Les compléments essentiels

Une carte réalisée en 5ème : nature et fonction de ces compléments

 

Publicités

L’attribut du sujet

A partir d’une carte faite en CM2 (article à la recherche des attributs du sujet ici et les fonctions de l’adjectif ) , voici celle faite en 5ème :

Types et formes de phrases

une carte à lire en 2 parties :

  • en vert  et en haut : les 4 types de phrases
  • en orange et en bas : les 2 formes de phrases

Parrallèlement à la carte , on a travaillé avec des étiquettes exemples , à poser au bon endroit (en demandant de donner le type et la forme, en faisant modifier la forme , en transformant aussi par type …. ) . Je n’ai pas ajouter d’exemples sur la carte car cela la surchargeait .

 

Phrase verbale ou non verbale ? Phrase simple ou complexe ?

Quelques ajouts de cartes réalisées en 5ème et certainement utiles pour les années à venir ….

2 cartes faites en 5ème : phrase verbale ou phrase non verbale :

phrase simple ou complexe :

Remarque : une première carte sur les phrases complexes en CM2 ici

les CC (Compléments Circonstanciels) quelques ajouts

Cette année, les CC sont de retour MAIS avec une liste qui s’allonge ….

Nous avons d’abord repris notre procédure : Dans une phrase je cherche :

  1. le Verbe
  2. le sujet
  3. le(s) CO (COD /COI ou COS)
  4. les CC

J’ai pris le parti d’en sélectionner 7 en commençant bien sûr par les plus « courants/ connus » : les fameux CCT, CCL et CCM.

Voilà ce que Léo a fait  directement : puis je lui ai fait compléter par les questions qui aident à trouver le bon CC et finalement on a ajouté les « petits mots » qui introduisent souvent les CC

Présentation de la carte mentale (avec les ajouts de cette année)

  • 7 branches et en bas les 4 branches supplémentaires « d’autres CC »
  • En haut de la carte, le rappel de la « procédure »
  • une fiche sur les natures ou classes grammaticales

Réalisation d’une « carte » en partant de celle de Léo

Pour vérifier si la leçon est sue …. à compléter , deux jours après ….

Carte « finale? » pour réviser quand ce sera le moment

Un travail complémentaire : comment distinguer le CC de CAUSE et celui de CONSEQUENCE ?

-Discussion à partir des phrases de la fiche 1 ci-dessous et repérage : la question à poser , les petits mots qui se trouvent au début du CC

– 2 petites fiches d’aide

 

 

Un retour sur les compléments circonstanciels en 6ème

En révisant les compléments circonstanciels, nous sommes repartis du fonctionnement de Léo en CM2 au niveau de l’analyse des phrases . Finalement, la notion est très bien comprise , mais, pour ne rien oublier d’une part et surtout pour freiner l’impulsivité d’autre part , rien de mieux que de revoir la stratégie qui fonctionnait … et l’automatiser .

La stratégie d’analyse de phrases est valable pour toutes les phrases . Il faut un ordre précis (en premier je cherche le Verbe , puis son sujet , ….) c’est donc cette « procédure » qu’il faut automatiser . Expérimentée déjà en CM2 où l’on demandait de rechercher par exemple les compléments circonstanciels, Léo avait besoin de sa « stratégie » pour plusieurs raisons ( voir article ici et ).

Cette année , je l’ai écrite , comme une petite fiche méthode .

  1. Tout en insistant sur le point n°1 : je lis la phrase en entier et je l’imagine : cela permet tout de suite de freiner cette impulsivité
  2. puis seulement avec les 4 « abréviations » V, S, CO, CC : on a la « procédure » par la recherche des fonctions
  3. enfin on peut donner la nature des groupes trouvés

Donc voici nos outils :

  • la carte mentale des CC reprise de l’an dernier (et un ajout d’autres CC)
  • une fiche récapitulative sur la nature des CC
  • une fiche méthode sur l’analyse de phrases (valable pour toutes les recherches) avec au dos un exemple

  

fiche méthode avec exemple à télécharger sous Word Fiche méthode analyse de phrases

Par ailleurs , nous nous sommes entraînés sur « ORTHOLUD »  (grammaire, les compléments) en utilisant notre méthode même si Léo a toujours envie de faire plus vite ….. [ Remarque : j’essaie d’insister sur la méthodologie, de lui faire prendre le temps de vérifier si sa réponse (ou la question utilisée ) est bien en lien avec ce qui est écrit dans la phrase  …. : nous avons encore du travail sur ce plan car la dyspraxie a aussi ce fameux « défaut » de vous emmener là où vous ne souhaitiez pas aller , le contrôle en permanence est nécessaire , ce qui explique aussi en partie le fait d’avoir des exercices moins longs et moins répétitifs qui « endorment » la réflexion …. malheureusement nous n’y sommes pas encore !!!!  ]  .

