Relecture , stylet et ordinateur ou comment matérialiser la relecture

La relecture (principalement en dictée) est un sujet qui nous intéresse beaucoup et nous y avons déjà consacré des heures … et des articles (ici, , et encore ou ) MAIS ça coince encore …..

J’ai à nouveau ré-observé les propositions des auteurs de la collection OH!OH! avec les 4 paires de lunettes où l’on traque un seul type d’erreur à la fois (donc 4 relectures) ainsi que plusieurs propositions du rallye-lien de Farfa (ici et ).Il est question d’utiliser le crayon pour dessiner des « lunettes » qui vérifient les accords ou bien d’appliquer une stratégie de relecture guidée par l’enseignant (puis avec un étayage moins marqué au fil du temps)…. des tas de pistes très intéressantes avec une matérialisation crayon-papier indispensable (merci pour toutes ces idées partagées!) . D’autres idées aussi avec 5 étapes de relecture correspondant aux 5 doigts de la main(on déplie un doigt au fur et à mesure ….)

Au niveau des « neurosciences » (d’après des infos trouvées dans le livre d’Eric Gaspar que nous avons chroniqué ici) il est nécessaire pour le cerveau de « segmenter la relecture, c’est-à-dire relire plusieurs fois, mais en ne se concentrant à chaque fois que sur une seule chose! »( page 74), ça nous l’appliquons déjà ….

On peut essayer d’analyser les raisons du manque d’efficacité de la stratégie actuelle et … on en trouvera « un wagon » … On va quand même essayer autre chose en s’appuyant sur ce qui marche déjà et surtout en essayant de voir ce qui ne fonctionne pas vraiment … avec l’aide du principal intéressé … de son ordinateur (écran tactile) et de son stylet …..

OBJECTIF : trouver un fonctionnement :

  1. efficace
  2. rapide
  3. pas trop coûteux « attentionnellement »
  4. utilisable sur son PC [sachant qu’en CM2 il peut imprimer son texte et y apporter des corrections à la main mais que ceci sera impossible au collège]

Les constats actuels :

  • les dictées s’allongent : la relecture phrase par phrase en 5 étapes devient « fatigante » surtout sans pause après la dictée (il faut enchaîner la correction)
  • le temps manque , la verbalisation aussi : en réalité Léo aime écrire juste directement et il a tendance à s’arrêter lorsqu’il a un doute pour un mot , ou qu’il veut immédiatement trouver le sujet du verbe qu’il est entrain d’écrire pour l’accorder , ou qu’il a besoin de se dire « il y en a plusieurs je mets au pluriel »….. [Quand nous travaillons à la maison, je lui laisse ce temps , peut être ai-je tort ….]
  • Finalement , devant la tâche, longue et coûteuse, il lui arrive soit de faire « semblant de relire » , de « bâcler » la relecture voire même de ne pas utiliser son « porte-clefs de relecture » (que l’on peut retrouver ici)
  • Il me semble nécessaire de passer par une matérialisation de la recherche des erreurs (ou plutôt des liens qui lient les mots entre eux)  pour rendre cette stratégie efficace : ce que je vais proposer à Léo à l’aide de son stylet (idée qui me trotte dans la tête depuis le début de la mise en place de cette stratégie guidée de relecture MAIS que nous n’avions pas vraiment « concrétisée »)

J’ai donc préparé un autre « système de relecture » que j’ai souhaité moins « lourd » sous la forme d’un marque-page (un peu plus long et large quand même) (en image ci-dessous) car Léo trouvait un peu trop long maintenant de tourner les pages de son porte-clés.

sylvia336

  • 5 étapes à cocher au fur et à mesure et à renouveler à chaque phrase (comme si on avait 5 paires de lunettes à utiliser)
  • J’ai conservé les étapes 1 et 5 CAR encore des mots oubliés (et cela permet une relecture de chaque phrase AVANT de se lancer dans la « chasse à l’erreur » ) ainsi que des majuscules notamment dans les noms de villes ou de personnes qui « résistent » encore
  • étape 2 : Pour les mots liés, on va spécifier qu’il s’agit de la recherche des Décideurs (les Déterminants) à entourer en bleu et à lier aux Noms et Adjectifs
  • étape 3 :  ce sera ensuite le tour des Verbes conjugués (à encadrer en rouge) et de leur sujet (à entourer en rouge : le sujet est aussi le décideur du verbe) puis marquer le lien entre le sujet et la terminaison du verbe (astuce : possibilité de remplacer le sujet par un pronom personnel )
  • étape 4 : On continuera avec les homophones et un dernier coup d’oeil aux P.P. ou verbes à l’infinitif

J’ai présenté cette grille de relecture à Léo en lui proposant de corriger la dernière dictée faite en classe afin de voir sa réaction , avec les consignes suivantes :

  • Tu vas utiliser ton stylet MAIS en laissant ton ordinateur en position ORDI et non tablette car on fera des allers-retours du stylet au clavier .
  • Pour étudier chaque phrase , tu pourras d’abord l’agrandir (écran tactile) afin de ne pas avoir la dictée en entier sous les yeux » (on libèrera ainsi un peu d’attention!) .
  • résultat en image :

IMG_1979IMG_1980

(Remarque : sur cette phrase , il n’y avait qu’une erreur à corriger : l’accord de « représentent » avec « trente tableaux » mais difficile pour Léo car il m’a tout de suite dit que c’était Claude Monet qui représente la cathédrale …..)

