Always, sometimes, often or never ?

Les adverbes de fréquence , une fois qu’on les connaît, il faudra savoir les placer. Donc , autant faire les 2 choses en même temps .

Nous avons donc d’abord repéré les 4 adverbes et fabriqué les 4 cartes correspondantes pour pouvoir manipuler et « fabriquer » des phrases ( les autres cartes sont déjà prêtes depuis quelque temps déjà). En règle générale, l’adverbe de fréquence est placé AVANT (devant ?) le verbe . Nous avons conservé nos couleurs habituelles . En image : les 4 cartes et quelques phrases :

 

Pour terminer, une carte à 4 branches : toute simple ….

Il ne nous reste plus qu’à inventer des phrases affirmatives et interrogatives en particulier ….. en manipulant les cartes , en utilisant le vocabulaire appris ou à apprendre,  en en créant quand nécessaire ….

(Merci Céline de m’avoir signalé l’erreur dans « make/makes » … C’est corrigé! – Pour la place de l’adverbe avec BE , je retiens votre moyen mnémotechnique ADverBE : Avant le verbe et après BE , nous l’ajouterons quand cela aura été vu en classe )

Heure et nombres en anglais : une question de méthode ? quelques réflexions …..

En faisant réviser Léo sur les heures et les nombres en anglais et en observant ce qui était parfois difficile , j’ai essayé de trouver une astuce ( une méthode?) sur laquelle il peut s’appuyer .

pour les heures

Voici les documents que j’avais préparés au premier trimestre :

  ( on a beaucoup manipulé cette horloge  et on s’en sert à chaque révision !)

Léo a très bien compris le système des heures en anglais . Mais en français , il ne les dit pas avec « les moins » ( il ne dit pas 6h -25 mais 5h35 ) . Il a donc fallu travailler sur l’heure en anglais (il y a déjà pas mal de temps , au 1er trimestre) en tenant compte de cette difficulté (ou du moins de cette particularité…..) .

Une astuce « méthodologique » :

  • tout d’abord l’anglais s’occupe des minutes donc on colorie la « grande aiguille » en bleue (comme cela avait été fait pour l’heure en français) et c’est celle que l’on observe en premier . [o’clock : associé au geste vers le chiffre 12, quarter past et to sont compris, half past aussi …]
  • on s’occupe ensuite  des heures indiquées par la petite aiguille coloriée en rouge qui sont les chiffres du cadran.
  • Voici la fiche « méthode » en 3 étapes que l’on va conserver et qu’on réutilisera sûrement pour « revoir, relancer, corriger si nécessaire » : dans un exercice, on commencera toujours par colorier les 2 aiguilles

pour les nombres

Les nombres en anglais sont bien assimilés mais il subsiste un « doute » quand il s’agit d’écrire de grands nombres (avec des milliers car nous n’en sommes pas aux millions) . Là aussi , on est parti sur une astuce visuelle en traçant un trait au niveau des milliers (dans l’espace) . J’ai remarqué que Léo n’avait pas envie de tracer ce trait mais j’ai insisté pour qu’au moins, sans le tracer, il fasse une démarche « mentale » . D’autant plus que sa relation avec « le nombre » n’a jamais été bien simple ( encore un « cadeau » de la dyspraxie!) .

(Vous pouvez voir aussi l’article fait en début d’année « une astuce pour les nombres en anglais »)


Remarque : malgré cela, la « dyspraxie » nous rappelle à l’ordre car ,même si ces notions sont parfaitement comprises et  « automatisées », il subsiste une nécessité de contrôle permanent de l’enfant (une « lutte »  qui est très consommatrice d’énergie et d’attention pour le dyspraxique).           

Par exemple , un moment d' »inattention » (dira-t-on, pensera-t-on ….????) et ça bascule [ le 49 : « forty-nine » peut à un moment devenir four nine OU « twenty past six » peut se transformer en twenty past half  OU bien encore, au niveau de l’orthographe, le « hundred » parfaitement orthographié plusieurs fois et d’un coup oubli du « d » final (ou thousand, oubli du « h »)et puis vite être corrigé ….