Il y a bien sûr d’autres sites qui proposent des entraînements en ligne, des blogs de professeurs de français aussi .

Attention : quelques points qui restent plus délicats : distinguer un CCManière d’un CCMoyen ( peut-être dans la question : à l’aide de quoi, avec quoi ? ça marche assez souvent … encore faut-il bien comprendre la phrase ex : Je l’ai vu de mes yeux : comment ? ou avec quoi ? avec mes yeux, à l’aide de mes yeux ….. ) Mais ce sont ces moments de réflexion qui me paraissent intéressants , pour une prise de décision « raisonnée » . OU BIEN le cas du pronom « y » : Mes copains sont au stade . J’y vais .Le « y » est un CCL , sa nature est un pronom.

Et à côté de cela , Léo peut écrire CCL en vous disant que c’est un CCT , il doit se répéter la question alors qu’il avait la réponse juste, et immédiatement …. Il peut également oublier d’écrire (souligner/ surligner …) le CC de début de phrase (souvent le plus facile …. ) parce qu’il est tout simplement certain de l’avoir fait (ou dit) , ou bien parce qu’il est déjà à la fin de sa phrase et qu’il attaque la suivante …. Voilà aussi ce qu’est la dyspraxie (du moins la sienne avec tout son cortège de surprises qui peuvent vite dérouter l’enseignant  ! )

Mais aussi attention à la gestion / compréhension des consignes par l’enfant , ce qui peut être un piège si on ne les décompose pas  : par exemple « Complète les phrases par un complément circonstanciel de ton choix, la première par un groupe nominal, la seconde par un adverbe et la dernière par un groupe nominal introduit par une préposition » …. Déjà, si des exemples accompagnent l’énoncé , on peut espérer que cela « éclaircisse » la consigne .  Je pense que si l’adulte a besoin de relire la consigne pour être sûr d’avoir compris, c’est qu’il y a certainement un moyen de la rédiger autrement pour qu’elle soit plus facilement accessible à tous (et notamment pour ces enfants !) Et si, en plus, les phrases utilisent un vocabulaire complexe …. on va droit à l’échec …. et qu’aura-t-on évalué finalement ? Peut-être tout sauf les CC …..

Nature ou fonction ?

Un gros morceau en grammaire cette reconnaissance entre la nature et la fonction des mots …. Nous avions déjà pas mal avancé sur le sujet (porte-clés des natures et porte-clés des fonctions ici) …..

Cette année, il y a eu un travail régulier sur ce sujet et il me semble que, depuis le départ, Léo avait besoin d’avoir toutes les fonctions « à disposition » pour que tous les groupes de mots d’une phrase aient leur fonction. Nous avons demandé à l’enseignant de mettre des couleurs et des signes qui ne changent pas de l’année (même si cela n’était pas nécessaire ni utilisé par les autres élèves ) : ainsi le verbe a été encadré en rouge, le sujet entouré, les CO dans un plateau vert , les CC dans un plateau noir et les Attributs du sujet dans un plateau bleu (avec quand possible une flèche bleue vers le sujet et un rond rouge sous le verbe d’état). Ces « codes » n’empêchent pas Léo d’écrire la fonction sous chacun des groupes (c’est un besoin pour lui de voir / de poser les choses par écrit ).

Lors des exercices d’entraînement où il fallait trouver la fonction et la nature des mots ou groupes de mots dans des phrases, nous avons installé toujours la même procédure :

  1. Léo cherche d’abord la fonction (dans un ordre précis : le verbe, le sujet, les CO (ou les attributs du sujet si verbe d’état) et les CC en repérant et en écrivant dessous
  2. puis la nature . Matériellement , on travaille sur 2 lignes , donc en 2 étapes : la consigne est claire et ce sont les mêmes aides que celles données aux autres enfants de la classe. Ci-dessous en image l’adaptation proposée cette année :

sylvia474 sylvia475

J’ai proposé à Léo un petit récapitulatif de dernière minute avec lequel on a cherché oralement des articles définis, des adverbes , des pronoms démonstratifs ….. On a dû parfois revenir à la carte mentale détaillée pour certaines natures (les pronoms par exemple et se pencher à nouveau sur les adverbes qui ont été vus dernièrement) . Il reste encore à bien prendre le temps de réfléchir à la consigne sans se précipiter : on me demande la Nature ( N comme Nom, Pr, … ) ou la fonction ? ou les 2 ?

sylvia481

Remarque 1: verbe d’état EPSDDRA : pour se souvenir être, paraître, sembler, demeurer, devenir, rester, avoir l’air

Remarque 2: un petit oubli : Verbe est à la fois fonction et nature  … Mais ça c’est bien intégré !

carte à télécharger sous Word NF

La règle du P.P. : écrire une règle d’orthographe … ou plutôt la procédure pour écrire juste ?