1ers constats/ 1ères questions : au niveau technique :

  • quand « faire le ménage » ? ( c’est-à dire quand effacer les écrits au stylet et taper la correction au clavier) : Léo a choisi de le faire après l’étape 3 : sujet/verbe : ainsi il corrige les erreurs d’accord du verbe (la correction de l’étape 2 s’est faite directement en passant au clavier dès la visualisation de l’erreur). On verra par la suite s’il est nécessaire ou non d’effacer les liens « bleus » (accord GN) avant de passer à l’étape 3 s’il y a surcharge visuelle . J’ajoute donc le symbole de la gomme du stylet avant l’étape 4 sur la fiche.
  • ajouts de couleur : surligner en bleu les homophones pour les faire ressortir et réfléchir [on verra pour surligner en jaune la majuscule (ce qui, pour l’instant n’a pas été demandé par Léo MAIS il a fallu quand même que je pointe le mot Rouen ….)]
  • Léo était satisfait de ce fonctionnement et a même corrigé une 2ème phrase , la suite se fera demain pour continuer à essayer cette façon de faire qui ne lui a posé aucun problème. Nous conservons bien la même procédure de relectures multiples ( les 5 paires de lunettes pour chaque phrase)

Voici donc la fiche qui remplacera son porte-clés :

sylvia337

à télécharger sous Word grille relecture AVRIL

 

Publicités

La règle du P.P. : écrire une règle d’orthographe … ou plutôt la procédure pour écrire juste ?

Avec Léo, nous avons essayé de regarder de près ce fameux P.P. (Participe Passé) rencontré souvent dans les dictées et qui s’accorde …. ou non …. MAIS AVEC QUI ?

Tout d’abord , un peu de pratique et d’observation

  • distinguer P.P. et passé composé (ou plus que parfait ….) déjà dans la formulation : Il a marqué un but : a marqué est le verbe conjugué au passé composé, marqué est le P.P.
  • n’oublions pas non plus ces fameux P.P. sans auxiliaire devant eux qui se comportent comme des adjectifs
  • revoir aussi les différents participes passés et leur terminaison (on avait fait une carte mentale à ce sujet ici « Le verbe dans tous ses états … ou presque » n°9 … à compléter cette année). On va essayer de faire une  » boîte à P.P. »  ceux en -é, ceux en -i , -is, -it ….. sous formes d’étiquettes avec au recto l’infinitif du verbe
  • faire des transpositions : réécrire des phrases au passé composé en changeant le sujet , passer un texte écrit dans un autre temps au passé composé ….. et continuer à OBSERVER ce qui se passe …. ce qui s’entend et ce qui ne s’entend pas ….

transpositions avec mur

La règle avec le mur et la question : des essais …. qui marchent …..

On a d’abord (re)posé le problème de l’écriture du P.P. dans des phrases .

J’ai ensuite présenté la technique du mur ( avec un petit mur plastifié) assortie à une question (je me suis fortement inspirée de l’article suivant sur l’accord du P.P.  avec la théorie de Wilmet). J’ai insisté sur la formulation de la question afin qu’elle soit automatisée parfaitement . [J’ai volontairement « raccourci » la question pour simplifier la mémorisation, en conservant le « geste » de placement du mur qui cache la fin de la phrase …. un appui à la fois « visuel » et « kinesthésique » (sans oublier le sens pour répondre à la question )….Léo ne dirigeant donc son regard qu’à gauche du mur sans aucune difficulté ].

Des exercices en images  (certains piochés dans l’excellent ouvrage « Oh!Oh!Yes de l’Ortho!« )

YES DE L ORTHO  EXOS avec mur posé  sylvia227

  • Puis nous sommes passés à l’écriture de cette règle   avec un objectif de communication : « Cette règle marche très bien pour toi , pourrais-tu la présenter à un autre camarade et voir si elle lui convient ? »
  • Point de départ : une carte « le soleil de mes idées » et , avec une phrase exemple sous les yeux , Léo a écrit les étapes par lesquelles il passait pour écrire le P.P. sans erreur . Le travail a été fait directement à l’ordi (sous OneNote, carte le soleil de mes idées copiée sur la page , Léo a tapé les phrases au bout des branches )
  • Je lui ai fait ajouter :
  1. branche 1 : on encadre le verbe et on souligne le P.P. pour bien mettre en relief ce dont on s’occupe
  2. branche 6 (qui n’avait pas été faite au départ) : le P.P. quand il se comporte comme un Adjectif, sans auxiliaire devant lui .
  3. La carte une fois imprimée, on a collé les exemples et , quand on a fait d’autres phrases on les a mises sous la bonne branche

carte au départ : ( le point d’interrogation et le signe attention ont été collés après)

CARTE SANS EXEMPLE

puis carte à la fin avec les exemples :

CARTE ENTIERE

et chaque branche (à cliquer) en détail :

branche 1 branche 2 BRANCHE 3

oui branche 4 non branche 5 pp adj

Voici le résultat (on a travaillé en 2 fois pour obtenir le résultat)…. à tester …. Pour l’instant, pour Léo, cela fonctionne très bien ….et le P.P. devrait bientôt ne plus avoir de secret pour lui …..

Se relire (4) ou comment adapter la grille de relectures à celle de la classe ?

On en est toujours dans la recherche d’un outil de relectures efficace , notamment pour la dictée qui cette année fait partie d’un rituel . Après un premier essai (ici) , le système « porte clés en 5 étapes » a facilement été adopté par Léo . Il n’a d’ailleurs pas eu longtemps besoin de l’ « outil »( matériel) car la procédure a été rapidement automatisée.On a respecté l’ordre ( vite mémorisé) et le fait de faire ces 5 relectures une phrase après l’autre . Cela peut paraître long mais finalement efficace .

Outil de relectures de dictée n°1 :

IMG_1377 (2)

Après discussion avec l’orthophoniste de Léo, on aurait pu aussi « installer » une phase de relecture « yeux fermés » et peut être « en différé » où on imagine la situation , où on voit dans sa tête les liens entre les mots, où on donne encore plus de sens au texte (exemple : les sols ornés de mosaïques, les murs recouverts de fresques peintes ). Difficile peut être d’installer ce temps en classe , et même ce retour « différé » sur son texte MAIS on peut toujours utiliser cette technique à la maison , lors de la correction .

