Mais où est donc Archimède ? ou quand une maman écrit pour ses enfants ….

Nous venons de recevoir un super livre « Mais où est donc Archimède? » de Magali Collineau -Janke .

CouvertureARCHIMEDE-225x300

Mais quelles sont les particularités de ce livre ?

  1. Il a été pensé et écrit par la maman de 3 enfants dyslexiques pour ses enfants et pour tous les enfants DYS ou non-DYS
  2. au niveau de la forme :
    •  une police de caractère conçue pour les dyslexiques
    • une présentation du texte adaptée
    • plus d’espacements entre les lignes ….
    • Des empans de lecture courts
    • en image : IMG_1687
  3.  au niveau du fond :
    • Des phrases aux structures simples
    • Un vocabulaire courant
    • Des dialogues vivants ……

Alors si vous aussi vous souhaitez découvrir ce livre « confortable à lire » mais aussi drôle , qui nous apprend beaucoup de choses sur les lois physiques MAIS surtout un ouvrage qui peut être lu par TOUS , alors n’hésitez pas ! Faites un tour sur le site de l’auteur ici et vous ne manquerez pas d’être séduits par sa démarche ….

Vous pourrez aussi consulter la présentation de ce livre sur le site Handicap.fr ( ici ).

Nous avons hâte que Léo le lise …..malgré ses 412 pages ( car Léo regarde toujours le nombre de pages d’un livre ….) Attendons les premiers jours de vacances car la fin du trimestre a été difficile ….. Par contre son arrière Mamie attend son tour pour le lire tant le confort de lecture l’attire ….

Nous souhaitons à Magali de continuer cette superbe aventure …. avec d’autres aussi belles histoires ….. et encore BRAVO !!!!!

une petite vidéo de présentation ici

 

Un conte du pourquoi en carte ou comment soutenir la lecture du soir

Dans la nouvelle école de Léo, la lecture est très présente . Une lecture du soir avec différentes consignes selon les jours est  donnée (un même texte est donc travaillé 4 fois).

C’est  par un conte du pourquoi (appelé aussi conte étiologique ou explicatif ou conte des origines) « Comment il poussa une bosse au chameau » que cette activité a démarré . J’ai d’abord, à la demande de Léo, adapté le texte et nous avons commencé en lisant un peu à tour de rôle ( même si ce n’est pas dans la consigne, on a besoin de fonctionner ainsi tout en allongeant le temps de lecture de Léo, tout au moins lors de la première lecture du texte). Afin de soutenir cette activité et aider Léo à s’organiser dans le déroulement de l’histoire et pouvoir ensuite la résumer, nous allons travailler sur une carte mentale (qui ne sera complétée qu’après la lecture de la 2ème partie) tout d’abord en rappel de la lecture de la 1ère partie.

Voici le déroulement prévu sur une page double de classeur , avec des étiquettes ,des post-it et des feutres :

  • Carte en 3 parties qui suivent le « schéma du conte », donc 3 branches. Voilà comment elle lui sera présentée ( nous avons déjà travaillé de cette façon lors de lecture de romans les années précédentes) :

P1080051 (2)

en détails pour la 1ère séance avec cette carte :

P1080052 P1080053 P1080054

  • Lors de la dernière séance de lecture de la 1ère partie , sur des post-it , Léo devra compléter les branches 1 et 2 ( la branche 2 sera à terminer après la lecture de la suite du texte)
  • Puis , après le 2ème jour de lecture du texte 2 (suite et fin de l’histoire) nous complèterons la carte . J’ajouterai le nom de ce type de texte (ou plutôt de conte) et nous collerons cette étiquette au-dessus du titre.

Parallèlement, nous allons vérifier la compréhension de certains mots et/ou expressions utilisés dans le texte (fiche de vocabulaire ci-dessous) et, si le temps le permet, pour travailler « le ton » , nous pourrons écouter la version complète de l’histoire en musique d’Elodie Fondacci

et/ou regarder la vidéo (incomplète mais amusante) de Ciné Fête ci-dessous

et/ou pourquoi pas lire cette histoire en version BD ( à rechercher dans ce pdf ici pages 42 à 44……) ? Juste une question de temps ….. toujours …..

fiche de vocabulaire :

img625 img626

Lecture : comment adapter une évaluation « diagnostique » ?

