Encore des angles, des mesures et une perception qui peut être parfaite … ou non ….. Et si on jouait avec les angles ?

Encore des « surprises » avec ces angles ….. Même si parfois cela est très simple pour Léo, à d’autres moments , « quelque chose » entrave sa perception. Comment compenser ? Plusieurs pistes …..

Une question de vocabulaire et de méthode

On revient à la base de la leçon (que l’on revoit en ce moment systématiquement pour chaque cours) :

  • reconnaître les angles
  • savoir les nommer (souvent plusieurs choix)
  • ne pas oublier leur codage écrit (le chapeau)
  • connaître de façon précise le vocabulaire lié aux angles
  • repérer le sommet ( soit pour le trouver sur une figure : sa lettre est toujours au milieu de son « nom » , soit pour le nommer)
  • reconnaître un angle droit ( 90 °), aigu, obtus, plat (180°) et nul (0°)
  • révision quotidienne avec une petite fiche de ce type :

Mesurer un angle

Cela a été très vite compris et semble « automatisé » avec l’utilisation du rapporteur d’ALEPH . (Moi qui suis une « matheuse » , je me demande pourquoi tous les collégiens n’ont pas cet outil , au même titre que la règle-équerre [réquerre] d’ailleurs …. Je les trouve d’une telle simplicité à utiliser )

  • Si nécessaire , on rappelle : « Où poses-tu le repère ?  » sur le sommet et « es-tu dans le bon sens ?  » Sinon , on tourne le rapporteur de l’autre côté , on suit donc les flèches qui « accompagnent » notre regard ou un geste
  • On peut aussi se questionner sur la mesure de l’angle avant de commencer : « Cet angle, penses-tu qu’il est droit ? plus grand que l’angle droit? plus petit que l’angle droit ? ….. »
  • S’il y a plusieurs angles (notamment issus d’un même sommet) , c’est là que ça se complique et qu’il faut redoubler d’attention . L’utilisation de la couleur est un bon appui
  • Penser à rallonger les côtés pour une meilleure lecture

Tracer un angle

Un peu d’ordre là aussi :

  1. Je repère le « sommet » de l’angle
  2. Je trace un côté de l’angle , j’indique le nom du sommet et de la 1/2 droite (le côté de l’angle)
  3. Je place le repère du rapporteur sur le sommet , je vérifie que le côté est bien sur le 0°
  4. Je trace un petit trait à la bonne mesure
  5. Je trace le 2ème côté et je le nomme

Reproduire des figures (triangles ou losanges en vraie grandeur) : rapporteur, règle, compas parfois

Là aussi , trouver la « procédure » , la marche à suivre qui convient : exemple pour tracer un triangle dont on connaît la mesure d’un côté et des 2 angles

  1. J’observe la figure
  2. Je trace le côté connu, je le nomme
  3. Je place le rapporteur sur le sommet du 1er angle , je mesure l’angle, je trace
  4. De même pour le 2ème angle
  5. Les 2 côtés ainsi tracés se coupent et on obtient le triangle demandé

S’il s’agit d’un losange , on utilisera le compas aussi

Des calculs « simples » avec les angles

Oui mais à condition que la perception de l’enfant soit exacte ….. Comment s’y prendre là aussi ?

Nous sommes passés par les ciseaux … Encore faut-il voir / percevoir en premier le « tout » pour voir (et donc calculer) une « partie » . Nous avons découpé pour « enlever » l’angle de 40° de l’angle plat de 180°.

Une démarche possible où on écrit tout :

  • L’angle AOB est un angle plat . AOB = 180°
  • AOB= AOC + COB
  • 180° = AOC + 40°
  • AOC = 180 – 40 = 140°

Même démarche pour un angle de 90° :

  • EDF est un angle droit . EDF = 90°
  • EDF = EDG + GDF
  • 90 = EDG + 30
  • EDG = 90 – 30 = 60°

C’est à mon avis une démarche à retravailler pour Léo , surtout dans la perception du tout .Il me semble que pour automatiser cette démarche, le passage par « l’écrit » lui rend service . Ne pas hésiter aussi à varier la place de l’angle à chercher (côté droit ou côté gauche) …. puis à faire ce travail avec des mesures dont l’unité n’est pas 0….