La maîtresse a proposé une grille de relecture en classe et nous avons donc essayé de l’adapter à la procédure déjà mise en place en ce tout début d’année pour Léo . Quelques aménagements donc quelques différences m’ont paru nécessaires :

  • conservation du système porte-clés ( le geste , le mouvement qui facilite le changement d’étapes ou qui permet de mieux l’automatiser)
  • suppression des nouvelles images de la classe (pourtant bien gaies et amusantes) et conservation des pictos déjà utilisés (éviter la distraction par les images ou dessins)
  • conservation du titre « mots liés » plus parlant pour Léo que Groupe du nom
  • conservation de l’étape 1 : « mots oubliés » (non présente sur la fiche classe mais encore indispensable à Léo dès le départ pour ces quelques petits mots qu’il est certain d’avoir écrits le plus souvent d’ailleurs) et report de la « ponctuation » en étape 6 (alors qu’elle est en étape 1 dans la fiche classe ) (pour Léo c’est une activité plus « facile », moins coûteuse en attention , donc plus justifiée en fin de tâche et aussi déjà placée à la fin de notre première grille)
  • ajout de 2 étapes « les homophones »  et  « -é ou -er? » (et suppression de celle des mots difficiles)
  • quelques aides / généralités données sur la fiche classe ont été ajoutées (ce qui a demandé de passer dans le format des mémos pour avoir un outil toujours clair)
  • un autre détail : report du titre de l’étape à accomplir également en bas de la page

En images, le nouveau relecture mémo , en 6 étapes cette fois :

img641 img642

à télécharger ici relecture memo1 relecture memo2

P1080056 (2) P1080057 (2) P1080058 (2)

Remarques :

  1. On l’utilise déjà , on s’arrêtera au fur et à mesure pour observer les aides et les étapes ajoutées selon les besoins et les erreurs constatées.  On part au moins sur une relecture guidée et active .
  2. Il me reste encore à trouver ce qui est le plus efficace pour Léo : corriger directement sur l’ordinateur (donc faire toutes ces étapes principalement avec ses yeux) ou sur le papier imprimé ( matérialisation des liens, écriture de V sous le Verbe …… )
  3. et surtout savoir comment il procède en classe : s’il tire sa dictée à l’imprimante AVANT d’effectuer une relecture active ( ce qui laisserait 1 à 2 minutes de temps) et surtout est-il capable de prendre ce temps sans retomber dans le piège de l’impulsivité ?…..

Se relire (3) : à l’école , as-tu appris à te relire ? (discussion avec une collégienne)

J’ai eu une discussion fin août avec une collégienne (qui entre en 5ème) , très bonne élève, sans aucun trouble DYS ….

relire

Pour toi , c’est quoi « se relire ? »

  1. relire une leçon : quand on l’a mal apprise, il faut la relire
  2. se relire quand on a fait un exercice et que quelque chose est faux
  3. relire quelque chose d’écrit en vérifiant tous les caractères (ou critères ?) par exemple pour une carte postale : vérifier l’adresse, à qui elle est envoyée, le sujet abordé ou pour une rédaction : vérifier les critères (exemple : les personnages, le temps demandé) et vérifier l’écriture s’il n’y a pas trop de fautes d’orthographe

A l’école, as-tu appris à te relire ?

  1. A chaque fin d’évaluation, le prof dit « Relisez-vous » : c’est pour voir si on n’a pas de fautes, pour se rendre compte de l’erreur faite pour la corriger et pour ne plus la refaire

J’insiste alors : A l’école t’a-t-on donné des outils pour te relire ?

  • NON ,jamais .Je n’ai pas de méthode .D’ailleurs on se relit et parfois on ne remarque aucune faute

J’enchaîne : Que pourrais-tu faire l’an prochain pour te relire ?

Et là , les idées ne manquent pas !!!! (elle s’est placée dans le cas de la relecture d’une rédaction)

  1. prendre un crayon à papier , souligner ce qui est demandé pour vérifier si tout y est, si tous les critères sont respectés
  2. OU faire un tableau un peu comme ça avec les critères à cocher : personnages demandés, verbes /temps demandés, nombre de lignes, le sens (est-ce que je suis bien dans le sujet?)
  3. vérifier l’orthographe : la conjugaison l’accord sujet/ verbe (arrive en tête!) , les autres accords l’accord dans les GN et pour finir le vocabulaire (mots dont l’orthographe est à vérifier dans le dictionnaire si on peut l’utiliser!)

Finalement ,il serait intéressant de connaître les stratégies de relecture et peut-être y aurait-il de quoi faire pour aller vers une relecture organisée, proposée puis apprise (ou automatisée) . Il y a bien des stratégies de lecteur,  ne faudrait-il pas penser aussi aux stratégies de relecteur ? 

[merci Lucie pour le temps que tu m’as consacré !]

Se relire (2) : un essai pour relire sa dictée en 5 étapes

Suite au premier article de la série « Se relire » , voici un  essai de « procédure » pour relire sa dictée en 5 étapes.