En ces temps de rentrée, l’évaluation diagnostique est bien sûr sur tous les tableaux (dans tous les sens du terme!) MAIS COMMENT FAIRE ?

Nous nous retrouvons tout de suite dans le vif du sujet et plusieurs obstacles (souvent prévisibles) sont à surmonter (ou du moins à essayer de surmonter) en tenant compte d’une part :

  • du changement d’enseignant et de la priorité donnée dans le projet d’école au niveau de la lecture (sur l’apprentissage des stratégies de lecteur et l’amélioration de celles-ci)

une évaluation diagnostique _examen_s pour comprendre et améliorer les qW4tCMvTgnt7Jzdnirq31MAcUcs                                                  (image trouvée sur le blog de Sanleane)

  • du « poids de la 6ème » au bout de l’année avec ses demandes également en stratégies de lecture  …. compétences nécessaires pour le collège et au-delà

et d’autre part :

  • des constats faits en fin de CM1 et notés dans le PPS (quelques précisions en français, notamment en lecture ci-dessous)

img607

  • des « habitudes » d’adaptations (présentation, police , couleurs, consigne ….) déjà mises en place (Texte en 3 couleurs, police Arial 18 , et double interligne). Ainsi , le passage de la police arial 18 à l’ arial 16 n’est pas si facile que ça.
  • des modifications à apporter en « accord » avec Léo (sachant que l’on devra encore tâtonner , qu’on peut se tromper aussi …. / qu’il faudra lui montrer et lui expliquer les changements …. et tout ça en très peu de temps )
  • du souci de ne pas « suraider » mais aussi de ne pas « surhandicaper » l’enfant
  • de l’objectif que l’on se fixe (et qui soit réalisable) pour ce travail

Voici donc quelques difficultés qu’il a fallu résoudre :

  1. On pensait qu’un texte aéré dans une autre police mais en 14 avec interligne un peu plus « large » fonctionnerait : MAIS au bout de 2 textes lus ainsi, Léo a redemandé son texte « adapté » en arial , 3 couleurs ….. (je suis passée en arial 16 et ça a l’air de fonctionner en lecture, c’est moins le cas en dictée ou expression écrite où le 18 est nécessaire : Léo le modifie directement ou met le zoom … bref , il gère ce que l’adulte (en l’occurrence moi-même) essaie de modifier sans son accord !)
  2. La longueur des textes : jusqu’à présent, les lectures à la maison, se sont faites très souvent à 2 .Cela permet à Léo de « souffler » tout en continuant à comprendre le texte et garder l’histoire en mémoire. Il me semble que l’on va poursuivre ainsi en allongeant progressivement sa quantité de lecture « continue » . Un premier problème se pose : Comment faire pour adapter l’évaluation du point de vue de la longueur du texte ?

Propositions :

  • Si on conserve le même texte, peut -être le couper en 2 parties (pas forcément égales) pour faciliter la compréhension et permettre de « souffler » (matériellement des crochets [mot de départ  ….. mot de fin])
  • et/ou avoir recours à l’AVS (lecture à tour de rôle ) ?
  • Objectif : Installer progressivement une lecture en continue plus « longue » , en douceur si possible car cela demande beaucoup d’efforts …..

      3. Les questions sur les textes : Comment faire pour adapter l’évaluation du point de vue des questions ? J’ai repris ce qui avait fonctionné :

  • les questions sont données en amont et lues par l’enfant
  • éviter un trop grand nombre de questions à la fois
  • le texte (adapté) est alors donné avec la consigne écrite sous les questions : « lis le texte de [ …. jusqu’à ….] puis réponds aux questions »
  • nouveauté cette année : à la demande de Léo, les réponses aux questions seront faites sur papier , donc à la main ….. En fait, l’an dernier, les questions étaient présentées à l’ordinateur et il tapait les réponses. Cela l’obligeait à un aller-retour permanent feuille (texte) / écran (questions et frappe des réponses). On avait donc l’avantage de réponses lisibles mais l’inconvénient du coût « repérage spatial » . Cette année , nous verrons à l’usage (de toutes façons, le goût du papier est toujours présent chez Léo) ….  
  • un exemple (incomplet) en image :

img608

Finalement , malgré tout, plusieurs questions se posent et les réponses restent en suspens …. Nous faisons de notre mieux …..