Nous allons faire une sorte de « collection » pour s’entraîner à des repérages plus rapides (un angle plat c’est aussi 2 angles droits ….) avec des cartes de ce type , sous forme de jeux sur les angles (complémentaires ou supplémentaires, ou simplement des additions d’angles : ciseaux à prévoir ?) :

   

à télécharger sous Word fichier calculs d angles

Il ne reste qu’à trouver du temps et à travailler ceci aussi avec l’ergo pour toujours se concentrer sur  cette perception ……

Remarque personnelle : dans les manuels, les figures sont parfois faites « à main levée » pour la recherche des angles : actuellement il me semble qu’il est nécessaire de fixer la démarche de recherche avec des figures au tracé « parfait » ….. car c’est une difficulté supplémentaire qui s’ajoute …..

 

Publicités

Sur la route des périmètres : quelques outils

Même si la petite fourmi utilisée les années précédentes ne semble plus indispensable pour percevoir le périmètre d’une figure, nous avons besoin de temps pour arriver à nous passer des fiches « formules » de périmètres « classiques »

Mémoriser les « formules »

Il nous est encore nécessaire de lutter comme une certaine « impulsivité » du périmètre du carré qui arrive toujours en tête …. donc , on reprend tranquillement …

On a mis ensemble le carré et le losange, on a vu le « tri » de triangle quand on parlait de triangle équilatéral et pour le rectangle ce sont les mots « longueurs et largeurs » qui y sont associés dans les exercices. Le cercle est à part : 2 formules selon si on connaît le rayon ou le diamètre mais  nous regarderons aussi de près le demi-cercle ( manipulation aussi pour bien intégrer cette figure dans l’espace [« penchée » , « horizontale, verticale » …]). Donc déjà tout un programme pour mémoriser efficacement et sur la durée …. quelque chose qui peut apparaître simple et peu coûteux ….

Voici la fiche d’aide à la mémorisation :

à télécharger sous Word Formules de calcul de périmètres

Utiliser les formules

Dans les exercices , on peut faire surligner et/ou verbaliser :

  • Que te demande -t-on ?
  • Quelle image vois-tu dans ta tête pour cette figure ? ( un rectangle, ton bureau, ….)
  • Ecris maintenant la formule pour calculer le périmètre
  • Attention : une question à se poser : les mesures sont-elles dans la même unité ? (plusieurs possibilités : utilisation du tableau de conversion des mesures de longueurs plastifié ou du ruban Word du cartable fantastique ou tracer son tableau sur une feuille à la main (On peut dire que Léo en est à ce niveau [ ce qui est une grande victoire] MAIS cela reste plus coûteux en énergie, plus long avec des risques d’erreurs et surtout de fatigue qui risque de le pénaliser sur la longueur d’une évaluation ou sur le moment de la journée où elle est faite)

Une petite fiche méthode :

à télécharger sous Word methode adaptée

pour rappel : le tableau de conversion des mesures de longueurs plastifié

trouver le périmètre d’une  figure composée

Là aussi , une question de méthode avant tout : décomposer la figure et écrire ce que l’on observe . Ensuite seulement, on démarre les calculs.

Nous avons aussi « manipulé » , « construit » , « surligné » les différentes parties du périmètre …. notamment avec les figures qui ont des demi-cercles …..

Remarque personnelle : Il me semble que là une fiche-guide « à trous » aurait été nécessaire pendant quelque temps car c’est assez long à écrire et on fait appel à plusieurs formules …. qui peuvent à un moment « le perdre »

une  fiche-méthode (réalisée à partir du cours) [qui pourrait facilement être modifiée en fiche-guide] :

à télécharger sous Word (dessin à ajouter) : Formules de calcul de périmètres

Trouver la longueur d’un côté d’une figure quand on connaît son périmètre (pour l’instant sur les figures suivantes :  carré, losange, triangle équilatéral)

Là aussi , une question de méthode. Nous avons repris « la recherche du 1 » quand on connaît le tout avec le « geste d’œillère » (lié à la division : recherche de la valeur d’une part) .On ne doit « regarder, zoomer » qu’une mesure, celle d’un côté alors qu’il y a un certain nombre de côtés (égaux).

