Des outils pour travailler la mobilité ou flexibilité mentale … et pourquoi pas pour tous?

Charge-mentale[1]

Suite à une discussion avec l’orthophoniste de Léo, j’ai voulu écrire cet article . En effet la question que je lui ai posée était la suivante : « Je sens Léo un peu « perdu » dans les exercices de transformation d’un texte : par exemple passer un texte au présent , comme si l’accès à la réponse n’était pas toujours possible , lui posait un problème et qu’ensuite il était même capable de changer le temps et donner une réponse au passé composé , ou d’écrire la même chose …. bref, malgré l’adaptation à l’ordinateur, on ne résolvait pas le problème …. alors que le présent est un temps bien connu en CM2.  » Je me demandais s’il ne fallait pas passer par l’étape de surligner le verbe , d’écrire son infinitif (ou du moins se le dire….) …. mais, finalement est-ce que je prends le problème dans le bon sens ????

La langue française est une langue « vivante » (qui bouge, qu’on manipule, qu’on fait varier ….) et à l’école un des objectifs est de le montrer en pratiquant par exemple des transformations de texte : passer un texte à un autre temps, à une autre personne, en changeant le sujet (en le mettant au féminin, au pluriel …) …. Des tas de transformations qui vont permettre de manipuler, voir, observer et  finalement comprendre le fonctionnement de notre langue.

MAIS a-t-on mis en place , en amont, les stratégies qui permettront à l’élève d’aller chercher ( et trouver ) sa réponse ? Et c’est peut-être bien là que se trouvent les solutions au problème ? Car c’est bien de cette flexibilité ou mobilité (« mentale ») dont il est question [et particulièrement de son manque] , bien cachée sous des réponses parfois « bizarres » ou du moins inattendues . Car si on considère qu’on travaille cette flexibilité dans un autre domaine par exemple en apprenant les tables de multiplication non pas dans l’ordre mais dans plusieurs sens [ 3X4 = 12, 4X3 = 12, 12 c’est 4X ? , 12 : 4 = ? , …, ce qui a parfaitement fonctionné chez Léo], n’en serait-il pas de même pour le fonctionnement de la langue ?

Petit rappel de la définition de la mémoire en gestion mentale « anticiper l’imagination d’avenir » , en d’autres termes et dans la pratique : « Qu’est-ce que je vais pouvoir faire de cette info à un autre moment, à un autre endroit ? « , apprendre à se projeter (merci à l’orthophoniste de Léo pour ces précisions !)

                                19[1]

Par ailleurs, en regardant à nouveau la méthode OhOh (dont nous avons parlé ici et ) parmi les conseils méthodologiques dans « les dictées variations » on peut lire :

« Amener les enfants à se poser systématiquement ces questions : Qu’est-ce qui change lors de variations et pourquoi ? Qu’est-ce qui ne change pas lors de variations et pourquoi ? »

(on est bien dans le même sujet de ces stratégies à mettre en place et ce travail s’effectue sur 5 années en primaire et en début de collège.)

Que pourrait-on faire en amont ?  Voici quelques pistes très simples quand on apprend le présent par exemple :

  • on peut partir d’un verbe et demander de le conjuguer à des personnes différentes,
  • ou avec des sujets différents (sing ou plur, masc ou fém ) ,des GN, des pronoms sujets ……
  • ou d’écrire ce verbe dans une phrase interrogative ou négative
  • mais aussi de le mettre à un autre temps ……..
  • et surtout de comparer / observer les verbes [certains sont des « copieurs »(il choisit au présent comme au passé simple mais il a choisi ou il choisissait) ….] ,
  • s’interroger sur ce qui change ou ne change pas ….bref , comprendre ce qui se passe dans notre langue pour pouvoir utiliser nos connaissances dans d’autres situations

Tous ces petits exercices permettent de développer la flexibilité et c’est une sorte « d’entraînement mental » bien utile (pour tous….) voire indispensable . C’est peut-être une base d’apprentissage de stratégies qui permettra ensuite seulement à l’apprenant de trouver (ou retrouver) sa réponse en se posant les bonnes questions, et en « ouvrant les bons tiroirs » …..

Je me suis dit que nous avions un peu travaillé cela l’an dernier dans l’apprentissage de chaque temps mais seulement dans des phrases et non dans des textes , et jamais dans des transformations sur le temps (donc pas de retour sur ce qui était appris avant). Nous allons donc ressortir nos fiches d’entraînement de conjugaison (voir l’article « La flexibilité mentale : des petits trucs pour la travailler, un exemple en conjugaison »)  et essayer de repartir sur l’entraînement de cette flexibilité , en toutes disciplines …. une des clés de la réussite ??? J’en suis personnellement convaincue ….

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s