  • Plusieurs présentations possibles , donc des choix à faire ( la base n’étant pas encore « bien rôdée » , des modifications suivront, mais le but est surtout d’automatiser ce travail de relecture car, à ce jour, si on ne l’y invite pas et que la relecture n’est pas planifiée, Léo ne revient pas sur son texte ou sa dictée : en résumé « c’est fait, c’est bon j’imprime mon travail » )
  • L’étape actuellement en 5ème position ( les mots pour lesquels il y a une hésitation en cours de frappe ou lorsqu’ils sont à l’écran) sera peut être déplacée , nous verrons à l’usage car c’est un point qui gêne Léo directement dans son premier jet d’écriture ….
  • Il me semble également important dans cette procédure que la vérification se fasse phrase par phrase, donc on reprend les 5 étapes à chacune des phrases.
  • Sur chaque branche (ou chaque petite carte du porte-clés) apparaissent les « outils utilisés » (les yeux, oreilles, dictionnaire, cerveau pour réfléchir ou chercher dans sa mémoire ….)
  • Il faudra aussi voir placer cet outil puisque Léo fait toujours les dictées à l’ordinateur, son « encombrement » ? ……

1- en carte mentale

relire sa dictée phrase par phrase

2- en petit carnet ou porte-clés

Reprise des 5 branches , donc 5 cartes (plus la couverture) : à manipuler au fur et à mesure pour effectuer les 5 relectures. En images :

IMG_1371 (2) IMG_1377 (2)

IMG_1372 (2) IMG_1374 (3) IMG_1375 (2)

ça ne prend pas de place (11cm X 4,5cm) , on tourne chaque fois pour faire apparaître l’étape suivante …. On va essayer cette formule aussi avant de faire un choix ….

à télécharger ci-dessous (version provisoire) Relire en porte clés

à suivre ….

Se relire (1): c’est quoi et comment faire ? vers une grille de relectures ….

 

Avec l’ergo de Léo, nous essayons de trouver une « procédure/méthode/astuce » bref une idée pour apprendre à se relire … et ce n’est pas si simple que l’on croit ….On parle de plusieurs balayages, donc plusieurs relectures MAIS

  • dans quel ordre ? L’ordre a une importance mais on devra encore tâtonner pour trouver le « bon » ordre ( d’abord, la ponctuation ? le sens ? ou du moins l’ordre qui conviendra à Léo, on verra ça avec lui et je vais essayer de voir , sans méthode, comment il s’y prend …..)
  • combien de relectures sont nécessaires ? sans que cela devienne impossible à gérer….
  • comment « scinder » les tâches de relecture en préservant le sens et le visuel?
  • comment présenter cette « grille » (en évitant la forme tableau pour ne pas y ajouter une difficulté supplémentaire)? L’ergo pensait peut-être aussi à un « petit porte-clés » où on change de page ( de clé, de lunettes ….) au fur et à mesure que la tâche est terminée

1- réflexions en août 2015   se relire c’est quoi ?

J’ai lu des textes très intéressants dans l’ouvrage « Cool! l’Ortho » de la collection OhOh! à ce sujet et cela m’a encore poussée à réfléchir sur la (ou les) stratégie(s) de relecture(s) (notamment d’une dictée, d’une expression écrite …). Les auteurs préconisent l’utilisation de 4 paires de lunettes (ici une carte mentale récapitulative, réalisée à partir de la lecture de l’ouvrage).

J’ai vu différentes grilles de relecture/correction ( 2 opérations liées : je relis et je me corrige OU je relis pour me corriger ) qui présentent des démarches très intéressantes Donc il faudra essayer, tâtonner comme d’habitude et sans doute créer !!!

  • Ainsi la main des corrections ( une image bien parlante!) ici chez Ecline accompagnée d’une grille d’aide
  • le code CHAMPION ici , chez Farfa, la classe des Farfadets (avec différentes versions utilisées dans les classes, certaines versions plus adaptées à la révision de l’expression écrite) . Ce code est accompagné d’un livret qui regroupe les outils de correction (H : les homophones, A : les accords ….) Remarque : un super travail chez Farfa sur la pédagogie explicite ( comme chez Mallory ici) et en lien avec la gestion mentale ( un article très chouette ici sur les 5 questions ) : bref ….. mon rêve !
  • Fiche interactive chez Mallory « Comment corriger son texte, le code champion » ici : une présentation attirante avec des outils d’aide à la correction dans les pochettes

1er essai : Sur le blog de la classe d’Irys, on peut voir une grille ici que j’ai essayée d’adapter mais qui ne me satisfaisait que partiellement : trop chargée, pictogrammes et mots : double emploi ? ….ci-dessous, ce premier essai en 4 étapes , le haut de la fiche servant de rappel grammatical (avec l’autorisation d’Irys) :

img583

Puis un deuxième essai de mise en place d’une procédure de relectures successives pour Léo , à affiner et surtout à adapter à ce qui sera fait en classe ( termes employés, méthode, couleurs ….) : en image (fiche recto verso) , j’ai utilisé les termes de « décideurs » et « ponts » empruntés à la collection OhOh! pour l’instant. Léo devrait cocher au fur et à mesure que la relecture demandée est faite puis passer à la suivante : 5 relectures actives, papier crayon (donc une fois son travail imprimé car il le réalise à l’ordinateur).

img581

au verso pourraient apparaître une « liste » de décideurs, un exemple de ponts …. (à voir/compléter/adapter ….)

img582

version provisoire à télécharger en pdf Je me relis

Enfin, comment faire apparaître les « outils à disposition », où chercher l’aide pour se corriger ? L’enseignant utilisera-t-il un code de correction ? une correction à 2 ? Bien des questions encore en suspens …..

Remarque : Il faudra sans doute que je pense aussi à une autre grille de relectures à réaliser directement sur l’ordi quand Léo ne pourra pas imprimer un travail …..

Septembre 2015  et si j’observais d’abord comment Léo s’y prend pour se relire ?