  • est-il possible de faire une évaluation diagnostique (ici en lecture) en partant du même travail que celui demandé à la classe ?
  • Pourra-t-on en tirer des éléments fiables ?
  • Ou bien ne connaît-on pas le résultat d’avance ?
  • Peut-être aussi devra-t-on déterminer si une partie du « handicap » n’a pas été testée en même temps ?
  • Que doit-on privilégier dans ce type d’adaptation ?

En discutant avec mon frère (prof de Bio, qui est confronté à des élèves dys dans ses classes de lycée) , je retiens sa phrase : le problème est d’adapter le sujet en testant uniquement ce qui est à tester tout en compensant / réduisant / supprimant le handicap …… tout un programme!

Un livre pour semer le bonheur, Fantadys soutient #leprojetfou

logopourpenser2013orange250x87__019126100_1207_11072014Les Editions Pourpenser, je vous en ai déjà parlé sur le blog. C’est le coup de cœur de la famille Fantadys : des livres pour penser, des livres jeunesse qui abordent les thèmes de l’amour, du vivre ensemble, de l’épanouissement, de la confiance, du bonheur, de la différence, des émotions, des peurs, de la famille…autant de sujets qui amènent à la réflexion, la discussion, qui créent du débat. Ces histoires ne sont que des graines et il était temps pour cette maison d’édition différente de semer plus largement ces belles idées et ces graines de questionnement. Alors…un projet est né, en peu de temps, un projet un peu fou mais tellement évident et logique : un livre pour partager le bonheur. Et pour réussir ce pari fou, ils ont besoin de nous, de vous, parce qu’ ensemble on peut semer des milliers de graines d’idées ! Parce qu’ensemble on peut propager le bonheur autour de soi ! chgidprojetfou__041359200_1234_09042015 Ce projet c’est tout simplement un petit livre, à tout petit prix issu de la réflexion de 20 co-auteurs (Laurent Gounelle, Catherine Dumonteil-Kremer, Christine Lewicki et bien d’autres), des belles plumes avec de belles idées qui vont donner le sourire à chaque personne qui recevra ce livre positif et joyeux ! A distribuer autour de vous, aux écoles, aux associations… Pour contribuer à ce projet pas-si-fou, c’est par ici. Déjà plus de 70% financés avec plus de 3500 contributeurs de bonheur !

A vous de semer maintenant pour faire naître des sourires !

Des Minimots pour un grand plaisir de lire

Je vous ai déjà parlé de logo ici, découvert à l’occasion du Salon Primevère il y a deux ans. Cette année, je suis allée leur rendre à nouveau une petite visite car j’avais adoré leur collection pour apprendre à lire.

IMG_3337 Minimots, c’est une équipe sympathique à la tête d’une maison d’édition innovante qui a développé une gamme d’ouvrages dédiée à l’apprentissage interactif, tactile et ludique. Ces ouvrages sont basés sur la pédagogie Montessori, pédagogie qui repose sur l’éducation sensorielle et kinesthésique de l’enfant. Ils permettent d’accompagner et d’aider l’enfant à devenir autonome et surtout acteur de son apprentissage.

« Des minimots pour grandir, livres à jouer, à toucher, à évoluer, pour des lecteurs en quête de progression et de plaisir. »

Tous les enfants passent par des périodes sensibles à des moments bien précis de leur vie. Pendant ces périodes sensibles, l’enfant assimile telle ou telle acquisition. Si l’enfant est aidé à ce moment précis, en lui proposant par exemple du matériel adapté au besoin du moment, l’apprentissage se fait en profondeur. Par exemple, quand l’enfant s’intéresse aux lettres, il est temps d’assouvir cette curiosité naturelle et de lui proposer des outils adaptés.

