de son frère, très terre à terre. Pour autant, Léo aime l’art mais c’est juste plus compliqué pour lui d’arriver à le mettre en oeuvre. Enfin c’est ce que je croyais jusqu’à ce que ma vision de l’art change et que je découvre quel était vraiment mon rôle.

IMG_5218

Dans Parents d’artistes, l’auteur Jean Van’t Hul, nous rappelle que « les enfants naissent créatifs, de nature ouverte et curieuse », ils désirent explorer le monde et notre rôle en tant que parent est d’aider « à entretenir l’étincelle créative qu’ils possèdent depuis la naissance ». Pour faciliter leurs expériences artistiques, il faut mettre à leur disposition un espace dédié, du matériel et proposer des activités artistiques adaptées à leur âge. Notre rôle est de les guider en douceur puis de s’éloigner lorsqu’ils n’en ont plus besoin tout en gardant un œil observateur. Et le rôle des enfants c’est de CREER bien sûr !

« Le spectre de créativité qui existe en chaque individu est libéré lorsqu’on se débarrasse de l’idée de bien ou mal faire. » Angeles Arrien

Si on se place dans la démarche de sortir « l’artistique » de sa fonction « éducative » et « récréative » pour qu’il fasse vraiment partie de la vie quotidienne alors toutes les occasions et moments de la journée sont prétextes à l’expérimentation artistique, à l’observation, à l’exploration des matériaux, des outils et de son propre corps. Si l’on ne se soucie pas du résultat final (souvent imposé par l’enseignant ou le parent) alors nos enfants pourront devenir des penseurs créatifs ! Il s’agit de leur apprendre le plaisir d’inventer librement, d’explorer de manière illimitée le matériel et les techniques, d’apprendre de leurs expériences et de l’observation des causes et des conséquences. Comme il n’y a pas d’erreur ou de réussite, les enfants ont envie de prendre des risques et donc seront plus confiants. Voilà enfin une vision qui me plaît et qui m’encourage en tant que parent dans mes efforts pour intégrer l’art et la créativité à nouveau dans notre vie de famille et sans stress !

IMG_5219

Mais comment faire concrètement ?

« Parents d’artiste » est un véritable guide sur la façon de mettre en place des espaces de création à la maison, avec des listes de « must-have » de matériel et des idées d’activités d’art vraiment accessibles à tous. On se rend vite compte qu’on peut être créatif avec ses enfants avec du matériel peu coûteux et souvent fabriqué maison. On trouvera des recettes pour fabriquer sa propre peinture aux doigts ou encore sa pâte à modeler maison.

L’auteure nous donne également des pistes pour s’organiser et prendre le temps de planifier une activité artistique dans notre routine quotidienne : on peut par exemple prévoir une activité calme qui ne nécessite pas notre intervention pour occuper les enfants pendant que l’on prépare le repas (pâte à modeler, dessin, autocollants, faire des collages…) ou encore glisser une activité entre-deux dans les transitions de la vie quotidienne (le déjeuner et la sieste, l’école et la maison), entre 5 et 15 minutes suffisent !

L’auteure nous propose donc dans son ouvrage de préparer la maison, d’organiser le temps et l’espace puis de laisser les enfants s’approprier le matériel à disposition comme ils en ont envie mais aussi de les aider à stimuler leur créativité avec de nombreuses idées d’activités inspirées de la pédagogie Montessori : on trouvera 60 activités pour les artistes entre 1 et 8 ans, centrées sur le processus de création et la démarche artistique. Quelques exemples : dessins d’observation, peinture à la mousse à raser, pointillisme au coton-tige, papier découpé, peinture à la paille…

IMG_5222 IMG_5221 IMG_5220

Des jolies photos illustrent le processus et les projets des enfants, authentiques et réalistes

Au delà d’un espace aménagé et des fournitures adaptées, l’auteure insiste également sur la façon d’encourager son artiste en herbe. La manière de parler des œuvres de nos enfants est tout aussi importante car il s’agit de commenter sans juger.

Complimentez son enfant en disant « comme c’est joli » n’apporte rien de constructif. Par contre, parler du  travail de nos enfants en commentant ce que l’on voit par exemple « je vois que tu peins avec du jaune sur du rouge. Les couleurs se mélangent et donnent de l’orange, n’est-ce pas ? » ou en demandant à l’enfant de nous raconter son œuvre « et si tu me racontais ta peinture? » permet de nourrir « leur confiance en eux, les aide à acquérir le vocabulaire nécessaire à la compréhension de leurs expériences artistiques et entretient leur intérêt et leur enthousiasme pour l’art. » nous explique Jean Van’t Hul.