Voici la fiche méthode que nous avons utilisée :

à télécharger sous Word Fiche méthode calculer un cote avec P connu

OUPS une petite erreur de calcul …. Merci Sandy ! (c’est corrigé dans la fiche à télécharger sous Word)

Il reste encore cette partie à travailler , et toujours prendre le temps au départ en se questionnant : Qu’est-ce que je cherche ? Qu’est-ce que je connais ? Et c’est seulement quand j’ai ces réponses que je peux démarrer …..

dyspraxique ….. vous avez dit dyspraxique ?

ou comment réussir en géométrie quand on est dyspraxique MAIS très motivé par cette « science » ?

La preuve en image : 1er février 2017

img20170201_20412914_0071

Un devoir maison réalisé en moins de 20 minutes avec l’ application du « bon » (très bon?) élève (mais avec certainement un coût supérieur !) mais surtout un tel plaisir à le réaliser ! Il y a longtemps que je connais la motivation de Léo pour les maths et surtout pour la géométrie (toujours à la main en classe et à la maison mais aussi sur géogébra avec l’ergo sans que le logiciel soit en « concurrence » avec le travail à la main choisi par Léo) et ce désir de perfection …..

Mais en même temps, je revois des « images » lorsque Léo était en CE1 et qu’aucun trait n’était droit, cette règle qui « bougeait » malgré les « picots » ou la « poignée » pour la tenir (d’ailleurs ,pour être comme tout le monde, il ne sortait JAMAIS sa règle avec la grosse poignée, c’était pour la maison), un travail rempli de coups de « gomme » car déjà cet esprit « perfectionniste » qui combattait sa main …..

C’était il y a déjà 5 ans ….. et nous mesurons le chemin parcouru grâce à sa volonté de réussir, sa motivation, son travail …. et aussi grâce à son ergo !

Un seul mot donc : faisons leur confiance , à un moment ou un autre ils nous surprendront ……

Remarque : on pouvait colorier son travail …. Mais Léo sait que le coloriage n’est toujours pas son fort (non pour le choix des couleurs mais pour le geste en lui-même malgré les progrès effectués) Il a donc décidé de le rendre sans le colorier ….

Retour sur les premiers éléments de géométrie : vocabulaire, codage, définition, propriétés

La géométrie a démarré mi-octobre et nous avons ressorti notre petit carnet de codage/vocabulaire (réalisé en CM2 ici et qui a été le bienvenu en ce début de 6ème pour repartir sur de bonnes bases ….) .

Quelques ajouts pour nous aligner avec le cours et mémoriser les premières définitions et/ou propriétés :

  • au niveau des segments : définition du milieu d’un segment, les extrémités du segment, appartenance ou non à un segment (symbole), noter la longueur d’un segment
  • au niveau des droites : une droite est infinie, par un point (infinité de droites) , par 2 points distincts (une seule droite)

J’ai donc créé une page supplémentaire (n° 4 )et j’ai ensuite collé les éléments aux endroits correspondants. Voici quelques images du carnet maintenant modifié :

img108 img109

à télécharger sous Word (n°4 memo-geom-couv4) [les 3 premières sont ici memo-geom-couv memo-geom-couv2 memo-geom-couv3 ]

le carnet en photo page par page :

p1080676 p1080677 p1080678 p1080679

Il ne nous reste plus qu’à apprendre et s’entraîner !!!!!

 

Les programmes de construction et reproduction de figures : comment s’y prendre ? quelques trucs et astuces à tester …. ça marche !!!

C’est encore un problème « d’actualité » pour Léo. Il est assez « simple » d’analyser les difficultés ou plutôt les obstacles à la réalisation de ces différents travaux et donc mon objectif est d’essayer de trouver des astuces, des aides, des adaptations, des contournements, des compensations ( en allant crescendo !) pour un enfant qui aime la géométrie, qui sait (maintenant) bien utiliser les outils (règle, règle-équerre, compas) MAIS qui :

  • peut facilement être perturbé par un support trop chargé (exemple : trop de droites parallèles , sécantes …. dans une même figure)
  • a du mal avec les angles présentés « attachés par un même sommet »
  • est gêné pour démarrer un exercice qui comprend beaucoup de lignes « obliques » .
  • …….

