dyspraxique ++++ ou dyspraxique et puis c’est tout ?

C’est une question pour laquelle j’aimerais avoir une réponse … mais qui peut la fournir ? On entend souvent  » Mon enfant est dyspraxique … et puis ce n’est pas tout : il a un trouble de l’attention, il est dyscalculique ….. »

C’est après avoir visionné une des conférences de Madame Michèle MAZEAU (ici) que je m’interroge à nouveau sur la (ou les) dyspraxie(s). La question y est abordée et peut aussi être formulée ainsi : « Peut-on être seulement dyspraxique ou les dyspraxiques ont-ils toujours plein d’autres « trucs » avec ?

Tout au long de son exposé, elle essaie de distinguer dans ce méli-mélo de dys, ce qui peut être la conséquence de la situation de double tâche, que ce n’est pas forcément un problème en plus (par exemple trouble de l’attention) et qu’on se trouve seulement en présence d’une dyspraxie, un point c’est tout!

C’est là que se justifierait le terme de dyspraxie isolée, mais qui est en mesure de le dire car le mot « isolé » fait penser à un seul trouble visible alors que par définition  la dyspraxie touche plusieurs secteurs  puisque  c’est un trouble du développement du geste? C’est donc la dyspraxie elle-même qui génère certains troubles d’attention, des difficultés de lecture, des difficultés en calcul, conséquences de la dyspraxie mais pas un trouble en plus .

Il faut donc être très vigilant sur les diagnostiques associés, même s’ils existent aussi et qu’on peut effectivement  être dyspraxique + …+ …. .Mme Mazeau indique qu’il faut essayer de faire le bilan précis de ce qui gêne l’enfant et dans quel(s) secteur(s) ça va avoir des répercussions avant de dire dyspraxie + …. + ….  , car si on est en présence d’une dyspraxie isolée, cela n’engage pas les mêmes contournements : c’est donc parfois une cause d’échec de certaines stratégies……..

Je reste sur « ma faim » à la fin de la vidéo et souhaiterais vraiment comprendre encore … car cet éclairage médical montre aussi pourquoi les stratégies de contournement peuvent être parfois inefficaces mais ne nous donnent pas vraiment les moyens de rectifier le parcours sur lequel on engage l’enfant et c’est bien là le problème …..

Advertisements

2 réflexions au sujet de « dyspraxique ++++ ou dyspraxique et puis c’est tout ? »

  1. Bonjour
    Concernant la Dyspraxie isolée ou la Dyspraxie+..+\_
    On s’aide en tout état de cause des différents indice
    L’indice de représentation perceptive et l’indice de vitesse de traitement soit l’IRP ET L’IVT sont très fréquemment touches surtout dans la DVS ( Dyspraxie visuospatiale) avec un niveau de performances relatives diminuées en cas de tests fortement chargés en indices visuospatiaux comme les matrices progressives de Raven.
    Cependant la chute relative de l’IMT ( indice de mémoire de travail par rapport à l’indice le plus élevé ( surtout l’ICV: indice de compréhension verbale très fréquemment élevé au dessus de la moyenne) signe une faiblesse relative de la mémoire de travail (qui est malgré tout dans la norme!) mais insuffisante par rapport aux besoins cognitifs , d’où fréquemment des troubles conjoints de l’attention.
    Ce qui est d’autre part important a souligner est que la Dyspraxie correspond à un déficit du geste non seulement physique ( je: contrôle postural , habileté manuelle fine, coordination dans le geste sportif etc….)
    Mais aussi le geste intellectuel
    D’où les troubles de la planification avec des désordres visuospatiaux
    Repérage dans le temps et l’espace
    Prise de points d’information visuo spatiaux à chaque changement d’itinéraire , un peu comme les points de restauration système sur un ordinateur permettant de retrouver la configuration initiale et de ne pas se perdre en chemin.
    Cela peut induire une dyscalculie , voir une dyslexie de surface en cas de mauvais contrôle des saccades de l’œil (DVS ), l’œil ne se posant pas au bon endroit entraînant des saccades inefficaces pour le décodage du mot (il est de ce fait tout à fait possible qu’un certain nombre de dyslexiques soient en fait des dyspraxiques non diagnostiqués…)
    Enfin l’inefficacité des procédures d’automatisation (cf la double tâche scolaire type du dyspraxique: soit écouter le professeur et copier sur le cahier en même temps en raison du manque d’automatisation du geste graphique) va entraîner une consommation rapide de l’énergie attentionnelle et induit des troubles de l’attention rapidement!
    J’ai lu qu’environ 50% des dyspraxiques avaient des troubles de l’attention associée ce qui peut s’avérer compliquer à pallier pour l’enfant dans cette situation d’handicap, induire une situation de stress élevé ainsi que de l’anxiété et une mauvaise estime de soi, la situation d’échec étant de façon imprévisible toujours potentielle comme une épée de Damocles pour la personne touchée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s