Un petit mot sur l’auteure : Jean Van’t Hul est diplômée en arts plastiques et mère de deux enfants. Depuis 2008, elle tient le blog The Parent Artful où elle partage des activités artistiques qu’elle réalise avec ses propres filles ou avec les groupes d’enfants qu’elle anime.

En résumé : un livre de qualité avec de magnifiques photos source d’inspiration, qui donne tout de suite envie de l’ouvrir, des moyens simples pour amener l’art et la créativité dans la vie de famille, des projets créatifs différents tous axés sur le « processus » plutôt que sur le résultat final,  des merveilleuses ressources pour les parents et les enseignants.

Pour moi, un nouveau départ pour faire de l’art autrement avec mes fantastiques !

Et quand l’art rencontre le mind-mapping, voilà ce que ça donne :

artsigne2

 

 

 

Un projet à soutenir : réédition d’un album jeunesse adapté aux enfants dyslexiques

La maison d’édition jeunesse La poule qui pond réédite Petit ogre veut un chien d’Agnès de Lestrade (10 ans d’écriture pour la jeunesse) avec des illustrations inédites de Fabienne Cinquin. Cet album s’adresse aux enfants en apprentissage de la lecture (du CP au CE2).

b1cd9a6d53800e60659eac85e2cad97d

L’album

En matière d’adoption animale, les parents ogres paraissent bien plus conciliants que les humains. Car chaque fois que Petit ogre veut un animal, ses parents n’émettent aucune résistance ! Et pour cause : à chaque nouvel animal ramené (un chien, puis un lapin, puis un poisson), papa ogre est ravi ! Une fois petit ogre à l’école, le papa ogre s’empresse de ne faire qu’une bouchée de l’animal ! Il raconte alors à son fils des tas de salades concernant la disparition des animaux. Mais lorsque l’enfant ogre demande un éléphant, papa ogre ne peut cette fois l’avaler ! Voilà le père pris à son propre jeu et un enfant ogre bien moins naïf qu’il n’y paraît !

Extrait de Ricochet

L’album est né en 2005, mais est indisponible depuis. La poule qui pond vous propose aujourd’hui de retrouver cet album monstrueusement drôle avec de toutes nouvelles illustrations et en écriture syllabée…

La poule qui pond va adapter l’album aux enfants dyslexiques. Comment ?
L’album aura une police de caractère adaptée, un travail sur la forme et le fond du texte sera fait pour une lecture optimale, et nous utiliserons le procédé de syllabation qui permettra une facilité de lecture et donc une compréhension de l’histoire.
Nous travaillons avec des professionnels (orthophonistes, audiophonistes…) et des partenaires (entreprises, associations…).

page_test12
Comment participer et pré-commander le livre ?

En réalisant des pré-ventes sur Ulule (plateforme de financement participatif et solidaire) nous validons le projet et espérons obtenir la trésorerie nécessaire pour imprimer l’album. C’est aussi le seul moment où l’album peut être vendu avec une réduction de 30%. Sur la plateforme Ulule l’album est en pré-vente à un prix de 10 euros. (L’album sera ensuite disponible dans les librairies à 15 euros.)
http://fr.ulule.com/jeunesse-dyslexie


Le financement participatif, qu’est-ce que c’est ?

Le financement participatif ou crowdfunding, est un nouveau mode de financement qui met en relation les porteurs de projets avec des personnes qui souhaitent soutenir ces projets. Chaque soutien recevra ensuite des contreparties, comme par exemple l’album ainsi financé. Si le financement n’est pas atteint, le projet ne peut pas se faire, tous les soutiens sont donc remboursés.


Où trouver le projet ?
 Sur la plateforme de financement participatif Ulule, le paiement est sécurisé, si toutefois vous préférez participez et pré-commander l’album par chèque, merci de nous renvoyer le bon de commande ci-joint.

Rendez-vous à l’adresse suivante : http://fr.ulule.com/jeunesse-dyslexie

L’écolier, un CD pour petites et grandes oreilles

IMG_5118 L’écolier de Fabrice Devesa, illustration Marie-Pierre Emorine

L’écolier c’est le CD que nous écoutons en boucle depuis quelques temps, surtout pendant nos trajets en voiture. Pas plus tard que ce matin, mini fantadys (3 ans 1/2) me disait encore « elles sont trop belles tes chansons maman ».dans-une-de-ses-chansons-fabrice-devesa-rend-un-bel-hommage-a-un-courageux-petit-bonhomme-maxence-gravement-malade-photo-dr

Alors ce ne sont pas mes chansons mais bien celles de Fabrice Devesa, un poète à la voix douce et au visage angélique. Il parcourt les villes et villages de France, de Suisse mais aussi du Québec pour partager son monde merveilleux. Et comme pour lui, « la vie n’a de sens…que lorsqu’elle est partagée », avec la sortie de son CD L’écolier, « désormais, ces chansons vont pouvoir voyager, j’espère qu’elles vous plairont » nous dit-il. Oui je confirme, elles nous plaisent vos chansons !