Il faut de plus « accepter » :

  1. que la précision n’est pas toujours au rendez-vous malgré une très grande application (gourmande en réserve attentionnelle d’où une difficulté supplémentaire en évaluation où l’on demande plusieurs exercices , à la suite, qui font appel à des « stratégies » différentes ….)
  2. qu’il y a en géométrie des tas de « petites choses » à ne pas oublier et pas toujours automatisées: codage de la figure, nommer les figures et ou les droites (utilisation des signes, des lettres en capitales ou non ….)
  3. ….
  4. que si on met en place une « procédure » , il faut qu’elle soit utilisée bien en amont pour être efficace au moment de l’évaluation , qu’elle ait été « automatisée » par l’enfant ou qu’il puisse encore utiliser un outil d’aide (à la planification, au codage …..) tant qu’il en a besoin .

Même si mon « analyse » est loin d’être complète et que l’on découvre souvent les difficultés « après l’exercice ou après l’évaluation » ,  que proposer ? Que peut-on demander en classe ?

Quelques « astuces » dans 3 types de situations rencontrées :

  • réaliser une figure en suivant un programme de construction ,
  • trouver la figure correspondant à un programme,
  • reproduire une figure (et c’est sans doute le plus difficile pour Léo …) .

1- Suivre un programme

  • Plus le programme est long, plus c’est compliqué surtout si les différents tracés se coupent , si un manque de précision ne permet pas la réussite de l’étape suivante ….

Une aide possible :

  • scinder le programme en 2 sous-programmes
  • les étapes doivent être clairement indiquées (aller à la ligne à chaque étape ou sous-étape)
  • préparer une case à cocher à chaque étape , parfois nécessité aussi de faire plus d’étapes (une consigne par étape, très claire )
  • écrire en entier : la droite (AB) , le segment [AB] car le codage seul peut être source d’erreur
  • laisser à portée de mains les « fiches méthodes » de rappel de construction (si nécessaire) ou faire verbaliser la démarche si l’enfant « bloque »
  • préciser le matériel à utiliser (surtout si l’enfant utilise des outils différents              – exemple la règle-équerre – ceci pouvant être noté en haut de la fiche)
  • un exercice par page
  • on peut préciser si des points déjà utilisés doivent être à nouveau utilisés dans une autre étape
  • un exemple (« adapté » à partir d’un exercice trouvé sur internet chez ???)

sylvia074

2- Trouver la figure correspondant à un programme

Un exemple de travail (trouvé aussi sur internet) en image ( avec une première adaptation sur la forme – police, couleurs, un exercice par page):

sylvia075

Une question se pose : comment vais-je m’y prendre ?

Une aide possible : (planifier la tâche donc une adaptation sur le fond cette fois)

  1. Je lis le programme en entier
  2. puis par étape : pour chaque étape, je vérifie chaque figure ( étape 1 : il y a bien un carré tracé dans les 3 premières figures MAIS pas dans la dernière)
  3. et je barre la (ou les figures) qui ne respecte(nt) pas le programme
  4. je passe ensuite à l’étape suivante …..

Une fiche procédure à essayer : Quelle figure correspond au programme ? fiche méthode avec un exemple au verso

sylvia081 sylvia084

Nous avons testé ce matin et simplement en suivant la fiche méthode , en s’arrêtant à chaque étape (et même au début, en cachant les étapes suivantes pour ne laisser apparaître que l’étape étudiée), le résultat a été parfait , la preuve en images :

sylvia089

3- Reproduire une figure

Là aussi, la difficulté sera souvent liée au « Comment je vais m’y prendre? » , « dans quel ordre ? » …. et surtout comment éviter de partir de manière impulsive ,sans savoir où l’on va ….