Avec Léo, nous avons essayé de regarder de près ce fameux P.P. (Participe Passé) rencontré souvent dans les dictées et qui s’accorde …. ou non …. MAIS AVEC QUI ?

Tout d’abord , un peu de pratique et d’observation

  • distinguer P.P. et passé composé (ou plus que parfait ….) déjà dans la formulation : Il a marqué un but : a marqué est le verbe conjugué au passé composé, marqué est le P.P.
  • n’oublions pas non plus ces fameux P.P. sans auxiliaire devant eux qui se comportent comme des adjectifs
  • revoir aussi les différents participes passés et leur terminaison (on avait fait une carte mentale à ce sujet ici « Le verbe dans tous ses états … ou presque » n°9 … à compléter cette année). On va essayer de faire une  » boîte à P.P. »  ceux en -é, ceux en -i , -is, -it ….. sous formes d’étiquettes avec au recto l’infinitif du verbe
  • faire des transpositions : réécrire des phrases au passé composé en changeant le sujet , passer un texte écrit dans un autre temps au passé composé ….. et continuer à OBSERVER ce qui se passe …. ce qui s’entend et ce qui ne s’entend pas ….

transpositions avec mur

La règle avec le mur et la question : des essais …. qui marchent …..

On a d’abord (re)posé le problème de l’écriture du P.P. dans des phrases .

J’ai ensuite présenté la technique du mur ( avec un petit mur plastifié) assortie à une question (je me suis fortement inspirée de l’article suivant sur l’accord du P.P.  avec la théorie de Wilmet). J’ai insisté sur la formulation de la question afin qu’elle soit automatisée parfaitement . [J’ai volontairement « raccourci » la question pour simplifier la mémorisation, en conservant le « geste » de placement du mur qui cache la fin de la phrase …. un appui à la fois « visuel » et « kinesthésique » (sans oublier le sens pour répondre à la question )….Léo ne dirigeant donc son regard qu’à gauche du mur sans aucune difficulté ].

Des exercices en images  (certains piochés dans l’excellent ouvrage « Oh!Oh!Yes de l’Ortho!« )

YES DE L ORTHO  EXOS avec mur posé  sylvia227

  • Puis nous sommes passés à l’écriture de cette règle   avec un objectif de communication : « Cette règle marche très bien pour toi , pourrais-tu la présenter à un autre camarade et voir si elle lui convient ? »
  • Point de départ : une carte « le soleil de mes idées » et , avec une phrase exemple sous les yeux , Léo a écrit les étapes par lesquelles il passait pour écrire le P.P. sans erreur . Le travail a été fait directement à l’ordi (sous OneNote, carte le soleil de mes idées copiée sur la page , Léo a tapé les phrases au bout des branches )
  • Je lui ai fait ajouter :
  1. branche 1 : on encadre le verbe et on souligne le P.P. pour bien mettre en relief ce dont on s’occupe
  2. branche 6 (qui n’avait pas été faite au départ) : le P.P. quand il se comporte comme un Adjectif, sans auxiliaire devant lui .
  3. La carte une fois imprimée, on a collé les exemples et , quand on a fait d’autres phrases on les a mises sous la bonne branche

carte au départ : ( le point d’interrogation et le signe attention ont été collés après)

CARTE SANS EXEMPLE

puis carte à la fin avec les exemples :

CARTE ENTIERE

et chaque branche (à cliquer) en détail :

branche 1 branche 2 BRANCHE 3

oui branche 4 non branche 5 pp adj

Voici le résultat (on a travaillé en 2 fois pour obtenir le résultat)…. à tester …. Pour l’instant, pour Léo, cela fonctionne très bien ….et le P.P. devrait bientôt ne plus avoir de secret pour lui …..

Un retour sur les CC (Compléments Circonstanciels)

J’essaie en ce moment de comprendre pourquoi cette notion de CC reste comme « incomplète » . En classe cela est travaillé régulièrement et, de notre côté, nous reprenons de temps en temps une ou deux phrases .

Le problème réside essentiellement dans les CC « oubliés » et/ou non scindés en 2 lorsqu’ils se suivent MAIS pas de problème lorsqu’il faut compléter une phrase ( à l’écrit ou à l’oral) avec des CC , et même des CC précis de Temps, Lieu, Manière ……  ou donner la nature de ces CC. Dans la démarche actuelle, on ne parle pas des CO (complément d’objet direct ou indirect / second) et c’est peut être aussi cela qui bloque …certains groupes de mots n’étant pas nommés d’une part et d’autre part un maillon « manque » dans la « procédure d’analyse de phrase » .