MAIS parfois dans la « lancée » et « pressé » par la tâche suivante (plus complexe par exemple), par la fatigue ou le stress , Léo aura besoin d’une relecture pour voir son erreur : il est persuadé d’avoir écrit juste. Or, la relecture, non dirigée , est souvent oubliée …. et certainement coûteuse aussi…. et ceci d’autant plus que le travail sera réalisé à la main . Même si cela ne résout pas tout ( la dyspraxie reste « coriace » ) , le fait d’écrire à l’ordinateur est moins fatigant et libère ainsi de l' »attention » , facilite un retour visuel  accompagné souvent d’une correction immédiate …..

les 5 W en anglais ….. qui posent question …..

Après avoir joué avec notre boîte à questions (voir article ici), en manipulant les cartes, des tas de remarques apparaissent . Ainsi , en images :

1ère question tirée par Léo : demander ce que tu aimes .Il la fabrique avec les cartes : « What do you like ? »

img_2247

Avec le dé, il tombe sur « change ce que tu veux » :  il change le « do » en « does » et obtient : « What does you like ? »

img_2249 img_2250

Mais quelque chose ne va pas … Changement de la carte sujet , là ça marche ! avec explication …. un petit entraînement quotidien me semble intéressant pour manipuler la langue , réfléchir, observer ce qui se passe….. tout en jouant ….

Une synthèse (incomplète sans doute mais qui permet de visualiser rapidement l’utilisation des mots interrogatifs) en carte mentale sur les WH questions ( je pense qu’elle nous sera utile pour quelques années ….. et elle est « volontairement » simple ….); Rappel des couleurs déjà utilisées : mot interrogatif , auxiliaire en vert, sujet en bleu, verbe en rouge

wh-questions-f

Il nous faudra encore quelque temps pour tout assimiler et surtout y revenir fréquemment …. on est sur le bon chemin …..

 

money, money ….

Une petite carte en cette veille de vacances autour de la monnaie anglaise et les façons de « dire ou demander » des prix …. Encore ce « have got » et « be » à choisir …..

pocket-money-f

Juste un « petit » problème : si vous avez un tuyau pour apprendre à écrire le signe £ à la main … déjà que celui des euros a eu du mal à s’installer (il n’a toujours pas ses 2 barres ….) … C’est pourtant si simple à l’ordinateur ….mais le workbook n’est pas « numérique » ….

Bonnes vacances à ceux qui les démarrent comme nous … et il y en avait besoin …..

Poser des questions en anglais …. quand la 3ème personne s’en mêle (s’emmêle ?)

Poser des questions en anglais , ce n’est déjà pas si simple quand il faut déjà choisir « be », « have got », « can » …. puis s’ajoute le « do » et là ….. la 3ème personne s’invite avec son « does » ….. sans que le fameux « s » du verbe à la 3ème personne (au présent simple) ne soit réellement acquis …… C’est là , pour Léo, que tout s’emmêle ….. et qu’il ne retrouve plus ses repères …. Un peu de ménage s’avère nécessaire …..

Nous repartons donc sur un essai de clarification « de type grammatical » …

d’abord , une reprise de la conjugaison au présent simple à partir de like, love, don’t like, hate

petite synthèse en carte mentale n°1 ( les questions sont indiquées pour les revoir en même temps, formuler des réponses affirmatives ou négatives ….) [ je suis partie de la carte de Troublesneurovisuels ici , on trouve d’ailleurs plein d’autres idées sur l’anglais et autres disciplines – une mine!- ]

img20170205_09231066_0098

Un autre tableau de conjugaison plus simple (trouvé dans le livre « L’anglais pour les dyslexiques« , p 92, d’autres astuces très intéressantes dans cet ouvrage …..) :

img20170205_17075871_0099

Puis, plus précisément , comment fonctionnent les phrases au présent simple (aux formes affirmative, négative et interrogative )

Là , j’ai utilisé le même site de Troublesneurovisuels et celui de Natacha Gousserey-Bénard ( à consulter car plein d’astuces … pour tous finalement )