Il semblerait intéressant, avant d’apprendre à  reproduire une figure , de passer par un programme de construction à compléter comme dans l’exemple ci-dessus (trouvé aussi sur internet chez ??? et adapté sur la forme)

sylvia076 et là , encore une surprise :

J’ai demandé à Léo , sans lire la fiche, de regarder , observer cette figure et de me la décrire . Ce qu’il voit en premier ( ce qu’il a repéré au premier coup d’oeil, donc ce par quoi il commencerait sa reproduction) n’est pas le grand rectangle ABCD (vu par « la mathématicienne » que je suis  ou sans doute comme une grande majorité d’enfants) MAIS le triangle AFD …… Voilà donc comment, tout simplement, il peut partir dans une reproduction de figure pratiquement impossible à son niveau . (Cela m’a rappelé la figure de Rey à reproduire chez le neuropsy il y a 3 ans , qui avait été catastrophique avec le modèle et meilleure sans modèle, en restitution de mémoire visuelle!)

Il a poursuivi par les rectangles AKLD  et KBCL et j’ai dû lui poser la question : « et la figure ABCD c’est quoi ? » un rectangle ajoute-t-il immédiatement …. Mais celui-ci est donc nommé  en dernier ….et après ma question …. 

Il a rempli ensuite correctement le programme ….

sylvia088

Et, figure cachée, deux jours  plus tard, je lui ai demandé de tracer la figure en suivant le programme et en cochant les étapes de construction au fur et à mesure . Puis,  nous avons vérifié avec le modèle de départ. Résultat en images : parfait ! cochage des cases à chaque étape donc un avancement du travail sans aucune impulsivité , tout était bien contrôlé (revoir le point n° 1 : suivre un programme ….. ça marche !)

IMG_1707 IMG_1708 IMG_1710

sylvia090 sylvia091

Une aide possible en guidant l’observation et en faisant écrire le programme

  1. J’observe la figure
  2. Je code la figure (angles droits, longueurs, égalités ….)
  3. J’écris mon programme ( on peut aider au début par une trame …. ou vérifier l’écriture de ce programme , voir s’il ne manque rien …., si le choix de l’étape 1 est réalisable …)
  4. Je reproduis la figure en suivant mon programme

Une fiche procédure à essayer : Comment reproduire une figure ? fiche méthode avec un exemple au verso

sylvia082 sylvia083

Remarque : Il faudra peut-être aussi donner l’étape 1 pour que Léo démarre correctement : par exemple ici je trace un rectangle ABCD ( ou plutôt lui faire verbaliser le début de son programme pour s’assurer qu’il ne démarre pas d’un endroit impossible à construire (actuellement du moins) …)

Rappel : des aides en géométrie sur le vocabulaire et le codage ici et

Les quadrilatères et les familles de parallélogrammes

Suite à un travail en classe sur les quadrilatères, je me suis rendu compte que 4 cartes (parallélogramme, rectangle, carré et losange qu’on peut retrouver ici cartes n° 1 et n° 5) n’étaient peut être pas la « meilleure » solution ( d’autres chemins étant toujours possibles….) pour mémoriser les propriétés de ces figures.

Après un tour sur le blog de JMlesMathsFaciles, j’ai à nouveau consulté son excellente boîte à outils collège (à télécharger ici pour la 6ème et la 5ème , pour la 4ème et la 3ème) : c’est là que j’ai trouvé le terme de « Familles de parallélogrammes » ( ainsi que le pays des parallélogrammes) : les rectangles, les carrés et les losanges sont tous des parallélogrammes ( quadrilatères ayant les côtés opposés parallèles ).

J’ai donc construit un « carnet » (format plus « dynamique », à manipuler donc) à partir du parallélogramme . Voici les fiches utilisées au départ (scannées ou à télécharger sous Word – il manque les codages sous Word ,ils ont été faits ensuite à la main – et plastifiées puis découpées) :

sylvia072 sylvia071 sylvia070

à télécharger sous Word Familles de parallélogrammes

et le carnet monté en images :

IMG_1689  ou IMG_1702

  1. image d’ensemble (ci-dessus)
  2. les carnets sont tous faits de la même manière : des pages qui se soulèvent,
  3. 1er carnet : le parallélogramme (en haut) :  dessin, propriétés [côtés puis diagonales] et codages correspondants en face (2 « dessins » distincts pour ne pas mélanger les codages des longueurs et angles avec ceux des diagonales et ne pas « surcharger » la figure visuellement)
  4. IMG_1700 IMG_1701
  5. les 3 autres carnets losange, rectangle et carré (dessous): sont faits de la même façon . On pourra , plus tard ajouter d’autres propriétés (sur les angles par exemple ) au verso .Quelques images :
  6. IMG_1697 IMG_1699

Il n’y a plus qu’à revoir toutes ces notions et à « refeuilleter » dès que nécessaire …. à garder sous la main ….