Ce que nous allons essayer de faire à partir d’un exemple  :

sylvia029

découper (avec des ciseaux !) , en cherchant d’abord dans l’ordre :

  1. le Verbe
  2. le Sujet ( qui est-ce qui ….?)
  3. le(s) COD /COI/COS s’il y en a ( S+ Verbe + qui, quoi, /à qui, à quoi ?)
  4. puis les CC  ( phrase ( S+V+CO) + quand ? où ? comment ? …)
utiliser un codage couleur toujours le même
  1. encadrer le Verbe en rouge
  2. entourer le sujet
  3. souligner mais dans un plateau (dont on pourra distinguer / matérialiser donc rendre visible l’arrêt) les CO en vert (par exemple et s’ y tenir : la couleur ayant une très grande importance pour Léo)
  4. souligner (aussi dans un plateau) les CC en noir ( c’est ce qui a été fait depuis le début de cette année en classe)

un codage suivi du découpage :

sylvia030 sylvia031

ranger ces « étiquettes » : plusieurs possibilités :

  • dans un tableau ( Sujet, Groupe verbal ( V + CO), CC ) et ne coller que celles qui ne se déplacent pas , on pourra ainsi lire/dire d’autres phrases en déplaçant les CC un exemple en images :

sylvia032

Attention : On déplace les CC (ou même on les supprime), mais sans bouger le « reste » qui est collé. On pourra lire différentes phrases, ajouter d’autres CC …..

  • dans des « formes » : ( souvent plus ludiques ) train de la phrase, chenille et ses feuilles ….. déjà utilisée , la même phrase en image : la tête et le corps de la chenille restent « fixes » , ce sont les feuilles qui se « déplacent »

sylvia033

pour couper les compléments au bon endroit ET ne pas en oublier : quelques astuces …..

  • astuce 1 : imaginer la phrase dans sa tête , avec tous les renseignements qui sont donnés    ( c’était quand? où ? comment ? ….)
  • astuce 2 : associer la question à sa réponse et faire les plateaux (verts et/ou noirs)
  • astuce 3 : poser toutes les questions et savoir que parfois il peut y avoir 2 CC qui répondent à la même question : ex quand ? 2 CC de temps : hier, au coucher du soleil …., que d’autres fois il n’y a aucun CC , ni de CO …..
  • astuce 4 : regarder la ponctuation (les virgules donnent souvent des indices)
  • astuce 5 : dans une analyse incomplète de phrase, quand on ne cherche par exemple que les CC dans un exercice, ne pas oublier de s’occuper d’abord des CO ….. -même si ce n’est pas demandé- afin d’organiser sa recherche …..

ON EN REVIENT au début de cet article  : sans doute nécessité d’une procédure complète pour analyser une phrase qui prenne en compte la logique : je cherche dans l’ordre et je code ( avec les couleurs , encadrement, plateaux …. ) :

  1. le Verbe
  2. le Sujet ( qui est-ce qui ….?)
  3. le(s) COD /COI/COS s’il y en a ( S+ Verbe + qui, quoi, à qui, à quoi ?)
  4. puis les CC  ( phrase ( S+V+CO) + quand ? où ? comment ? …)

En images , la phrase faite ce jour : Quand il fait beau, il chasse les ours avec ses amis dans la forêt .

P1080280 (2)

P1080281 (2) La partie « fixe » de la phrase , seuls les CC se déplacent (et on fait les manipulations), les différentes phrases sont lues …..

Nous allons essayer d’analyser une phrase par jour cette semaine afin d’automatiser cette procédure pour que Léo fasse cette démarche de lui-même sans aide, quelle que soit la demande faite dans l’exercice . On en profitera pour demander la nature de chacun des groupes de mots parallèlement ……

 

Un point sur le GN

Suite à la leçon faite en classe sur le GN , j’ai essayé de faire une carte « récapitulative » du groupe nominal et de ses constituants . Je n’ai volontairement pas « surchargé » la carte avec la liste de tous les déterminants , prépositions ou pronoms relatifs . On pourra voir ça en s’entraînant :

  • à créer des GN ,
  • à modifier leur genre, leur nombre,
  • à utiliser un autre déterminant (avec les conséquences possibles d’abord sur le sens, puis l’orthographe ….)
  • à agrandir/ compléter/ préciser des GN (selon les différentes expansions) et aussi l’inverse : réduire le GN à sa forme minimale …

sylvia003

On pourra utiliser d’autres cartes plus précises (ou à compléter cette année parmi celles qui ont déjà été faites) à piocher dans la rubrique « cartes grammaire » sur le Déterminant ( n°2 bis), les prépositions (n° 3) le Nom (n°10,11), l’Adjectif (n° 4) , les expansions du Nom ( n° 14)…..

carte à télécharger sous Word CARTE LE GN