Schéma(s) de construction de phrases au présent simple : (j’ai utilisé le travail déjà proposé avec de petits ajouts)

img20170210_19553318_0107

finalement un exemple de 2 tableaux récapitulatifs pour poser des questions au présent simple sans oublier la  mémorisation de l’ordre des différents termes avec l’aide des couleurs

  1. poser une question (en image tableau avec be et have got)
  2. poser une WH question (what, how well, how much)

img20170210_19592263_0109img20170210_19564837_0108

Tableaux : à télécharger sous Word questions-tableau-1  questions-tableau-3

et des (jeux de ) cartes maison (c ‘est peut être par là que j’aurais dû commencer !)

  • Fabrication de cartes plastifiées :

img20170207_10245186_0103

  • Reprise de l’ordre des termes (comme dans les tableaux ci-dessus) : on peut d’ailleurs travailler les « yes-no questions » comme les « WH questions ».Nous garderons sous les yeux ce schéma tant que ce sera nécessaire (du moins à la maison ….)

img20170210_20090350_0112

  • écriture de phrases :

img20170210_20110457_0113

reprise des cartes « je dis, je demande, je réponds » et préparation d’une boîte à questions

Nous avons continué les cartes « je dis, je demande, je réponds » présentées ici ou  .En voici d’autres (en lien avec ce qui est étudié en classe) :

img20170210_20031160_0110

Certaines sont découpées et utilisées avec la boîte à questions : jeu dont  on inventera la(les)  règle(s) : par exemple : Je tire une carte , trouver sa forme (affirmative, négative, interrogative ) … Si on tire une phrase interrogative , on doit inventer la réponse par exemple (courte ou complète….,), changer le sujet ,changer le verbe , trouver les cartes qui vont ensemble (et justifier son choix car plusieurs possibilités …. Histoire de travailler là aussi la flexibilité ……

img20170210_20052009_0111

Remarques :

  1. « la boîte à questions » :  une activité que nous allons essayer de mettre en pratique pendant les prochaines vacances… J’ai essayé de préparer une boîte qui donne envie de jouer !!!!! peut être un dé qui donnera l’action à effectuer aussi … dans un second temps …. à suivre donc …. voici le « prototype  » en images , plus qu’à essayer …

– la boîte avec son dé (une boite de dragées recouverte )

p1080728

– d’ autres faces de la boîte (images prises chez Stylo rouge et crayon gris)

p1080719   p1080718

p1080716   p1080717

2. beaucoup de choses sont présentées ici , certaines se recoupent, on verra à l’usage ce qui convient le mieux [et ce sera sûrement différent pour les uns ou les autres ….. ], ce ne sont que des pistes ….

 

 

 

 

La description physique en anglais : Have you got …. ou Are you ?

Toujours quelques difficultés dans l’élaboration de phrases sur la description physique avec des « obstacles » de type  : « C’est une question ou une affirmation ? » mais aussi « J’utilise  « have got » ou « be » ? » On essaie quelques aides / astuces :

Manipuler

Nous continuons avec nos étiquettes (voir article ici) : travail oral, déplacement d’étiquettes …..

Ecrire  ( à la demande de Léo qui fixe beaucoup les choses en écrivant … à la main dans un premier temps) :

  • de courtes phrases pour apprendre le vocabulaire en « situation d’emploi » ex : avec le mot earrings « She has got earrings« 
  • pour décrire une image en ne choisissant qu’un élément  ex : « She has got a necklace » necklace
  • pour dire quel vêtement on porte : ex : « I have got a white sweatshirt« 
  • pour demander/poser une question ex: « Has he got glasses ? » et demander une réponse (brève)
  • pour parler / décrire son chanteur préféré en observant une image (son acteur préféré, son joueur de foot préféré ) lacazette

Deux cartes pour la mémorisation du vocabulaire sur la description physique :

  • la 1ère carte : j’ai ajouté une séparation have got / be et je demande à Léo au moment de la mémorisation de faire des phrases

img20170122_16594821_0055

  • la 2ème carte : on n’utilise que « have got » (idem : faire des phrases affirmatives, négatives ou interrogatives en même temps que la mémorisation des mots). On peut donner quelques aides aussi pour mémoriser en expliquant la formation de mots : a hairpin se porte dans les cheveux « hair » , sun glasses : lunettes de soleil (sun) …….