Relire sa dictée :

  • On travaille sur une dictée courte de 3 phrases, directement à l’ordinateur et sans aucun outil
  • On dicte une seule phrase à la fois et on s’occupe de la relecture de cette phrase avant de passer à la suivante
  • ATTENTION : se relire , pour Léo est un exercice ORAL, il devra encore apprendre à se passer de cette « verbalisation », « des explications » qu’il se fait à lui-même
  • Le seul guide que j’ai donné c’était pour la première phrase : »je te la redis , tu vérifies si tu n’as pas oublié de mot » (Léo a ensuite toujours commencé par cette vérification d’ailleurs) : il lui arrive d’oublier d’écrire un déterminant et de relire sa phrase avec le déterminant …. mais il s’en rend compte généralement si son projet est de faire cette vérification .
  • Ensuite, un mot l’a gêné « peinte » , ce son ein ne lui revenait pas : là il s’est arrêté en cherchant comment retrouver l’orthographe de ce mot : en classe , il est capable de continuer à chercher et de ne plus suivre le texte dicté ( voire d’inventer la phrase suivante avec ce qu’il a quand même entendu alors qu’il était sur une autre tâche …..) OU de ne pas écrire le mot car il ne l’a pas « retrouvé » dans sa tête….  J’ai donc écrit le verbe peindre et là c’était bon. Il faudra mettre en place une « stratégie » (directement sur l’ordinateur : surligner ce mot par exemple) pour qu’il puisse y revenir lors de la relecture et ne pas s’arrêter en cours de route ! Mais à quel moment ? Cela reste à décider …..
  • Puis , il vérifie « à la fois » l’orthographe et le nombre (le genre à vérifier) des GN : le chien (c’est bon ), des caravanes (c’est bon) des couleurs ….
  • Enfin , il cherche le verbe et le sujet : le chien monte (c’est bon)
  • Je termine en lui demandant de vérifier la ponctuation (majuscule, point) , c’est vite fait .
  • Nous avons procédé ainsi sur les 2 phrases suivantes de cette dictée.

En résumé , pour relire une dictée en 4 (ou 5 ) étapes (à appliquer à chaque phrase, une phrase après l’autre) :

  1. Je vérifie que je n’ai pas oublié de mot (la phrase a un sens) (oral : j’utilise mes yeux et mes oreilles)
  2. je vérifie les mots liés, qui fonctionnent ensemble : D + N + A ( j’utilise mes yeux ) : attention : regarder le GN complet avec ses adjectifs
  3. je cherche le Verbe et son Sujet : je vérifie s’ils sont d’accord
  4. je vérifie la ponctuation (majuscule, point)

Il reste encore à voir comment résoudre le problème des mots dont l’orthographe ne le « satisfait » pas du premier coup ( les surligner et régler le problème après l’étape 1? …..) : trouver une (ou des)  stratégie(s) pour l’orthographe des mots sur lesquels  il hésite (Léo a toujours eu le souci du mot « juste ») et nous passerons à 5 étapes.

à suivre donc …..

Remarque : il s’agit d’une démarche « générale », d’un comportement de vigilance orthographique, de réflexion sur la langue à installer de manière la plus naturelle possible et selon la logique de Léo  , nous n’entrons pas dans les détails d’homophonie , d’accords de participes passés plus ou moins pointus …. ce sera dans un 2ème temps ….

 

 

Encore de l’orthographe : après Yes! de l’Ortho! … Cool l’Ortho!

…. pour la fin du primaire mais surtout pour la 6ème et la 5ème …. « OhOh! Cool l’Ortho! » , un autre ouvrage de la collection OhOh! présentée ici et que vous pouvez retrouver sur le site des éditions Atzeo .

CoolOrthoGUIDE Un programme qui ne pourrait être que « survolé » tant il est dense si on ne l’utilise que sur une année ! A table donc avec ce manuel qui se présente sous forme de buffets de dictées , à déguster, à savourer en entrée, plat principal ou dessert , et à consommer sans modération ……

Voici une carte mentale qui présente les 4 buffets de dictées du manuel. La présentation reste volontairement partielle/inachevée avec chaque fois une sous-branche en attente car chaque buffet cible entre 5 et 7 types de dictées/activités : il serait trop long et peut-être pas assez clair pour le lecteur de n’en faire qu’un résumé .

OhOh! Cool l'Ortho!

un zoom sur quelques pages

1 – Les stratégies OhOh! , au nombre de 11 , répertoriées pages 66 et 67 du manuel et illustrées avec des exemples. Deux présentations sont proposées (tableau avec 11 cases ou 3 paragraphes où les stratégies sont classées. Par exemple, l’élève pourra noter la stratégie qu’il aurait pu utiliser pour ne pas se tromper ou valider sa réponse en indiquant la stratégie utilisée ….  une idée « générale » de ces stratégies en carte mentale :

des stratégies OhOh!

2 – La mise en valeur des liens entre les mots page 75 du manuel : un vocabulaire à retenir ( clairement expliqué dans la fiche ressources pages 108 et 109 de l’ouvrage):  ainsi on apprend que  » les mots décideurs sont ceux qui décident de l’accord et les mots porteurs de costume ceux qui s’habillent avec la marque qui correspond » . Trois façons sont proposées , (un choix selon ce qui est plus parlant pour chacun ….) pour mettre en évidence les accords :

  1. La technique des ponts : « des ponts pour mettre en évidence les liens grammaticaux »
  2. « Des numéros pour mettre en évidence les accords entre les mots »
  3. Utilisation de couleurs,  » mise en relief pour mettre en évidence les décideurs et les porteurs de costume »

3 – Un tableau récapitulatif page 85 et 86 pour faire le lien entre groupes de sens, natures et accords . Ainsi l’élève pourra « (re)découvrir le rapport entre les classes de mots (ou natures) et les accords . Des activités sont donc faites :

  • pour « (re)construire le concept de classes de mots » (mots qui ont souvent plusieurs « costumes » et qu’il faut tout de suite repérer dans un texte)
  • pour bien comprendre/analyser le lien grammatical qui lie ces mots ou groupes de mots

4 – des textes très importants pages 137 et 138 (à lire et relire… par les élèves et l’enseignant ! ) : Que signifie relire? et Pourquoi est-ce si difficile de se relire?  associés à la chasse aux erreurs à l’aide de 4 paires de lunettes.