Le CD L’écolier est composé de 16 chansons , « des chansons pour toutes les oreilles qui ont pour thème : l’école, le temps qui passe, la laïcité, le vivre-ensemble mais également l’amour des êtres chers » comme l’explique Fabrice. Les chansons préférées de mini fantadys sont celles où l’on entend les enfants de la chorale du conservatoire de Saint-Etienne. Quant à moi, j’écoute les paroles, tantôt joyeuses tantôt tristes, elles sont authentiques et tout le monde s’y retrouve.

On adore également les illustrations de Marie-Pierre Emorine (vous savez mon illustratrice préférée) sur le livret des paroles :

IMG_5119 IMG_5120 IMG_5121

Mais qui est vraiment ce conteur-auteur-compositeur-interprète (oui tout ça !) ?

Venez découvrir Fabrice au travers de mon interview :

Fabrice Devesa, qui êtes-vous ?

Il est très difficile de dire qui l’on est mais, si vous parlez de mon métier, j’exerce la profession de conteur depuis plus de 10 ans et anime des ateliers autour du théâtre, du conte et de la poésie… J’ai aussi publié une dizaine de recueils (essentiellement des poèmes) et je viens de sortir un CD de chansons (j’en avais sorti un avec des amis, il y a déjà quelques années mais en amateur) Sinon, avant tout, je suis marié et père de deux petites filles que j’adore: Mathilde qui a 5 ans et Chloé qui en a 3. Comme je le dis souvent à mes amis: je suis conteur en intermittence et papa a plein temps…

Est-ce que votre métier est la concrétisation d’un rêve d’enfant ?

Oui, j’ai toujours rêvé d’exercer le métier que je fais aujourd’hui. C’est un travail mais surtout une passion! A 7 ans déjà, je disais à mes parents que « plus tard, je serai troubadour et ferai rêver les gens en leur racontant des histoires »… Cela les faisait sourire! Quand à l’adolescence, je leur ai redis la même chose, ils ont commencé à s’inquiéter puis, plus tard, je pense qu’ils ont été assez fiers de voir que je m’étais accroché à mon rêve et que j’avais réussi à le concrétiser. Maintenant, je dois tout faire pour vivre cette passion le plus longtemps possible. Ce qui n’est pas toujours évident, surtout par les temps qui courent!

Dans votre CD L’Ecolier, on retrouve un peu  de vous, de votre intimité, est-ce là que vous puisez votre inspiration ?

Je suis l’auteur, le compositeur et l’interpréte du CD « L’écolier » donc il y a forcément beaucoup de moi dans ce CD. Chaque artiste, je crois, puise son inspiration dans son vécu. Je ne parle pas des artisans du verbe ou de la peinture, même si il y en a de très bons. Je pense aux poètes, aux peintres, aux romanciers, aux sculpteurs et à beaucoup d’autres qui batissent leurs oeuvres avec ce qu’ils sont et ce qu’ils ont envie de dire aux personnes qui les entourent. Ils apportent leurs regards, leurs cris ou leurs chants d’amour… (Leurs cris pouvant également être des chants d’amour!) Leurs oeuvres sont toujours des messages!

En parlant de message, quel est celui que vous souhaitez transmettre aux enfants et aux parents qui écoutent vos chansons ?

J’aimerais apporter un message d’amour universel, un regard apaisant sur les êtres et sur la vie… une sagesse que l’on peut retrouver dans les contes… J’aimerais apporter un message de bonheur à ceux qui m’écoutent, un espoir… Il y a, je pense, dans mes chansons un mélange de fragilité et de force: la fragilité de nos existences (nous sommes bien peu de choses… J’ai perdu mon père que j’adorais et j’ai eu ensuite beaucoup de problèmes de santé qui m’ont fait penser que j’allais peut-être l’accompagner dans l’au-delà) mais aussi la force de l’amour qui peut transcender le temps et la mort. Quel est le vrai sens de la vie si ce n’est celui d’essayer de partager avec les autres ce que nous avons de meilleur en nous (l’amour que nous pouvons avoir pour les gens et pour la vie)… En écrivant mes chansons, j’ai souhaité que ce CD soit avant tout un hymne à la vie, tout en n’oubliant pas toutes les épreuves que cette vie nous fait parfois subir. La première fois que j’ai eu l’idée de faire ce CD, c’était il y a 4 ans, quand j’ai conté pour des enfants qui étaient en fin de vie. Ce qui m’a le plus frappé, lorsque j’étais avec ces enfants, c’est le bonheur qui illuminait leurs visages pendant que je leur contais des histoires, alors que la plupart d’entre eux savaient qu’ils étaient condamnés à mourir quelques semaines plus tard. Ce moment que nous avons partagés ensemble semblait hors du temps. Les sourires de ces enfants semblaient défier la mort. C’était incroyable! Je me sentais tout petit devant le courage de ces enfants qui, je le savais, profiteraient de la vie jusqu’à leurs derniers instants.