physical-description-2f

D’autres aides : des images qui servent de support à toutes ces activités (quelques exemples) :

harry a-singer earrings

et Léo cherche même à traduire des mots qu’il ne connaît pas encore en anglais (ex : un survêtement …) , parfois il invente la couleur des yeux ou imagine les chaussures que son personnage peut porter (toujours en essayant de se rapprocher de la réalité !) . Finalement , les images de personnages connus …… ça marche très bien et on est « dans le concret » (grande nécessité pour Léo!)

Remarque : les cartes restent incomplètes mais il y a déjà une bonne quantité de mots à mémoriser , à chacun de construire la sienne …. et de s’entraîner à décrire ….

 

I, my, you, your, he , his …… Comment s’y retrouver …. avec un peu de grammaire ? avec des étiquettes ou cartes ? des couleurs …

Nous sommes en plein dans la construction de phrases, déclaratives, interrogatives ou négatives et les adjectifs possessifs sont entrés en jeu ….

Comment différencier un pronom sujet et un adjectif possessif ? Qui parle ? Parle-t-il de lui ? Quel est le possesseur ? Beaucoup de questions ….

Une carte mentale des déterminants possessifs (ou adjectifs possessifs) qui nous aide à mémoriser avec un lien avec le pronom sujet ( remarque le « its » apparaît dans la carte sans avoir encore été vu, on ne le travaille pas bien sûr car cela fait déjà beaucoup de choses à assimiler, on sait juste qu’il existe ) :

pronoms-sujets-d-possessifs-f

une autre présentation avec quelques phrases :

img20170114_14271611_0039 et en images avec les cartes (ci-dessous):

img20170114_14525997_0048 selon le possesseur (ou le propriétaire)

J’ai préparé des cartes ( taille cartes à jouer, car les étiquettes sont souvent trop petites et Léo a du mal à les manipuler ) : cartes pronoms, cartes verbes (avoir et être et négation), cartes adjectifs possessifs et ponctuation (. et ?).

img20170114_14404028_0044

Nous avons dans un premier temps manipulé les phrases de type : I’ve got / She OU he  has got/ …. I am / You are / She is …… puis on les a passées à la forme interrogative et négative ( les fameuses réponses brèves). On les a bien sûr complétées (She has got long black hair par exemple ….)

img20170114_14463097_0046img20170114_14501764_0047(on peut plier la carte du has pour que ‘s n’apparaisse pas dans une forme interrogative).

Une remarque importante pour Léo : le fameux ‘s aux différentes fonctions finit par l’embrouiller . Nous avons donc décidé, pour l’instant, d’écrire la forme pleine des auxiliaires surtout à la forme affirmative (et même de préciser s’il s’agit d’être ou d’avoir pour les anglais)

Nous avons utilisé les fiches commencées (je dis, je demande , je réponds ici ) en  passant certaines à la 3ème personne du singulier : en voici quelques unes en images

img20170114_14302869_0041img20170114_14323328_0042img20170114_14382476_0043

ou à télécharger are-you-is-he-is-she-3-cartes has-got-3-cartes what-s-his-her-their-name-3-cartes

Finalement , toujours cette flexibilité à entraîner , quelle que soit la matière ….. et cette « impulsivité » qui le mène souvent à des erreurs entre « dis  » , « demande », « réponds » [les lignes de fin d’article peuvent aussi nous donner des pistes dans l’interprétation « personnelle » des exercices ou tâches demandés]

 

Quelques remarques …… pour sourire ……. soleil-sourire ou comprendre une « erreur » …….Sans oublier que beaucoup de réponses sont possibles aussi selon la compréhension de la tâche à effectuer et surtout le sens qu’on lui donne qui peut être déroutant : voici quelques exemples auxquels j’ai été confrontée dernièrement :

1- Rémi parle de lui et de sa famille , compléter les phrases .