Cette chasse aux erreurs m’a particulièrement intéressée pour travailler sur une procédure organisée de relecture de texte. Voici la carte créée à partir du livre, cette chasse telle que je l’ai comprise ( et qui devrait me servir pour préparer une grille de relectures  …)

les paires de lunettes ohoh

Cet ouvrage laisse une grande liberté de travail , des choix étant toujours possibles, des retours aussi si une stratégie n’est pas assez efficace par exemple . On peut même y ajouter ses propres stratégies . Ainsi, dans le buffet de dictées « liens », la dictée « accord du participe passé » présente une astuce/méthode (dont il est déjà question dans l’ouvrage de 5ème primaire de la même collection, présenté ici) mais on peut aussi utiliser et/ou proposer aux élèves une autre stratégie (celle du mur placé après le participe passé ou celle présentée dans « Le verbe au quotidien » j’en ai parlé dans l’article sur l’accord du participe passé ici …..)

Le manuel est ,comme ceux de la collection, accompagné d’un guide méthodologique et très agréable .On peut trouver un complément de ce guide téléchargeable sur le site ici , sans oublier des précisions sur la philosophie des auteurs et leur conception de l’orthographe  .

Alors …. mettons-nous à table …… Bon appétit … et bon travail avec cet excellent ouvrage !

L’accord du Participe Passé : et si on s’en sortait avec une stratégie unique ?

Cet accord du participe passé m’a toujours intéressée car j’ai l’exemple de ma fille qui a toujours un doute sur cette fameuse règle , même près de 25 après l’avoir « apprise » à l’école alors que son orthographe est bonne ! Je me suis donc dit qu’il était encore  temps de passer par un autre chemin pour ne plus se poser de question (ou presque plus)…..

À la lecture des différents ouvrages de cet été (ici ou ) , il a toujours été question au moins une fois dans ces manuels, de l’accord du participe passé. J’ai essayé de faire un résumé de ces stratégies en intégrant aussi la stratégie vue chez Troublesneurovisuels ici.

1- Chez Troublesneurovisuels : utilisation du livre « Hugo et les rois être et avoir » d’Anne-Marie Gaignard , un travail très bien expliqué dans son article( ici et ) avec la technique du « mur » , 94049748_o illustration empruntée sur le blog « de 2choses l’une » ici, pour travailler sur l’accord du P.P. avec le COD ( bien parlante !). Une très belle carte mentale ici et des exercices d’entraînements dans ces mêmes articles.

Remarque : On est donc sur la règle « classique » avec beaucoup d’amélioration à mon avis quant aux images mentales proposées et surtout à la démarche générale . MAIS

  • il y a déjà 2 questions à poser ( qui est-ce qui ? et Qui ou quoi ? )
  • on parle de 2 cas différents selon l’auxiliaire utilisé
  • on parle de COD ……

2- Dans l’ouvrage « Le verbe au quotidien » présenté ici, ou dans les manuels de la collection OhOh! Yes de l’Ortho! CM2 (présenté ) ou Cool l’Ortho 6ème(présentation à venir), les différents auteurs ont « opté pour la théorie de Wilmet qui a développé un procédé basé sur le sens et non sur des règles selon les auxiliaires » : sur le site des éditions Atzeo ou en suivant ce lien trouvé dans « Le verbe au quotidien », on peut consulter un dossier traitant de ce sujet et intitulé « L’accord du participe passé en 5 minutes ».

Cette théorie , avec un fonctionnement performant de 90% à 95% ne parle plus de règle avec la place du COD , ni ne différencie être et avoir mais propose de poser une question unique à un moment / lieu précis dans la phrase : 

au moment où j’écris le participe passé, ai-je déjà écrit « ce qui est (participe passé) ? 

Dans « Le verbe au quotidien », on trouve :

  • des explications pages 34 à 36 ( il est conseillé « d’expliciter et faire utiliser des schématisations » )
  • des exercices d’entraînements pages 92 et 93 pour systématiser la procédure et « maîtriser l’accord du participe passé dans tous les cas courants »

les 2 schémas proposés : img573  ou img574 (extraits du livre et ci-dessous illustrés avec une phrase)

Phrase 1 : J’ai mangé une pomme.

question : « A-t-on déjà écrit ce qui est mangé ?

img575  NON , la réponse est à droite du P.P., pas d’accord

Phrase 2 : La pomme que j’ai mangée était délicieuse.

question : « A-t-on déjà écrit ce qui est mangé ?

img576 OUI, la réponse est à gauche du P.P. , le P.P. s’accorde avec la réponse

Remarque : pour Léo ,donner comme argument la position (à droite ou à gauche ) me semble être une « contrainte inutile » à moins d’accompagner cela gestuellement ou à l’aide de l’étiquette (ici la pomme) qui se déplace … Quant au  passage du point d’interrogation au point d’exclamation c’est peut être aussi une difficulté supplémentaire , un choix à expliquer …..

Dans la collection OhOh! , il est d’abord absolument conseillé que les enfants sachent reconnaître le participe passé, le verbe à un temps simple ou composé. On trouve une fiche « ressources » qui explique parfaitement la démarche (page 90 ) et des séquences « dictée accord des participes passés ». Ici pas de « schématisation » MAIS :

  • une possiblité d’utiliser le mot « STOP ! » après le participe passé ce qui donnerait avec l’exemple précédent :

Phrase 1 : J’ai mangé STOP ! .…..

  • je me pose la question  : au moment où j’écris le participe passé, ai-je déjà écrit « ce qui est mangé NON donc j’écris le P.P. « mangé » au masculin singulier

Phrase 2 : La pomme que j’ai mangée  STOP ! ……

  • je me pose la question  : au moment où j’écris le participe passé, ai-je déjà écrit « ce qui est mangé ?  OUI  « la pomme » donc j’accorde le P.P. « mangée » avec « la pomme »

Un rappel aussi sur le participe passé employé sans les auxiliaires et qui s’accorde comme un Adjectif avec le Nom ( voir notre carte mentale ici dans l’article  » le verbe dans tous ses états, ou presque ….)