L’une de vos chansons s’appelle Maxence, pouvez-vous nous en dire plus ?

Maxence est un garçon âgé de 9 ans qui est atteint de la maladie d’Hirschsprung (une maladie rare du gros intestin) et d’une myopathie évolutive. J’ai rencontré Maxence ainsi que sa famille, il y a plusieurs années et j’ai organisé plusieurs spectacles au profit de l’association « Vole papillon d’amour » que son papa et sa maman ont créée pour aider Maxence dans son quotidien. Un jour, à travers l’un de mes spectacles, j’ai souhaité rendre hommage au courage dont font preuve Maxence et sa famille et j’ai écrit cette chanson intitulée: « Maxence ». Je continue de soutenir cette association à qui j’ai déjà reversé une partie des bénéfices du CD « L’écolier ».

Vous travaillez principalement auprès d’enfants, que vous apporte le contact avec le public jeunesse ?

Les enfants m’apprennent à toujours m’émerveiller devant les choses les plus simples de la vie. Ils m’apportent beaucoup de bonheur. j’aime être avec eux car ils sont vrais, entiers, et très directs. J’interviens aussi bien dans les crêches que dans les collèges. Ce qui est très amusant dans les crêches, ce sont les enfants qui viennent près de moi quand je leur chante une chanson qui leur plait et qui s’en vont quand la chanson ne leur plait pas pour revenir vers moi à la fin de la chanson. Je commence à écrire quelques anecdotes sur les réactions des enfants qui, quelques fois, me bouleversent. Je me souviens par exemple d’une petite fille qui devait avoir 3 ans et qui, un jour, au milieu d’un de mes spectacles, devant près de 200 personnes, est montée sur la scène pour me réclamer un baiser. C’était magique! Chez les plus grands, c’est drôle de voir de grands gaillards venir vers moi après le spectacle et me demander si l’histoire que je viens de conter s’est réellement passée. J‘aurai beaucoup d’anecdotes à vous confier mais une page ne suffirait pas. J’adore les enfants et ils me le rendent bien!

Comment se déroule une séance de conte avec Fabrice Devesa ?

Tout dépend si c’est un atelier ou un spectacle mais que ce soit l’un ou l’autre, j’aime faire participer les enfants. Pour un spectacle, je choisi des contes assez courts pour que les enfants ne perdent jamais le fil des histoires et, entre les contes, je chante quelques chansons… Les spectacles durent entre 45 et 60 minutes. Pour les ateliers, il m’est difficile de vous présenter une séance type car tout dépend de l’âge des enfants, de ce qu’ils souhaitent faire par rapport aux demandes des enseignants, du sujet et de la forme que nous abordons (le théâtre, le conte et la poésie).

Quel est votre actualité ?

En ce moment, je travaille sur les arrangements de mon deuxième CD (le premier ayant bien marché, je commence à rentrer dans mes frais et peux continuer l’aventure). J’organise un concours de dessins pour les enfants sur le thème de « L’écolier » (pour continuer de promouvoir le CD « L’écolier ») qui aura lieu à la prochaine rentrée scolaire. Je propose mes spectacles aux mairies et aux médiathèques et, surtout, je vais prendre quelques jours de vacances pour m’occuper de ma femme et de mes enfants…

Vous l’aurez compris, Fabrice, c’est un conteur au grand coeur. D’ailleurs une partie des recettes du CD « L’écolier » est directement reversée à l’association « Vole papillon d’amour » qui a été créée pour aider Maxence dans son quotidien.

Pour découvrir le CD « L’écolier », vous pouvez le retrouver sur la plateforme musicale CD1D ici, chez tous les disquaires ou encore le commander directement en envoyant un chèque de 15 euros (frais de port inclus) à :
fabrice

Et pour découvrir totalement l’univers de Fabrice, allez faire un tour sur son site internet ici et sa page Facebook.

Et en bonus un extrait vidéo du CD « L’écolier » et de l’un de ses spectacles :

Une sélection de livres sur les troubles du langage

L’excellent blog La Mare aux Mots nous présente une sélection de livres traitant des troubles du langage et de la communication :

cropped-banderole-2

L’orthophonie [1/2]

L’orthophonie [2/2]

Merci à Marianne, orthophoniste, pour cette chronique très intéressante !

Et pour aller plus loin, on retrouve de nombreux livres sur le thème de la différence dans la fiche thématique ci-dessous :

Fiche thématique : la différence