Mots de base et petits codes de la géométrie

Encore du vocabulaire : tous ces mots assortis de codes qu’il va falloir connaître … ou (re)connaître …. un démarrage un peu rapide pour Léo surtout sous l’angle du vocabulaire …… mais on va s’accrocher !

Une leçon dense ….. transformée en carte mentale de 3 branches : le point, la droite et le segment . Nous avions déjà fait des cartes mentales sur « les droites » (ici) et sur le segment (et son milieu) ici et  . Cette fois , il s’agit d’avoir tous ces mots en une seule vue d’ensemble .

les mots de la géométrieF

à télécharger en pdf les mots de la géométrie

Remarque : la cage et le ballon sont les 2 astuces de l’ergo : cage pour le segment et ses crochets, ballon qui roule pour la droite et ses parenthèses (déjà 2 obstacles à surmonter) sans compter qu’on passe aussi en écriture « script majuscule » et que les droites avec leur « petit d », d’ ou d1  »  vont aussi nous jouer des tours . Voilà encore des difficultés « graphiques » cachées sous des notions de géométrie qui vont encore demander une attention particulière à  l’enfant dyspraxique …….

Puis pour apprendre cette leçon et s’entraîner à reconnaître les différents codes , voici quelques petites questions , et des « devinettes » à  faire dans les 2 sens d’où 2 types de questions en images :

img637 img636

à télécharger (sous word) Des codes et des mots en géométrie exos

Des triangles ….pas si quelconques que ça

Pour revoir la leçon sur les triangles, nous allons regarder des vidéos très courtes sur Canopé (les fondamentaux) mais il y en a de très intéressantes aussi en français et autres matières.

3 vidéos amusantes sur le triangle isocèle et 3 autres sur le triangle rectangle avec une présentation semblable : reconnaître , décrire, tracer.

Reconnaître le triangle isocèle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/reconnaitre-un-triangle-isocele.html

Décrire le triangle isocèle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/decrire-un-triangle-isocele.html

Tracer le triangle isocèle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/tracer-le-triangle-isocele.html

Reconnaître le triangle rectangle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/reconnaitre-un-triangle-rectangle.html

Décrire un triange rectangle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/decrire-un-triangle-rectangle.html

Tracer un triangle rectangle
http://www.reseau-canope.fr//lesfondamentaux/embed/tracer-un-triangle-rectangle.html

A partir de ces vidéos et de la leçon faite en classe, nous allons construire une carte mentale à la main à partir du matériel suivant :

  • feuille A3
  • des post-it
  • feutres, stylo, crayon à papier, équerre, règle, compas, règle-équerre
  • des images de triangles (du quelconque aux particuliers, dans différents sens également, quelques intrus), des textes

P1060560 P1060561 P1060562 P1060563

Quelques questions pour guider la réalisation de cette carte :

  1. Qu’est-ce qu’un triangle ?
  2. Vois-tu des triangles dans la pièce (pieds de bureau faits en tréteaux, étagère suspendue en équerre …)
  3. Combien de sortes de triangles connais-tu ?
  4. Peux-tu classer les images de triangles en expliquant tes choix
  5. Comment pourrais-tu les dessiner ? ( nous verrons cela dans la semaine, sur une feuille blanche , sur une feuille de cahier)
  6. Quelle est la particularité de chacun de ces triangles ?

Voilà ce que la recherche a donné en images :

  • la carte complète (on a dû ajouter une feuille dessous !)