Chez Minimots, pour les plus petits (de 2 à 4 ans), on trouve un petit livre afin de les sensibiliser au plaisir de la langue avec des histoires qui nous emmènent au pays des lettres :

Petites Histoires et Jolis Sons

Livre-Petites-Histoires-Jolis-Sons une lettre, un son, une histoire par pageB-pour-site

« Bien ouvrir ses  oreilles pour se plonger dans l’émotion provoquée par des mots, de simples mots. Des mots qui nous transportent, qui nous chatouillent, qui nous enchantent et nous entraînent. »

Puis pour se préparer à la lecture, on trouve des petites histoires à partager :

Abécédaire Pour Les Oreilles

couv-220x277 Lire les histoires à voix haute avec toute sa sensibilité, délicatement surligner les sons qui se répètent.C

« Bien ouvrir ses oreilles pour se plonger dans l’émotion provoquée par des histoires amusantes ou poétiques . Sensibiliser les enfants au plaisir de la langue, les aider à s’approprier les sonschaque histoire fait résonner un son pour que l’enfant l’intègre naturellement. »

Plusieurs façons d’aborder l’identification des sons avec les enfants !

  • Quel est le son qui revient le plus souvent ? 
  • Dans quel mot entendez-vous ce son ?
  • Où est placé ce son ? Au début du mot, au milieu ou à la fin ?
  • On peut aussi montrer le texte aux enfants et leur demander d’observer et d’essayer de trouver la lettre qui se répète.
  • On peut proposer un travail collectif : essayer de trouver ensemble un maximum de mots dans lesquels on entend ce son. Puis proposer de fabriquer leurs propres histoires sonores et de les enregistrer.

Avant d’aborder la collection La Clé des Sons, il est intéressant de passer par l’étape de découverte visuelle mais aussi tactile des lettres. L’enfant les regarde et les touche pour apprendre à la fois leur tracé et leur son. L’enfant les mémorise mieux car plusieurs sens sont sollicités et pas seulement la vue.

Le champ des sons

champ-des-sons-220x276 Cet alphabet pour les doigts est composé de lettres tactiles.  En traçant les lettres avec les doigts l’enfant mémorise chaque son.

a-s 1frise

Une fois que l’enfant s’est bien familiarisé avec les lettres et les sons de chacune, on peut lui faire découvrir la collection La Clé des Sons qui est composée de 3 niveaux. Cette gamme m’a tout de suite attirée. Léo était déjà trop grand mais je me suis toujours dit que je l’utiliserai sans hésiter pour mini fantadys quand ce sera le moment.

Pourquoi ? Car il s’agit d’une méthode progressive, ludique où l’enfant est totalement acteur de son apprentissage. J’ai envie que pour lui la lecture soit synonyme de plaisir !

La clé des sons 1

couv-cle12-Copie1 Un livre pour jouer, trouver, identifier les sons

cocci-ballon2

maison-sac2

Dans le niveau 1, l’enfant peut faire ses premiers pas en lecture avec une sélection de mots simples (3 lettres). J’adore le côté « ludique » du livre : faire tourner la roue, coller et décoller des lettres et des images, ouvrir des fenêtres…En manipulant les lettres, en écrivant des mots, en associant les images avec les mots, l’enfant s’entraîne  petit à petit et finalement il apprend tout en s’amusant !

La clé des sons 2

couverture-clé2-218x300 Pour les enfants dont l’entrée dans la lecture se confirmeliste-mots double-tigre

Toujours de la manipulation au niveau 2 mais avec des mots qui deviennent de plus en plus longs ou complexes. Le but étant d’encourager l’autonomie et l’initiative chez l’enfant, l’enfant peut manipuler le matériel et a la possibilité de contrôler seul l’exactitude de ce qu’il vient de faire.

La clé des sons 3

couverture-cle3-208x300 L’enfant découvre de nombreuses associations de lettres.phrases0031-e1347368856146

livres-minimots-017-e1347368253984

Après s’être entraîné avec la Clé Des Sons volumes 1 et 2,  le volume 3 lui  propose de s’intéresser à la dernière étape de la construction de la lecture. Page par page l’enfant s’approprie les phonèmes. Reconnaître et mémoriser les sons composés “ch”, “ou” , au fil des pages l’enfant s’entraîne à dire et mémoriser les sons composés.

Je terminerai cet article par un jeu amusant : TOP SECRET, des messages à lire pour agir

Le coffret est constitué de 3 boites avec différents niveaux de difficulté contenant 24 cartes chacune. Au recto, la phrase est écrite en cursive et au verso en script (ce qui permet de travailler les deux écritures).