On pense « naturellement » « My name is Rémi . I’ve got brown hair ….  » . Et pourtant , Léo démarre par « His name is Rémi …..  » c’est un garçon Rémi …… Nécessité de reprendre la consigne et de faire comprendre à Léo qu’il doit prendre du recul , se fier uniquement à ce qui est demandé sans interpréter le sens .

2- Compléter avec l’adjectif possessif : il y avait écrit  traduire « mon ….. baby » .

Léo écrit « her baby » au lieu de « my baby » : Je n’ai pas de bébé c’est celui d’une maman donc j’ai mis « her » , même type d’erreur .

3- Traduire une phrase « Dis que le bébé n’est pas dans la poussette ».

Mais dans la leçon , il était bien dans la poussette ! Mais là, ce n’est pas ce que l’on te demande ! ……..

 

 

There is … there are …. there isn’t …. is there …… ? et le « any » dans tout ça ?

Le travail sur le « Il y a » en anglais n’a pas été du plus simple pour Léo .

Un premier obstacle  « auditif / langagier » : cette prononciation « there is, there are, there aren’t , is there, ….. » est très loin d’être fluide [ce qui n’a pas été le cas pour la prononciation de tous les mots de vocabulaire ou phrases de ce début d’année] et ne « sonne » sûrement pas très bien aux oreilles de Léo.

Le contournement que j’ai trouvé pour l’instant a été de travailler :

  1. avec des étiquettes
  2. puis en tapant les phrases à l’ordinateur ( c’est bien sûr Léo qui tape directement)

Un deuxième obstacle : un manque de flexibilité pour passer directement à la forme interrogative et à la forme négative de cette expression [ il faut dire que tant que l’obstacle n° 1 n’est pas surmonté, il est difficile d’installer les 2 autres formes ]. En fait , beaucoup de choses doivent se mettre en place si on analyse bien cette expression « Il y a » et , sans doute, si on n’installe pas « par palier » ça coince très vite donc nous avons repris tout cela sur 3 fois pendant les vacances et nous avons jusqu’à ce week-end pour espérer être au point !

La prononciation avec « there is …. » et « there are ….. » et le choix : « is » ou « are » ?

Avec des étiquettes , on a seulement travaillé l’expression Il y a + singulier et il y a + pluriel car finalement le « There is » prenait tout de suite le dessus …. certainement en lien avec notre « Il y a » qui ne change pas …..

  • à l’oral , avec sous les yeux les étiquettes écrites (+ dessin )
  • en décomposant lentement puis en essayant de dire un peu plus vite
  • en tapant de courtes phrases sur l’ordinateur
  • Rappel : pense d’abord à « regarder » ce qu’il y a : même si c’est au bout de la phrase il faut savoir si c’est au singulier ou au pluriel

La forme négative : Il n’y a pas …. There isn’t  ….There aren’t any ….

  • utilisation des étiquettes  « isn’t / is not , aren’t / are not » : Léo a choisi les étiquettes avec le « not » écrit en entier pour bien insister sur la négation , on reprendra ensuite les 2 formes ….
  • introduction de « any » avec un groupe nominal au pluriel
  • même démarche : à l’oral avec la manipulation des étiquettes et le « no » installé en début de phrase puis en tapant à l’ordinateur
  • alternance d’une phrase affirmative et d’une phrase négative , transformation de phrases dans les 2 sens
  • Remarque : nous avons tout de même présenté quelques cas où l’on utilise « any » avec un groupe singulier (les fameux « indénombrables »  – que l’on ne peut pas compter , comme le pain, le beurre , le lait : on dira du pain, du beurre , du lait par exemple) : nous préciserons qu’on les verra plus tard ….

La forme interrogative : y a -t-il … ? Is there  a ……. ? Are there any ….. ?