Un essai de résumé en carte mentale de ces 2 « méthodes » :

L'accord du Participe Passé

Quelle est pour vous la plus « efficace » , au moins du CM1 à la 5ème ? En ce qui me concerne, il faut encore que j’ essaie celle de Mr Wilmet MAIS c’est cette dernière sans doute qui va avoir ma préférence …. Encore un regret de m’être toujours arrêtée à la règle « classique » dans ma carrière d’enseignante  ! Ma fille l’a essayée … et même si elle a encore besoin de se remémorer la question , je pense qu’elle va l’adopter !

Finalement, dans la foulée, j’ai essayé de faire une petite fiche procédure pour Léo que je vous présente et nous en reparlerons … lorsque nous l’aurons essayée ….(Il n’a pas encore vu l’an dernier l’accord avec le COD … c’est peut être le moment de travailler avec la théorie qui ne s’en occupe pas !!!!) ( fiche sous forme de recto verso, les exemples sont au verso pour si nécessaires, surtout au début)

img579 et à télécharger en pdf  procedure accord pp2

(une idée : le début d’un outil d’aide à la correction quand le type d’erreur est analysé…. )

à suivre donc …. 

Le verbe au quotidien ou la conjugaison autrement , au service de l’écriture

210b5232« Le verbe au quotidien » est un ouvrage édité par le SCEREN (CRDP Bourgogne) que je viens d’acheter. C’est un outil qui aborde « les problèmes posés par le système verbal sous des angles variés… »J’ai recherché à travers cet ouvrage des idées pour répondre (ou essayer de répondre) aux questions suivantes :

Comment on peut amener l’élève à une réelle réflexion sur la langue ?

Comment  se relire efficacement et/ou planifier sa relecture ? une grille de relecture serait-elle utile/efficace?

Et finalement ,  ne doit-on pas apprendre à se relire ?

Dès les premières pages , un paragraphe m’a déjà bien intéressée : « Vigilance orthographique et révision de textes : des compétences stratégiques à entraîner ». On peut lire ensuite que :

  • « La pratique régulière et systématique de la révision de textes doit être privilégiée
  • Les procédures de révision de textes font elles-mêmes l’objet d’un apprentissage »  

qu’il est important  :

  • d’ expliciter et « faire expliciter les procédures , avec un recours au sens indispensable
  • de prendre en compte les facteurs menant à la réussite »

Quelques stratégies pour une meilleure planification de la relecture :

  • « Porter son attention successivement sur l’orthographe, les contraintes d’écriture, la présentation, la mise en page (élaborer une grille de relecture par étapes ?)
  • Utiliser des procédures de vérification orthographique habituelles (donc déjà mises en place dans la classe : dictionnaires, manuels, outils de référence, mémos, classeur …). L’élève apprend à trouver lui-même l’outil où se trouve l’information qu’il cherche
  • Apprendre à réviser un texte de manière organisée et systématique : des exemples selon les activités et l’objectif proposés :
  1. faire la liste des sujets et des verbes pour vérifier les accords
  2. souligner de 2 couleurs différentes les verbes à l’imparfait et au passé simple
  3. vérifier la formation de phrases impératives en coloriant de différentes couleurs (terminaison -ez, majuscule, point d’exclamation,trait d’union…)
  4. faire colorier les terminaisons -er ou -é des verbes avec des couleurs différentes et vérifier la cohérence de leur emploi »
  5. ……

du côté des procédures :

  • « Automatiser progressivement les procédures d’accord
  • Effectuer des relectures avec explicitation de chaque choix de terminaisons par exemple, ou explicitation des étapes du raisonnement
  • Mise en mots de la procédure par l’élève lui-même (verbalisation) : on s’assure ainsi de sa compréhension »

Remarque : Dans cet ouvrage, il y a bien plus d’idées que celles dont je parle ci-dessus car les objectifs dans le domaine du verbe sont nombreux (reconnaître/utiliser un temps, conjuguer avec aisance/agilité, maîtriser l’accord du verbe avec son sujet / l’accord du participe passé ….).

Dans la 2ème partie de l’ouvrage , des fiches élèves très intéressantes ( et même drôles!) permettront d’accompagner les élèves dans l’acquisition de ces compétences stratégiques. J’en ai utilisées quelques-unes (en suivant l’explication donnée en 1ère partie d’ouvrage) , légèrement agrandies.Un exemple en image de ce que nous avons fait :

  • drôles de phrases : un peu d’humour !!! mais justement plus difficile pour Léo pour mettre du sens sur ce type de phrase alors qu’aucun problème ne s’est posé pour retrouver les verbes ou les noms , les accorder et justifier l’accord!

img570

un livre intéressant …… avec des activités qui conviennent à tout ouvrage possédé en classe

L’orthographe autrement « OhOh!Yes! de l’Ortho! » chez nos amis belges

A la découverte d’un nouveau manuel : OhOh ! Yes ! De l’Ortho ! , niveau CM

ohoh_yes_guide-resize_0 Il fait partie de la collection OhOh! pour apprendre l’orthographe , collection éditée par une petite maison d’édition belge , les éditions Atzéo, que j’ai eu le privilège de recevoir en spécimen .C’est l’orthophoniste de Léo qui m’en avait parlé lors de notre dernier rendez-vous de juillet.

J’ai regardé cet ouvrage avec des objectifs précis :

  • Comment rendre encore plus performante une orthographe en s’appuyant sur le visuel et en mettant en place des stratégies liées au sens ( en bref en réfléchissant et en étant vigilant …..)
  • Comment automatiser une attitude active dans la relecture/ révision de textes (en passant par des activités planifiées, peut-être en passant par une grille de relecture systématique et organisée ?)

Des bulles en introduction donnent tout de suite le « ton » de la collection comme celle-ci : « en langue française, j’écris comme je vois, rarement comme je parle ou comme j’entends ».