P1060576

la 1ère branche : définition d’un triangle

P1060577

  • la 2ème branche : le triangle « normal » d’après Léo, appelé quelconque par les mathématiciens

P1060578

  • la 3ème branche : le triangle « spécial » appelé particulier

P1060580

  • sous chaque catégorie de triangles sont collées les images / textes qui étaient à classer : Léo a repassé les signes d’égalité des côtés, les angles droits. Nous avons dû inventer le texte manquant pour le triangle rectangle isocèle (écrit sur un post-it puis tapé à l’ordinateur) : Le triangle rectangle isocèle  a un angle droit et 2 côtés égaux (de même longueur).

P1060581

Puis la carte mentale avec le logiciel pour garder en mémoire :

triangles F

et pour finir , un complément au mémo de géométrie :

img258

Remarque : Nous aurons à revoir tout cela dans la semaine … on essaiera de voir les vidéos car finalement nous n’avons pas eu le temps !!!!!

Le thaMographe, le tout-en-un indyspensable

Nous avons testé le thaMographe, un instrument de mesure et de traçage de figures géométriques tout-en-un : 1 seul instrument de Mathématiques au lieu de 4 (compas, règle graduée, équerre, rapporteur).

IMG_5765IMG_5766

Qui est l’inventeur de cet objet aussi simple que révolutionnaire ?

Il s’agit de Thierry Delattre, un ancien professeur de Physique Appliquée dont le poste a été supprimé et qui a dû enseigner malgré lui les mathématiques au collège sans vraiment trouver sa place. Il démissionne et crée l’entreprise thaM thaM (Les Maths sur le bout des doigts) en 2012. Une dizaine de produits sont créés pour aider les collégiens principalement à comprendre des notions nouvelles, souvent abstraites, tout en manipulant des objets concrets. Mais la fabrication de ces outils pédagogiques s’est avérée trop coûteuse pour que les établissements scolaires puissent en faire l’acquisition. Parallèlement, l’idée du thaMographe est venue alors que ses deux enfants de 4 et 5 ans dessinaient tout le temps et voulaient utiliser le compas de leur papa qui, lui, traçait de jolis cercles. Comme il était impossible de leur laisser à cause de la pointe trop dangereuse, il a tout d’abord réalisé un trace-cercles sans pointe pour les jeunes enfants. Plus tard, il a rajouté une règle graduée, puis agrandi l’objet pour inscrire les nombres au dessus de chaque trou. Le bord droit présentant deux angles droits remplaçait alors l’équerre. Puis, il a rajouté le rapporteur et finalement la règle centrale pour pouvoir tracer un angle sans avoir à lever le crayon de la feuille. Et voilà le thaMographe est né, cette petite chose qui tient dans la poche et qui annonce la fin du compas, du rapporteur, de la règle graduée et de l’équerre.

Thierry Delattre a d’ailleurs reçu la médaille d’or du concours Lépine 2013 pour cette invention !

Les avantages de cet outil

  1. Economique : un seul outil à acheter au lieu de 4
  2. Pratique : compact et de petite taille, il se range facilement dans une trousse
  3. Sûr : pas de pointe, donc pas de risque de blessures ou d’agression entre élèves mais aussi plus de trou dans le papier !
  4. Des traçages plus simples et plus rapides grâce à la règle centrale

Nous avons testé l’outil avec Léo pour le tracé de cercles. Nous lui avons donné l’outil tel quel sans lui donner trop d’explications, juste en lui demandant de tracer un cercle en lui indiquant un trou pour positionner son crayon. Il a pris son crayon, a tracé un cercle sans relevé son crayon de manière complètement instinctive !

Voici les étapes de réalisation :

IMG_5966[1]

et voici le résultat :

IMG_5763 IMG_5764

Un détail important à nos yeux : le choix du crayon . En effet, il faut une mine dure et d’une taille qui corresponde aux petits trous de l’outil : un crayon 2H ou 3H fonctionne parfaitement bien et la mine ne casse pas .

Actuellement pour Léo, l’usage en tant que « compas » semble être très performante : coût attentionnel très réduit , résultat très satisfaisant. Nous attendons le travail sur le cercle en classe pour l’utiliser tout de suite.