  • Travail avec le geste de changement de place du verbe qui va commencer la phrase
  • 2 ou 3  choses qui vont ensemble dans une question : changement de place du verbe et le point d’interrogation et , au pluriel, le « any » (et aussi chez les « indénombrables » comme expliqué ci-dessus, dans la négation)

les étiquettes en images : p1080680

quelques exemples :

p1080685

yesnotarot p1080688

p1080690

et quelques « indénombrables » à la forme interrogative :

img131 img132

J’ai aussi corrigé la petite fiche question pour faire apparaître le « any » dans la réponse négative :

img133

Remarques :

  • majuscule et ponctuation (hormis le point d’interrogation qui est un repère visuel indispensable ici) ne sont pas notées , on y pensera après …..
  • Et merci à Miss T du blog Sorry what’s up qui nous a « éclairés » sur cette difficulté du « any » sachant qu’on a simplifié et qu’on a pris des situations adaptées au niveau 6ème …. 
  • L’entraînement permet aussi l’amélioration de la prononciation mais il faudra « s’y tenir » encore quelque temps …..

Do you ? Can you ? I do, I don’t , I can , I can’t …. un peu de ménage …

Le vocabulaire augmentant à grande vitesse, voilà les questions et les réponses  qui se suivent et se ressemblent ( ou pas ?) et qui parfois aussi se mélangent ….. [- Do you like …? – Yes , I can …. – Can you ….. ? – No I don’t ]

J’ai donc créé un petit jeu de cartes pour pouvoir piocher ,  revenir , observer à partir de 3 axes : « Je dis »,  » je demande » , « je réponds » (avec les réponses brèves) . On pourra donc les associer au vocabulaire qui est à mémoriser . On essaie ce week-end ….

Si ça fonctionne on continuera le jeu avec les prochaines questions !

img081

img079

img078

img077

à télécharger sous Word (modifiables) can-you-3-cartes do-you-like-3-cartes there-is-3-cartes where-are-you-from3-cartes

Une astuce en anglais pour les nombres …. ou quand les maths s’en mêlent (….ou s’emmêlent ? )

Les nombres jusqu’à 20 sont connus .

Nous avons la 1ère liste de 0 à 12 , puis la famille des « teen » et celle des « ty » pour les dizaines à partir de 20. C’est comme ça que Léo les a mémorisés en CM2 ( Nous avions utilisé les astuces de Miss T ….. thank you !- d’autres exercices sur les nombres ici ) jusqu’à 100 .

sylvia303

Pour les nombres au-dessus de 20 (de 21 à 99), nous avons bien observé comment  ça marchait car, parfois dans la vitesse et « trompé » par sa mémoire (lorsqu’il dissocie le visuel de l’auditif) , le nombre 25 pouvait devenir  « two five » .

  • On revient donc à la verbalisation et décomposition du nombre :  vingt cinq c’est 20 et 5 donc twenty – five
  • et on ajoute un tiret entre les deux .
  • pour aider à ce repérage, nous avons repris les couleurs utilisées en maths : rouge pour les dizaines (en somme le rouge des dizaines est associé au « ty »)

img023

Pour les nombres de 100 à 999, même démarche

  • la centaine s’écrit en vert
  • et on écrit le mot and juste avant d’indiquer les dizaines ( on a même tracé un petit trait rouge juste avant le chiffre des dizaines)

img024

Pour les nombres au-dessus de 1 000, on utilise tout ce qui a été fait ci-dessus

  • le chiffre des milliers en bleu
  • on écrit le nombre de milliers puis celui des centaines
  • et on écrit le mot and (comme indiqué ci-dessus) et enfin le bloc dizaines unités

img025 et ainsi de suite …..

Toute cette démarche a permis de mémoriser facilement , il reste encore à « réviser » mais le support couleur n’a servi qu’à comprendre le fonctionnement de la formation et de l’écriture des nombres en anglais , étape indispensable pour Léo AVANT d’attaquer la mémorisation . Comme d’habitude , on voit là encore un fonctionnement différent, qui demande plus de temps certes mais qui s’appuie sur sa logique .Bien entendu ce support disparaît lors des différents exercices en classe ou à la maison , nous y reviendrons tant que cela sera nécessaire à la maison . Il ne reste plus qu’à s’entraîner …. en jouant si possible !!!!

La fiche complète ici ou à télécharger (modifiable sous Word)numbers-apres-20

img027