IMG_3913

Il est possible de jouer seul, à 2 ou en groupe. Si l’enfant joue seul, il lit la carte puis fait l’action (un peu moins drôle qu’à plusieurs quand même…). A deux, chacun son tour, on prend une carte, on la lit et on la fait deviner à l’autre. En groupe, chaque enfant choisit une carte, la lit en silence puis passe à l’action, le groupe doit deviner ce qu’il a lu.

IMG_4627 3 niveaux

Nous avions emmené ce jeu un jour dans une salle d’attente d’un médecin. Heureusement nous étions seuls dans la salle donc pas de regards moqueurs…

IMG_4361 Léo a commencé à lire la carte puis a réalisé des actions (ici des mimes) pour nous faire deviner sa phrase :

IMG_4359 IMG_4367

Chaque phrase incite l’enfant à accomplir une action : par exemple, dessiner, se déplacer, mimer, chanter…Mamie Sylvia et moi-même devions donc deviner. C’était très drôle mais pas si évident que ça pour Léo ! Il fallait qu’il mémorise ce qu’il venait de lire pour pouvoir faire les actions et nous permettre de deviner. Ensuite, au tour de Mamie Sylvia ! IMG_4362 IMG_4363

Au final, des phrase simples, amusantes ou poétiques qui encouragent le désir de lecture et développe la lecture attentive.

Je vous invite à aller faire un tour sur le site de Minimots où vous trouverez encore plus de détails et sur leur page facebook !

 

lecture suivie ou suivre la lecture …… une autre carte ?

Pour Léo,les problèmes / et solutions de lecture d’un roman pourraient se résumer de cette façon :

  • la quantité de texte à lire : même si le texte est « adapté » au niveau du support (police, interligne …), cela fonctionne mieux si on lit à 2 (en alternance): c’est cette solution que je privilégie à la maison quand Léo doit lire un chapitre de roman étudié en classe et c’est  une  solution qui lui convient bien. D’ailleurs , souvent, il ne me laisse pas terminer « ma partie » et commence la sienne en avance!
  • Léo n’aime pas s’arrêter au milieu d’un texte,d’une page, d’une phrase : il a besoin d’aller jusqu’au bout et c’est difficile pour nous de savoir s’il a tout compris . Il y a plusieurs solutions :
  • en alternant la lecture , cela permet de caser une petite remarque, une petite question
  • en donnant en amont, l’explication de mots difficiles ou qui ne font pas partie de son vocabulaire
  • en donnant la question avant la lecture  sur une partie du texte
  • ……

Et comme ces petites astuces ne me suffisaient pas, j’ai fabriqué une sorte de carte mentale que nous remplissons au fur et à mesure de l’avancée des chapitres . Ce n’est qu’au bout du 4ème chapitre du roman que Léo lit en classe actuellement  que j’ai eu cette idée mais je pense que c’est intéressant d’avancer ainsi dans un roman .

Le schéma de départ de la carte est le suivant :

lire un roman

Adaptée à ce roman, voilà ce que cela a donné , à la moitié du livre:

P1040616

la branche des personnages

P1040618

la branche des lieux

P1040619

la branche de l’histoire avec les résumés

P1040620

Remarques :

  1. afin de ne pas surcharger Léo de travail, c’est moi qui ai réalisé les premiers résumés puis nous les avons faits ensemble ( je les tape pour la même raison).
  2. Avant de lire le chapitre suivant, nous installons la carte devant nous, un petit retour sur le dernier résumé, les personnages , quelques questions ….
  3. et pendant la lecture, on peut aussi revenir à la carte, y faire des ajouts (si le chapitre nous donne une information : par exemple écrire un indice supplémentaire …)
  4. Après la lecture : le résumé tapé sera collé, les nouveaux personnages  ou lieux également…
  5. C’est vrai que la taille de la carte est importante et prend de la place mais , au moins, elle est facilement lisible …elle n’est pas faite pour l’instant pour être transportée …
  6. Pour le prochain roman qui sera lu, je pense que nous essaierons de renouveler ce genre de carte : il permet de voir l’avancement de l’histoire dans le temps et aussi dans l’espace (sur la carte ), oblige à dégager l’essentiel d’un chapitre, permet de faire les liens entre les chapitres , les personnages  et de faire des retours sur ce qui a été lu….