Voici un aperçu des multiples utilisations du thaMographe au collège :

  • comme un compas pour la construction d’un ovale, d’un oeuf, d’une rosace

ovale oeuf rosace

  • comme une équerre pour la construction d’une spirale, d’un motif de pavage

spirale pavage

  • comme un rapporteur pour la constructions de constellations, d’un spidron, d’un polygone régulier

constellation  spidron polygone

Important !

Avant d’essayer le produit, il est préférable d’aller sur le site de thaM thaM rubrique « Tutoriels » et « Notices et vidéos » pour visionner des vidéos explicatives et ainsi comprendre au mieux le fonctionnement de l’outil et les erreurs à ne pas commettre :

Exemples de vidéos :

Application et conseils généraux

Tracer un cercle

 En conclusion, un autre outil qui va venir se glisser dans la trousse de Léo sans pour autant la surcharger vu qu’il est aussi fin et plat qu’une règle mais qui va grandement lui faciliter la vie (pour un tout petit prix en plus !)

 

Disponible chez Hop’Toys – 5€ ou directement sur le site http://www.thamtham.fr/

Help ! La règle équerre : quand l’utiliser? pourquoi ?

Nous avons reçu en test une règle équerre , produite par ALEPH ( une société française qui distribue des outils pédagogiques pour les Maths) . Deux tailles existent mais fonctionnent de la même façon ( Léo a choisi directement la plus petite qui , pour lui, est un gain dans la manipulation) . C’est un outil ultra léger, « souple, incassable, inrayable »,  « 2 en 1 » puisqu’il remplace l’équerre et la règle. L’outil existe pour l’enseignant pour le tableau Nous avons essayé aujourd’hui cette fameuse règle équerre et Léo l’a tout de suite adoptée !!!!! Quelle magie et quel plaisir de le voir faire, sans aucune difficulté!

  • Tour d’abord, un tracé libre pour découvrir l’outil sur son cahier

req1

  • Puis on passe aux choses sérieuses : (d)tracer une droite perpendiculaire à la droite (d)  et passant par un point A : en suivant mes explications avec 1 seul outil , la 2ème main étant utilisée pour le crayon  … résultat immédiat …

req3

  • une 2ème fois … idem … sans effort

req2

Les conclusions de Léo après cet essai : – c’est très, très, très … bien – parce que c’est plus facile – ça m’aide -ça ne me coûte rien comme effort , je pourrais en faire 10 000 à la suite sans être fatigué! – on va le montrer à la maîtresse et je pourrai même expliquer aux autres CM1 comment tracer une perpendiculaire ….

Nous avons refait cette expérience dans l’après-midi pour la mettre en image sur le blog avec la même « décontraction » et réussite :

  • Je trace ma droite

P1060529

  • Je lui donne un nom : c’est la droite (D)

P1060530

  • Je trace un point A

P1060531

  • Je place le trait qui est au centre de la règle ( vers le 0) sur la droite (D)

P1060532

  • Je fais glisser en restant bien le long du trait jusqu’au point A

P1060533

  • Je trace

P1060534

  • Je n’ai plus qu’à noter l’angle droit… c’est fini!

P1060535 Il nous reste à faire accepter cet outil en classe. Il ne remplace pas le travail « mathématique » avec l’équerre , la vérification des angles droits, l’étude des propriétés  ….. MAIS , pour ce qui concerne les tracés, franchement , c’est super ( et peut être pas seulement pour un enfant dyspraxique d’ailleurs ..) , le travail est parfait ! Remarque : les produits ALEPH ne s’arrêtent pas là : il y a aussi un rapporteur qui a l’air  exceptionnel. Ce n’est pas notre priorité pour le moment mais nous y reviendrons. Sur le site, on trouve un dossier ( de 7 fiches réalisées par un prof de Maths de la région lyonnaise)  qui explique comment faire pour tracer une perpendiculaire, une parallèle, le symétrique d’un point avec la règle équerre puis comment tracer un angle,le mesurer,estimer le cosinus et le sinus avec le rapporteur ( … pour plus tard ….). Merci à l’inventeur de ce matériel bien utile qui va trouver sa place dans la trousse de Léo !