Ou « une dictée c’est un moyen pour apprendre à regarder et à analyser l’orthographe ».

En 4ème de couverture, on peut lire aussi : les « … enfants sont confrontés à des tâches de visualisations et d’observations attentives de la langue française… » et « avec OhOh ! l’enfant réfléchit… » ….. des clés qui nous ouvrent les portes du monde de l’orthographe ???? Qu’une envie : se plonger dans l’ouvrage ….. ce que j’ai fait !

Différentes séquences sont proposées avec des objectifs précis . Je ne pourrai pas parler de tout , j’ai essayé de poursuivre mon objectif avant tout.

1- J’ai repéré en début de chaque séquence des phrases/formules très parlantes et utilisées à plusieurs reprises:

  • «J’écris comme je vois  et selon des liens dans la phrase ».                  
  • Etre attentif aux liens entre les mots dans un texte (des conseils de « méthodes » ou des astuces sont donnés tout au long des ouvrages comme tracer des ponts entre les mots qui sont liés : « des ponts pour mettre en évidence les liens grammaticaux entre des mots » : ceci me paraît intéressant dans une grille de relecture systématique et organisée …. à créer ?)
  • « Je suis attentif au sens pour m’aider ». En fait, il s’agit de « dépasser la copie mécanique par l’attention portée au sens. »
  • S’entraîner à garder en mémoire des groupes de sens de plus en plus larges par la copie correcte de groupes de mots cohérents (ou groupes de sens) . Une astuce : mettre une barre pour séparer les groupes de sens .Par ailleurs, pourquoi ne pas s’entraîner lors de la copie d’une leçon d’histoire, maths ou autre à copier par groupes de sens…
  • Analyser ses erreurs de copie
  • Trouver des stratégies efficaces de copie (un tableau ressources page 12 de l’ouvrage , à télécharger sur le site) afin de devenir plus performant en copie pour atteindre le statut de « champion copieur ».
  • «Tu deviens vigilant vis-à-vis des lettres finales muettes » (on peut parfois les expliquer) par exemple réfléchir au rôle du S à la fin des mots, du T ….
  • « Tu apprends à expliquer l’orthographe » correcte par écrit (en utilisant la formule c’est comme jusqu’au CM1 …. Puis car ….). Des fiches sont à télécharger sur le site pour cet entraînement également .
  • « Tu t’entraînes et tu expliques tes erreurs » : S’entraîner à écrire et se relire en appliquant les stratégies apprises, repérer des erreurs et justifier les graphies correctes
  • Un travail très intéressant aussi sur l’accord du participe passé et une méthode à découvrir ….

2- Autre trouvaille de cet ouvrage : la phase métacognitive quotidienne également très intéressante . Quelques exemples :

  • « lorsqu’un mot se termine par S , cela peut être à cause de ….. »
  • « Exprimer ses causes d’erreurs les plus fréquentes et noter sur un post-it un moyen d’éviter ce type d’erreur »
  • « Pour être performant en copie , je veille à ….. »

3- et pour finir : un réinvestissement dans l’écrit à la fin de chaque séquence : c’est la rédaction d’un petit texte avec une contrainte d’écriture en lien avec ce qui a été vu dans la séquence. Un exemple :

« Rédiger un court texte. Pour 4 mots dont l’élève est sûr de l’orthographe, il rédige une explication à l’aide d’une des formules (c’est comme … ou car …) »

Un essai de présentation de l’ouvrage en carte mentale :

OhOh! Yes! de l'Ortho!

De manière plus générale, la collection se présente avec le manuel de l’élève pour chaque année (du CP à la 5ème) accompagné du guide méthodologique . Dans ce guide sont précisés les objectifs, les conseils méthodologiques. On y trouve aussi des fiches ressources très bien conçues , servant de point de départ et/ou d’analyse.

En fait c’est une collection de 5 « compétenciels » pour apprendre l’orthographe pendant 5 ans. Le but est d’apprendre à réfléchir sur la façon d’écrire le français, de « comprendre ce qui se passe avec l’orthographe »

Tout au long des ouvrages, l’élève est guidé : tout est indiqué : s’il doit travailler seul, à 2 ou en petit groupe. Les consignes sont très claires, les conseils , astuces , stratégies ne manquent pas. Le livre est très agréable.

J’ai aussi beaucoup aimé avant de démarrer l’activité , le « mets-toi en condition » ou après le « prends du recul sur ton travail » , tous ces temps qui ont peut-être disparu dans les classes ou , en tous cas, dans la plupart des manuels ! Encore un problème de temps, leur laisser ce temps résoudrait pas mal de difficultés……

Des ressources, des articles à lire attentivement , des explications sur cette façon d’apprendre l’orthographe sur le site d’Atzéo (http://atzeo.com) et , pour le manuel de 5ème primaire OhOh ! Yes ! De l’Ortho ! c’est là : http://www.atzeo.com/manuel-5e-primaire ( quelques pages du manuel, quelques fiches ressources , un complément du guide méthodologique ….), à consulter absolument (d’ailleurs plein d’autres ouvrages, jeux de cartes en calcul par exemple à découvrir aussi…)

Je consacrerai un autre article au manuel qui suit celui-ci : OhOh ! Cool ! l’Ortho ! qui couvre le CM2, la 6ème et la 5ème dans quelques jours

En tous cas une très belle découverte pour moi , une mine d’idées et aides pour vraiment apprendre l’orthographe, un travail de longue haleine sans doute … Mais il est toujours temps d’essayer : apprendre à réfléchir , comprendre comment fonctionne sa langue est utile dans toutes les matières !

Si vous souhaitez tenter l’expérience , les manuels peuvent être commandés chez le revendeur en France : les éditions Pirouette (pas de frais de port internationaux) dont nous avons déjà parlé.

à suivre donc …….

ajout du 21 / 08 : un lien pour voir les équivalences des classes Belgique / France (merci Elodie!)