Ma vie de « special mother » : interview d’un papa fantastique

Il y a peu de temps, j’ai fait la rencontre virtuelle d’un papa fantastique, un papa chanteur, ou plutôt rappeur ! La plupart de ses textes parlent de son vécu, de sa souffrance et de celle de son fils, tous les deux TDA. Si on interroge ses proches, on dit de lui que c’est « un papa hyper attentif aux troubles et d’une patience hors du commun, un vrai TDA, un électron libre dans sa tête. Un personne avide de conseils, qui les entend et les met en pratique. Il est capable d’analyser les gens, surtout avec des troubles et les met en musique ». Et pour finir « c’est un papa d’une grande sensibilité qu’il ne montre pas trop ». Alors si vous voulez en savoir plus et découvrir son univers, c’est par là :
Parle nous un peu de toi…qui es-tu ?
Que dire? sinon que je suis un spécimen appelé TDA (lol) père de deux enfants dont un TDAH sevère avec suspicion de dyspraxie, diagnostiqué et sous traitement. J’ai 37 ans, je suis originaire de la banlieue parisienne (Villiers-Le-Bel) et je vis aujourd’hui dans la ville rose, Toulouse. Je suis un passionné de poésie et d’écriture, ce qui m’a d’ailleurs emmené vers la musique, mon nom d’artiste (amateur) est Laplume.
D’où te vient cette passion pour la musique et plus particulièrement pour le RAP ?
Disons que j’ai toujours plus ou moins écrit, déjà petit j’écrivais des poèmes en cachette, ou bien je m’amusais à inventer des chansons. J’ai toujours aimé les mots, la sonorité du langage….je me souviens que, gamin, j’adorais regarder les discours politiques ou philosophiques à la télé, je n’y comprenais évidemment rien, mais j’étais fasciné par le vocabulaire employé, la sonorité des mots, c’était pour moi comme de la musique.
J’ai été très tôt à l’aise avec le langage, enfant, à 3,4 ans j’utilisais un langage soutenu que j’ai hélas perdu en grandissant (par contre en ce qui concerne les chiffres, distance et repérages dans l’espace, c’est la cata, un psy  me suspectait une dyscalculie avec le forfait TDA, mais je n’ai pas donné suite aux tests, peut être par peur du résultat…).
Ensuite, fin 80 début 90 est arrivé le hip hop et surtout le rap, ce fut pour moi une grosse claque!! enfin la langue française était utilisée différemment, les textes étaient poussés, fini les « je t’aime moi non plus » de la variété française, il y avait un message derrière chaque texte! Les thèmes abordés étaient différents et parlaient surtout de nous et de notre quotidien, hélas l’esprit d’aujourd’hui n’est plus le même, mais ça c’est une autre histoire…Un jour j’ai commencé à rapper, toujours en cachette,pour m’amuser, puis j’ai commencé à faire mes morceaux jusqu’à aujourd’hui où j’en suis carrément dépendant!lol!
Dirais-tu que la musique c’est TA thérapie ?
Carrément! d’ailleurs je travaille sur un projet qui s’appelle « ThéraPeuZic »! projet qui traite du TDAH et de ses dommages collatéraux. La musique, et l’écriture en particulier est une sorte d’exécutoire, un défouloir où les seules règles imposées sont les tiennes. Le fait de coucher sur papier et de mettre en musique certaines choses que j’ai vécues ou que je ressens me permets quelque part de les exorciser.
Tes textes ont un style d’écriture personnel. Peux-tu nous parler de ta façon d’écrire et de tes sources d’inspiration ?
Ceux qui écrivent savent bien que l’inspiration est une chose fragile, incontrôlable, qui a la fâcheuse tendance à venir et s’en aller comme bon lui semble…Mais j’aime fixer d’abord le fond, c’est pour moi le socle d’un titre, je le puise dans mes émotions, même les plus sombres, c’est mon moteur. Ensuite la trame se met en place, puis manque plus qu’à mettre le tout en forme, c’est comme un jeu, un puzzle qui vient se greffer pièce par pièce. Autant certains titres, comme « l’enfant des étoiles », se font quasiment d’un seul trait autant pour d’autres la mise en forme peut vite devenir une torture cérébrale!! C’est pour ça que le fond reste le socle du morceau, ça me permet de ne pas m’éparpiller, quand j’m’égare, le fond me rappelle à l’ordre! lol !
D’ailleurs beaucoup de mamans se retrouveront dans ton titre « une maman fantastique », s’agit-il d’une dédicace en particulier ?
Oui, bien sûr. Je voulais faire un petit clin d’oeil à toutes ces mères de famille qui savent à quel point c’est difficile d’élever un enfant TDAH ou Dys. Ayant moi même un enfant concerné ,je connais cette douleur et ce combat perpétuel. Interpelé par la profondeur de certains témoignages  de groupes sur réseaux sociaux, « maman fantastique » était plus qu’une évidence, ma façon de les mettre à l’honneur.
Dans tes chansons, tu parles beaucoup de la différence et des souffrances qui en découlent, penses-tu pouvoir aider nos fantastiques à travers tes textes ?
Pour être honnête, ce n’est pas une chose à laquelle j’pense quand j’écris un titre, la démarche initiale est plus égoïste, c’est ma façon de vider mon sac. Mais à l’écoute de certain morceaux, surtout « l’enfant des étoiles », je me suis rendu compte que des personnes concernées ou pas étaient touchées par le morceau. Certains se reconnaissent dedans, et le fait que quelqu’un parle de ce que vous vivez et le comprenne peut faire du bien, même si ça dure que 3 mn, c’est toujours ça de pris! C’est d’ailleurs suite à l’accueil de « l’enfant des étoiles » que je suis parti sur ThéraPeuZic, on peut dire qu’il a été le morceau précurseur de l’idée du projet.
Je n’ai pas la prétention de changer la face du monde avec ma musique, mais si 1 personne sur 1000 peut être interpelée par mes morceaux et leurs messages alors ça vaut le coup, même si ça reste qu’une goutte dans l’océan…
Je me sens proche et concerné par ce que peuvent ressentir certains enfants atteints de TDA avec ou sans H parce que je connais que trop bien ce sentiment d’être inutile, bon à rien, d’être un fardeau et d’avoir toujours un train de retard tout en sentant ce potentiel bouillir au fond de soi mais se voir incapable de l’exploiter….
Comme dit oxmo puccino « personne ne guérit de son enfance » et c’est vrai! Ces enfants ont besoin d’être rassurés et de beaucoup d’affection, il faut leur donner les clés pour avoir confiance en soi et aux autres sinon la vie d’adulte peut devenir un réel cauchemar fait de souffrances et d’impasses continuelles…il est difficile d’aimer les autres quand on a du mal à s’aimer soi-même!
Et pour terminer, que peut-on te souhaiter pour la suite?
de l’inspi!! et que ThéraPeuZic voit le jour. Il aurait du déjà être en téléchargement libre….j’espère pourvoir le finaliser pour cet été. J’espère avoir un max d’écoute aussi, pas pour ma gloire personnelle mais pour le message, vraiment, c’est très important pour moi. J’ai toujours été discret en c’qui concerne ma zic, j’ai toujours hésité à l’exposer, à la mettre en avant, sûrement par manque de confiance, mais aujourd’hui je suis prêt à défendre le projet et de le mener à bien. Affaire a suivre !!
Pour découvrir tout ses titres: SoundCloud
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s